Billets classés sous «programmes»

Vincent GrouLe web au coeur des élections tunisiennes de dimanche

par

 publié le 21 octobre 2011 à 15 h 06

Les Tunisiens sont appelés aux urnes, dimanche, pour les premières élections libres depuis la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali, en janvier dernier.

La Tunisie est le pays qui a déclenché le printemps arabe. Le web, qui a joué un rôle-clé lors de la révolution du jasmin, se retrouve au cœur du processus électoral.

Soulignons d’abord le site de l’ISIE, l’Instance supérieure indépendante pour les élections (attention, musique assez forte quand vous vous rendez sur la page, je n’ai pas trouvé le moyen de couper le son), qui a notamment mis en ligne une carte de contrôle du processus électoral, où tout problème relatif aux élections (fraude, menaces, problèmes logistiques, etc.) peut être signalé par les internautes. C’est une façon de faire de plus en plus répandue, particulièrement dans les pays qui renouent avec la démocratie, ou qui en sont à leurs premiers balbutiements.

La chaîne YouTube de l’ISIE présente quant à elle plusieurs vidéos, notamment pour expliquer aux Tunisiens comment exercer leur droit de vote.

Attention au retour de la dictature

Le site Engagement citoyen, qui se présente comme un « soutien à l’éveil démocratique en Tunisie », a notamment lancé une campagne pour inciter les Tunisiens à aller voter. Le groupe est notamment derrière la vidéo Retour de Ben Ali à La Goulette, qui a été vue plus de 300 000 fois. Le 17 octobre, une immense affiche arborant le portrait de Ben Ali a été installée sur un mur de la ville portuaire. La vidéo montre des Tunisiens interloqués par le portrait du dictateur. Puis, quand certaines personnes s’unissent pour arracher l’affiche, elle en révèle une autre qui dit : « Attention, la dictature peut revenir. Le 23 octobre, votez », suscitant les applaudissements de la foule.

Google est de la partie

De son côté Google indique qu’il a récemment établi un partenariat avec le portail d’information Tunisia Live pour offrir des formations aux politiciens sur ses outils et sur les réseaux sociaux. L’événement, selon Google, a attiré des représentants d’une quarantaine de partis.

Google a également lancé la chaîne YouTube Tunisia Talks, qui invite les internautes à poser des questions à différents candidats.

Des dizaines d’initiatives web

Les sites mentionnés plus haut ne sont que quelques exemples parmi les nombreuses initiatives web du processus électoral.

Comme l’indique France24, le Portail des partis politiques tunisiens permet aux électeurs de s’y retrouver parmi les 109 partis. Le site FHIMT.com, né de la révolution, propose notamment une série d’inphographies http://dataviz.fhimt.com/ dont celle-ci, qui classe les partis par catégories.

Mentionnons également Ajidoo, qui propose un outil pour comparer les programmes des partis, et Bosala, qui propose une boussole électorale Tunisienne.

France24 souligne en outre le site du réseau Doustourna, qui propose aux Tunisiens de participer à la rédaction d’une nouvelle constitution.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Les indécis n’ont plus d’excuses. En effet, si vous n’avez pas encore arrêté votre choix pour le scrutin de lundi, Radio-Canada.ca met à votre disposition un nouvel outil qui vous permet de voir ce que les cinq principaux partis ont à vous offrir.

Le Comparateur de programmes vous permet de naviguer, avec une grande simplicité, dans une trentaine de thèmes, comme l’éducation, l’environnement, la défense, l’immigration, les régions, etc.

Pour chacun de ces thèmes, on retrouve une liste de sous-thèmes. Par exemple, pour le thème des régions, vous avez le choix entre les sous-thèmes du développement régional, de la santé, de la culture et de l’immigration.

Les cinq colonnes vous montrent ensuite ce que chaque parti propose, le cas échéant, pour chaque thème et sous-thème que vous avez sélectionné. Ces informations sont tirées des programmes accessibles sur les sites web des partis politiques. Des liens vous mènent d’ailleurs aux plateformes de chaque parti.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca   

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb   

Sur Twitter : @vincentgrou et @SurLeWeb

Florent DaudensLes programmes politiques pris aux mots : le NPD

par

 publié le 10 avril 2011 à 12 h 37

C’était au tour du Nouveau Parti démocratique de dévoiler son programme aujourd’hui. Comme pour les autres partis politiques, nous avons analysé leur plateforme avec Wordle, un outil qui permet d’analyser visuellement le vocabulaire utilisé. Plus un mot est fréquemment employé, plus il est gros sur l’image. Résultat :

Pour comparer, voici les programmes des autres partis en rappel.

Bloc québécois

Parti libéral

Parti vert

Nous ne pouvons pas analyser le programme du Parti conservateur, car le fichier PDF disponible ne permet pas d’en extraire le texte. Malgré des demandes répétées de notre part, les conservateurs n’ont pas été en mesure de nous fournir leur programme dans un autre format.

Pour me joindre :

Florent DaudensLes programmes politiques pris aux mots

par

 publié le 8 avril 2011 à 8 h 47

Après le Parti libéral et le Bloc québécois, c’était au tour du Parti vert de dévoiler son programme électoral hier. Comme pour les deux autres partis, nous avons analysé leur plateforme avec Wordle, un outil qui permet d’analyser visuellement le vocabulaire utilisé. Plus un mot est fréquemment employé, plus il est gros sur l’image.

Pour rappel, le programme du Bloc québécois :

Et celui du Parti libéral :

Ce matin, le Parti conservateur doit lui aussi dévoiler ses engagements.

Mise à jour, 13 h 30 : Nous voulions faire avec la plateforme des conservateurs ce que nous avons fait avec celles des autres partis. Toutefois, le document PDF de la plateforme est crypté de façon à empêcher le copier-coller. Nous avons demandé au parti de nous faire parvenir leur plateforme en document Word ou dans un format que nous pouvons analyser avec Wordle. Dès que nous aurons une réponse, nous effectuerons l’opération.

Pour me joindre :