Billets classés sous «politique»

Le gouvernement du Québec accorde une somme de 20 000 $ pour appuyer une tournée et une chanson hip hop bilingue qui fait la promotion du rapprochement entre jeunes anglophones et francophones du Québec. Read More

Bruno MaltaisLéo Bureau-Blouin : un politicien des réseaux sociaux?

par

 publié le 25 juillet 2012 à 13 h 56

Page Facebook de Léo Bureau-Blouin, candidat du Parti québécois dans Laval-des-RapidesIl est plus populaire sur Twitter que tous les partis politiques du Québec et tous les chefs, à l’exception d’Amir Khadir.

Il a utilisé les réseaux sociaux pour annoncer sa décision de se présenter comme candidat pour le Parti québécois dans Laval-des-Rapides.

Il a rapidement transformé son profil Facebook en page pour que les Québécois puissent lui manifester leur soutien sans devoir devenir son « ami ».

Il dit vouloir redonner espoir aux jeunes, particulièrement présents sur le web.

Léo Bureau-Blouin tirera-t-il profit des réseaux sociaux lors de la prochaine campagne électorale?

D’un côté, Léo Bureau-Blouin a utilisé les médias sociaux lors du conflit étudiant, surtout pour relayer des articles publiés par les médias. À titre de président de la Fédération étudiante collégiale du Québec, il a également répondu aux demandes des journalistes et à certains commentaires du public. On peut dire, sans trop se tromper, qu’il comprend bien la mécanique des médias sociaux.

D’un autre côté, Léo Bureau-Blouin n’a pas été particulièrement actif dans les discussions sur le fond du conflit étudiant. Certains diront que Twitter n’est pas fait pour tout le monde; que la limite de 140 caractères par message ne permet pas de nuancer ses propos (Thomas Mulcair m’avait expliqué son absence de Twitter de cette manière, lors de la dernière campagne électorale fédérale).

S’il est vrai que la plupart des politiciens utilisent encore les médias sociaux comme canal de diffusion pour diriger vers des communiqués ou des nouvelles qui les interpellent, certaines personnalités publiques utilisent de plus en plus Twitter comme un lieu de discussions (ou d’attaques) politiques. C’est le cas, entre autres, du chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, du fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, de l’auteur-compositeur-interprète Dan Bigras, du candidat pour le Parti québécois dans Borduas, Pierre Duchesne, du directeur-général du Parti libéral du Québec, Karl Blackburn, et de la présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec, Martine Desjardins. (J’attends vos suggestions.)

Léo Bureau-Blouin a été qualifié à maintes fois de leader étudiant modéré. En ce sens, aura-t-il envie de faire valoir ses opinions à coup de 140 caractères? Et désormais sous la bannière du Parti québécois, aura-t-il les coudées franches pour pouvoir s’engager dans des discussions politiques à bâtons rompus?

Bref, qu’est-ce qu’un bon politicien, sur les médias sociaux?

Pour me joindre:

Message de Pascal Bérubé, député du Parti québécois dans la circonscription de Matane, sur Twitter.

Au lendemain d’un tollé autour d’un tweet de François Legault affirmant que « les filles attachent moins d’importance au salaire que les garçons », d’autres propos du chef de la Coalition avenir Québec ont fait réagir, jeudi sur Twitter.

Cette fois, c’est le député péquiste de Matane, Pascal Bérubé, qui a écrit jeudi après-midi que « selon François Legault sur les ondes de CHOI Radio X, « Pauline a l’air presque un peu débile ». Décidément, c’est ta semaine… »

Le commentaire a rapidement été repris, souvent sur un ton tout aussi critique. Le contexte?

Dans le cadre d’une entrevue à CHOI Radio X, l’animateur demande à M. Legault : « Allez-vous utiliser des images de Pauline Marois et de son carré rouge dans vos publicités? »

Et le chef de la CAQ de répondre : « Moi je n’aime pas les attaques qui sont personnelles. De montrer que Pauline a l’air presque un peu débile en frappant des casseroles au ralenti, je trouve que sur le fond, je ne suis pas d’accord avec Pauline [...] par contre faire des publicités au ralenti, qui sont plus personnelles, je ne suis pas d’accord avec ça. »

Quelques minutes après la publication du tweet du député de Matane ayant suscité de nombreuses réactions négatives envers M. Legault, le chef de la CAQ a écrit qu’ « il est inacceptable que le PLQ ait fait un montage vidéo au ralenti pour faire mal paraître Mme Marois physiquement ».

La tournée de la CLASSE : une dépense électorale?

Toujours sur Twitter, jeudi matin, des messages associaient la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) – qui part en tournée provinciale – au Parti québécois et à Québec solidaire. Parmi les commentaires :

« Qui paiera pour la tournée de la CLASSE? PQ ou QS ou syndicats ou eux tous ??? », demandait Nathalie Blackburn, adjointe des députés libéraux Francine Charbonneau, Filomena Rotiroti, Jean D’Amour, et Germain Chevarie. « Est-ce que QS ou PQ acceptent la responsabilité des dépenses électorales de la CLASSE? », s’interrogeait Pierre Morin, membre de la Coalition avenir Québec.

Bien que les fédérations étudiantes affichent clairement leur opposition au gouvernement Charest sur la hausse des droits de scolarité, ni la CLASSE, ni les fédérations étudiantes universitaire et collégiale n’entendent appuyer un parti ou un autre.

Prélude à une campagne électorale de mauvaise foi sur les médias sociaux? Ou particulièrement sur les médias sociaux?

Pour me joindre :

Bruno MaltaisUn tweet de François Legault jugé sexiste

par

 publié le 11 juillet 2012 à 12 h 48

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a soulevé les passions, mardi soir, après avoir écrit sur Twitter que « les filles attachent moins d’importance au salaire que les garçons ».

« Propos sexistes », « François Legault est un dinosaure », « vide intellectuel et idéologique » : les réactions négatives ont fusé de toutes parts.

Avant son message controversé, M. Legault avait écrit : « Des garçons me disent qu’ils auraient choisi l’éducation si les salaires étaient plus élevés. »

« Donc, les filles y vont parce qu’elles sont nées pour un petit pain? », lui a alors demandé le chroniqueur de La Presse, Vincent Marissal.

« Les filles attachent moins d’importance au salaire que les garçons », a alors répondu M. Legault.

En réponse à d’autres messages, le chef de la CAQ a ajouté : « Je comprends qu’il faut d’abord aimer la profession d’enseignant. Mais le salaire peut aider le choix entre 2 professions. », puis « Soyons bien clairs: les salaires des enseignants hommes et femmes seront les mêmes.»

Mercredi midi, tandis que les réactions continuaient d’affluer sur Twitter, M. Legault a écrit que « selon des études, les hommes attachent plus d’importance au salaire dans le choix de leur carrière », avant d’ajouter « J’espère que les études vont diminuer l’agressivité de certains et qu’on va revenir à un dialogue respectueux. Parallèlement, le compte de la CAQ a publié des liens vers un article du Devoir sur le sujet, et vers une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

L’article du Devoir cite  la psychologue et chroniqueuse Susan Pinker, qui affirme que « de 75 à 80 % des femmes accepteront un salaire moindre pour un emploi qui sera par ailleurs plus gratifiant. La valorisation que leur procure l’emploi par le défi intellectuel qu’il représente et le but humanitaire qu’il poursuit prend le pas sur le salaire offert ». L’étude de l’OCDE porte sur l’égalité des genres dans les domaines de l’éducation, l’emploi et l’entreprenariat.

En entrevue à RDI, mercredi après-midi, M. Legault a soutenu que « ce n’est pas sexiste, comme certains le disent, ou macho. C’est juste un fait. Les garçons attachent plus d’importance dans le choix de carrière au salaire que les femmes. Ça n’a rien à voir avec le fait qu’on va continuer de payer le même salaire pour les femmes que pour les hommes, et qu’il faut continuer dans certains secteurs à faire avancer la place des femmes. Mais je comprends que certains deviennent agressifs à l’aube d’une campagne électorale », a-t-il conclu.

Que pensez-vous des propos de François Legault, et plus largement, de son arrivée sur Twitter?

Pour me joindre :

Le Washington Post propose aujourd’hui une entrevue avec l’auteur du site Bad Lip Reading.

Il s’agit d’un site sur lequel on retrouve une forme de parodie très connue : de bons vieux doublages. Sauf qu’ils sont exécutés ici avec une grande virtuosité. Et sont absolument tordants, car ils mettent des paroles sans queue ni tête dans la bouche de politiciens comme Michele Bachmann, Rick Perry, Barack Obama et Mitt Romney.

L’auteur du site, qui tient à rester anonyme, explique que sa mère, atteinte de surdité dans la quarantaine, a rapidement développé la capacité de lire sur les lèvres des gens. Par émulation, il a tenté de faire la même chose, en regardant la télévision sans volume. Il a vite constaté que les gens semblaient dire de parfaites absurdités.

Après avoir peaufiné son talent pendant un certain temps, il a d’abord parodié des vidéoclips. Gang Fight, parodie de la chanson Friday, de Rebecca Black, a d’ailleurs connu un vif succès.

Mais il a vite réalisé que les politiciens lui donnaient de l’excellent matériel à parodie. Les vidéos les plus récentes mettent donc en vedette de potentiels candidats à la présidentielle américaine de 2012. L’auteur du site dit toutefois que ses vidéos n’ont aucune motivation politique et n’ont pour but de nous présenter les parodiés sous un autre jour… et de faire rigoler.

Mission accomplie, semble-t-il, car au total, les vidéos de Bachmann, d’Obama, de Perry et de Romney ont été vues près de 4 millions de fois depuis la mi-septembre.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb