Billets classés sous «publicité»

Le Directeur général des élections du Québec lance sa campagne de publicité pour inciter les électeurs à voter aux élections municipales du 3 novembre.

« Les messages s’adressent à tous les électeurs et s’appuient sur l’idée que tous et chacun, nous avons des opinions sur une foule de sujets et nous les exprimons continuellement. Alors pourquoi ne pas exprimer son point de vue en allant voter aux élections municipales? », demande le DGEQ.

Lors des dernières élections municipales, en 2009, la participation électorale moyenne a été d’environ 45 %, rappelle le DGEQ. « L’importance des enjeux municipaux, qui touchent le quotidien des citoyens, l’ampleur des ressources qui sont investies dans la vie municipale devraient être des raisons de s’intéresser à l’élection à la mairie et aux différents postes de conseillers », estime le DGEQ.

Aux dernières élections provinciales, le 4 septembre 2012, 74,6 % des électeurs ont exprimé leur droit de vote, après un taux de 57,4 % aux élections précédentes (décembre 2008), le plus bas depuis plus de 70 ans. Quant aux dernières élections fédérales, en mai 2011, le taux moyen à l’échelle canadienne a été de 61,1 %.

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca

Marie-Eve MaheuUn hôpital ontarien courtise les femmes voilées

par

 publié le 12 septembre 2013 à 10 h 53

Campagne publicitaire de l'hôpital Lakeridge Health à Oshawa, en Ontario.
La publicité de l’hôpital Lakeridge Health à Oshawa, en Ontario.

Dans une publicité lancée jeudi, un hôpital de la grande région de Toronto utilise le controversé projet de charte des valeurs du gouvernement Marois, qui interdirait le port de signe religieux dans le secteur public, pour recruter du personnel.

« Nous nous fichons de ce que vous avez sur la tête. Nous nous soucions de ce qu’il y a à l’intérieur », peut-on lire sur l’affiche qui présente une femme avec un hijab. L’image, publiée sur Internet et dans le journal étudiant de l’Université McGill, a été largement reprise sur les réseaux sociaux.

L’hôpital Lakeridge Health à Oshawa souhaitait faire savoir aux Canadiens qu’il leur ouvre grand les bras, a indiqué une porte-parole de l’établissement à La Presse Canadienne.

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a déjà affirmé qu’il était important, selon elle, de préserver la nature inclusive de la société canadienne et que toute attaque à cette inclusion devait être combattue.

La semaine dernière, le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a lui aussi dénoncé le projet de charte des valeurs québécoises et il a lancé une invitation à tous les Canadiens de s’installer dans sa ville, qui donne une chance à tous, sans discrimination.

Avec La Presse Canadienne

Pour me joindre:

Par courriel: marie-eve.maheu@radio-canada.ca

Sur Twitter: @memaheu

Vincent GrouFacebook procède à une refonte visuelle

par

 publié le 7 mars 2013 à 14 h 00

Image : https://www.facebook.com/about/newsfeed

Le site de réseautage social Facebook conviait cet après-midi la presse spécialisée pour le dévoilement d’une autre « annonce majeure ».

Les changements annoncés sont essentiellement visuels. D’abord, les photos mises en ligne par vos contacts seront plus grandes. Ensuite, il sera possible de personnaliser votre fil d’actualités. Vous aurez le loisir de choisir entre quatre filtres : Tous les amis, dans lequel vous verrez l’activité de tous vos contacts, Musique, dans lequel vous seront proposés des actualités en lien avec vos préférences musicales, Photos, où se retrouveront les photos mises en ligne par vos contacts et par les pages que vous aimes, et abonné, qui déclinera du contenu provenant de vos abonnements (pages, personnalités…). Enfin, Facebook ajoute que sa version mobile jouira d’une navigation simplifiée et plus efficace.

Déjà, plusieurs internautes soulignent que cette nouvelle apparence de Facebook ressemble étrangement à la plateforme de Google+.

Ces changements sont actuellement visible pour une minorité d’utilisateurs, ils seront déployés à l’ensemble des abonnés au cours des prochaines semaines.

On s’attendait à ce qu’il soit question de la publicité sur Facebook, mais le sujet n’a pas directement été abordé pendant la présentation. Mais la directrice du design Julie Zhuo a indiqué que « le contenu que vous voyez dans votre fil sera plus immersif ». En d’autres mots, on peut s’attendre à ce que les publicités prennent plus de place et soient davantage personnalisées.

Comme le souligne le New York Times, depuis son entrée en bourse, en mai dernier, Facebook peine à faire grimper la valeur de son action. Celle-ci est pour la plupart du temps demeurée sous la barre des 30 $US.

Une étude du Pew Research Center montrent quant à elle que de plus en plus d’Américains (61 %) membres de Facebook admettent avoir volontairement pris une pause de plusieurs semaines du réseau social. Celui-ci semble également de moins en moins populaire auprès des adolescents. Ceux-ci ont tendance à le délaisser au profit d’autres plateformes comme Tumblr, Snapchat, ou Instagram. Le New York Times souligne d’ailleurs que même si Facebook est propriétaire d’Instagram, il considère le populaire site de partage de photos comme un concurrent.

L’événement était diffusé en direct sur Internet. Au moment d’écrire ces ligne, on pouvait encore le voir ici (la présentation commence vers 22 minutes).

Nous surveillerons également les réactions des différentes instances de protection de la vie privée, qui ont souvent accueilli avec beaucoup de réserve les nombreux changements introduits par Facebook. Toutefois, à première vue, les changements annoncés ne semblent pas particulièrement menaçants pour la vie privée.

Vincent.Grou@radio-canada.ca

American Express lance cette semaine un service d’achats sur Twitter à partir de mots-clics, une initiative qui transforme un tweet en transaction… et en publicité.

Une fois la carte de crédit et le compte Twitter liés, l’utilisateur de Twitter doit publier un message (public) avec un mot-clic spécifique, correspondant au produit qu’il souhaite acheter. Au passage, l’acheteur fait savoir au reste du monde (ou du moins à ceux qui le suivent sur Twitter et quiconque décide de regarder la liste de ceux qui ont publié le mot-clic) ce qu’il souhaite acheter.

Le compte Twitter d’American Express @AmexSync envoie ensuite un message (public) à l’acheteur, lui demandant de confirmer sa transaction.

L’acheteur a ensuite 15 minutes pour publier un second message (également public) avec le mot-clic qui permet de confirmer la transaction.

Exemple :

- L’acheteur envoie ce message : « Je souhaite acheter la console de jeux #Xbox360 »

- Le compte d’American Express @AmexSync lui répond : « @Acheteur envoyez un message incluant le mot-clic #confirmationXbox360 d’ici 15 minutes pour acheter un Xbox 360 »

- L’acheteur confirme « Je veux bien acheter #confirmationXbox360 »

Twitter n’obtient pas d’avantage direct des transactions, mais la commercialisation du réseau social pourra lui permettre d’attirer de nouveaux annonceurs, notamment ceux dont les produits sont en vente via le service d’American Express.

Présentement, American Express ne veut que quelques produits, et le service est disponible seulement en anglais, aux États-Unis.

S’il était disponible au Canada, ce service vous intéresserait-il?

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca

Pizza Hut n’invite plus les Américains à demander à Barack Obama et Mitt Romney de se prononcer sur leur sorte de pizza préférée lors du débat présidentiel qui aura lieu ce mardi.

La semaine dernière, la chaîne s’était engagée à offrir pour 15 600 $ de pizza à celui qui oserait poser la question. Or, même si certains ont trouvé l’idée amusante, les critiques ont rapidement fusé de toutes parts.

Le blogue Gawker a présenté le concours de façon toute simple : pour gagner, il suffit de « se ridiculiser en direct à la télévision devant le président des États-Unis et des millions de concitoyens ». À qui l’honneur?

L’animateur de l’émission satirique Colbert Report s’est demandé ce qui pourrait être plus américain que d’utiliser le processus électoral pour faire du placement de produit.

Sur Twitter, pendant que certains se demandaient sur les États-Unis étaient en train de basculer de la démocratie à l’idiocratie, d’autres parlaient de « détournement du débat présidentiel à des fins marketing » ou encore de la « guérilla marketing devenue folle ».

Bien que la compagnie s’engage toujours à remettre le prix si quelqu’un pose la question lors du débat, elle propose désormais de faire un tirage au sort sur le web. On ne saura peut-être jamais si le prochain président des États-Unis préfère la pizza à la saucisse ou au pepperoni…

Déçus? Soulagés?

Pour me joindre :