Billets classés sous «Nasa»

Vincent GrouTimelapse : 30 ans sur Terre en accéléré

par

 publié le 9 mai 2013 à 14 h 20

Image : http://world.time.com/timelapse/

Fascinant projet, dévoilé aujourd’hui, fruit de la collaboration entre Google, la NASA, l’USGS et le magazine Time : Timelapse.

Des millions d’images satellites de la Terre prises entre 1984 et 2012 dans le cadre du programme Landsat de la NASA ont été assemblées, pour donner un impressionnant portrait en accéléré de la planète sur cette période de près de 30 ans.

Cette mosaïque animée témoigne des changements, le plus souvent de la détérioration de différents endroits du globe, causée par l’activité humaine. On peut ainsi voir la déforestation de l’Amazonie, l’expansion des mines de charbon au Wyoming, le recul du glacier Columbia, en Alaska, ou l’exploitation des sables bitumineux en Alberta.

Dans le site du Time, la section « Explore the world » permet de chercher un endroit précis. Dans le Google Earth Engine, on peut se promener sur la planète et partager un endroit précis.

Vincent GrouExplorez Mars du point de vue de Curiosity

par

 publié le 29 mars 2013 à 11 h 44

Les photos panoramiques de différentes grandes villes du monde sont de plus en plus populaires. Londres, Paris et Dubaï sont au nombre des métropoles qui nous offrent des prises de vue.
Certaines des plus récentes photos panoramiques proviennent toutefois d’une autre planète. Le site 360 Cities nous propose en effet des vues panoramiques du cratère Gale, du point de vue du robot Curiosity.


Mars Gigapixel Panorama – Curiosity rover: Martian solar days 136-149 in Out of this World

Le panorama ci-haut, de 4 milliards de pixels est le résultat de l’assemblage 295 photos prises par le robot américain, qui a récemment prélevé un échantillon de roche qui laisse à penser que la vie microbienne a pu exister dans le passé sur Mars.

L’assemblage des images est l’œuvre du photographe Andrew Bodrov, qui est également l’auteur de précédents panoramas de la Planète rouge à partir d’images prises par Curiosity.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

L’Agence spatiale canadienne (ASC) affirme que son réseau interne n’a jamais été compromis la semaine dernière, même si un pirate informatique prétend que son site Web est vulnérable.

L’agence précise que l’attaque de la semaine dernière a mis en lumière certaines vulnérabilités de son site public, mais que les serveurs internes qui contiennent des données plus importantes n’ont jamais été touchés.

Un pirate allemand prétend avoir découvert des failles dans les sites Web de l’ASC et de l’Agence spatiale européenne. Il ajoute que la faille du site de l’agence canadienne pourrait être exploitée par des individus malhonnêtes.

Le pirate, connu sous le nom de « D35m0nd142 », a indiqué sur le site Softpedia ne pas avoir endommagé les bases de données des deux sites, et avoir immédiatement prévenu leurs administrateurs.

L’ASC a révélé que la faille avait été découverte sur une page de termes d’astronomie où les internautes peuvent trouver la définition de mots propres à ce secteur.

Dans un courriel transmis à La Presse Canadienne, l’agence affirme avoir rapidement corrigé le problème et dit être à évaluer si d’autres applications sont également à risque. Tout nouveau problème sera réglé, assure l’ASC.

La NASA connaît aussi son lot de problèmes

Cet événement survient quelques jours seulement après que le site SecurityNewsDaily ait rapporté qu’un ordinateur portable volé à l’agence spatiale américaine, la NASA, n’était pas chiffré et contenait des codes de commandement et de contrôle de la Station spatiale internationale.

Le site affirme que l’incident a été dévoilé par l’inspecteur général de la NASA lors d’un témoignage devant un comité de la Chambre des représentants, la semaine dernière. Un porte-parole de la NASA prétend toutefois que la sécurité de la SSI n’a jamais été menacée.

Pour sa part, l’agence canadienne prévient que, comme tous les sites Internet, sa page publique est vulnérable aux attaques de pirates informatiques. Elle ajoute toutefois que son site public est isolé et que son réseau interne n’a pas été touché par l’incident.

La Presse canadienne

Pour nous joindre :

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Ce montage met côte à côte les images satellites de 1984 et de 2011.

Le site Earth Observtory, de la NASA, a récemment publié un spectaculaire album photo qui montre l’exploitation des sables bitumineux le long de la rivière Athabasca, en Alberta, vue de l’espace.

Près d’une trentaine d’images satellites, prises entre 1984 et 2011 montrent très bien l’évolution de cette exploitation et son expansion, au cours des trois dernières décennies. Par exemple, on voit plusieurs nouveaux bassins à résidus apparaître au fil des ans.

On constate aussi que l’expansion a grandement accéléré à partir des années 2000, quand le prix du pétrole s’est mis à augmenter et que l’exploitation des sables bitumineux est devenue rentable.

La NASA souligne que le bassin à résidus qu’on voit sur la photo de 1984 (et qui date de 1967) a été drainé puis remblayé depuis. « Même si les compagnies minières ont semé des herbes depuis, les images, en 2011, ne montraient toujours pas la croissance de plantes », dit la NASA.

Le site de l’agence spatiale américaine permet de faire jouer les images en diaporama, ce qui permet de voir les trois décennies en accéléré. Ce fichier permet quant à lui de voir les images satellites directement dans Google Earth. Par ailleurs, le bouton « view large » permet de voir chaque image dans son ensemble et de constater que l’exploitation s’est étendue vers le nord et déborde aujourd’hui du cadre de la photo de 1984.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Photo : NASA Earth Observatory

La situation risque de s’aggraver, en Thaïlande, qui est aux prises avec les plus importantes inondations sur son territoire en un demi-siècle. De nouvelles pluies et de grandes marées sont attendues en fin de semaine dans le sud du pays. De nombreux habitants de la capitale, Bangkok, fuient la montée des eaux.

La NASA a publié plusieurs images satellites des inondations dans la région, au cours des derniers jours, dans la section Inondations du site Earth Observatory.

J’attire particulièrement votre attention sur celle-ci, qui permet de comparer la situation dans la ville historique d’Ayutthaya, avant et pendant les inondations.

Il est également possible de voir cette dans Google Earth, en téléchargeant ce fichier.

Ayutthaya fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’organisation onusienne indiquait récemment qu’elle allait évaluer l’impact des inondations sur le site.

À voir également, cette image de DigitalGlobe, prise le 24 octobre, où on peut voir des véhicules sur un viaduc de Bangkok, où les gens ont entassé du matériel pour le protéger des inondations.

Mobilisation sur Internet

De son côté, comme c’est souvent le cas lors de catastrophes naturelles Google a mis en place cette page d’aide où on peut voir, sur une carte (ou en téléchargeant des fichiers qui transposent le tout dans Google Earth) les régions particulièrement touchées, les routes praticables ou non, les abris, les zones à risque, etc.

La page contient également plusieurs hyperliens vers d’autres ressources pour les internautes.

Parmi les ressources en ligne, mentionnons le centre de surveillance des inondations de Thaïlande et le centre d’information pour les victimes d’inondations. Soulignons également le site Is My House Flooded? (ma maison est-elle inondée?), dans lequel les résidents, en entrant leur code postal, peuvent savoir si leur quartier est inondé et, le cas échéant, à quel point.

À voir, finalement, ces impressionnantes images aériennes des inondations, tournées le 25 octobre.

http://www.youtube.com/watch?v=HhMp8AnhDF4

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb