Billets classés sous «manifestation»

Vincent GrouÉchos du web des manifestations en Turquie

par

 publié le 4 juin 2013 à 14 h 29


Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

Tandis que la police de Montréal tente de trouver le conducteur qui a pris la fuite après avoir renversé au moins un manifestant au coin des rues St-Denis et Ste-Catherine, vers 22 h 40 mardi soir, une vidéo filmée par un témoin circule sur le web.

On y voit un individu qui bloque la circulation afin de laisser passer des manifestants, puis une Mercedes blanche qui part à vive allure, traînant un manifestant sur le capot sur quelques mètres avant que ce dernier tombe sur la chaussée.


Manifestation Montreal 22 mai 2012 – Manifestant… par manifmlt

« On était plusieurs, et on bloquait les voitures pour pas qu’elles foncent. Et [l'automobiliste] a décidé d’accélérer sur moi, et je me suis agrippé à son auto, et une cinquantaine de mètres plus loin, je suis tombé et je me suis cogné la tête », a expliqué Gabriel Titus-Drapeau à Radio-Canada.

Le Service de police de la Ville de Montréal poursuit son enquête.

La revue du web – 22 mars

par

 publié le 22 mars 2012 à 16 h 29

Voici quelques liens qui retiennent notre attention sur le web aujourd’hui. N’hésitez pas à nous envoyer vos suggestions!

urlStorify= http://storify.com/surleweb/la-revue-du-web-22-mars.js

Avec Bruno Maltais

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb

En marge des quelques dizaines de milliers d’étudiants en grève pour manifester contre la hausse des frais de scolarité, un mouvement se forme pour militer en faveur de la hausse des droits de scolarité, tel que décrétée par le gouvernement Charest.

On sait que les étudiants en grève représentent présentement une minorité (10-15 %) des étudiants de niveaux collégial et universitaire. Les autres, la majorité, tombaient jusqu’à maintenant dans une catégorie nébuleuse et plutôt silencieuse, grosso modo « contre la grève » ou ne s’étant pas prononcés.  Mais voilà qu’il existe désormais un autre groupe carrément en faveur de la hausse des droits de scolarité.

Depuis quelques jours, le Mouvement des étudiants socialement responsables du Québec gagne en popularité. Jeudi, il comptait près de 2500 membres sur Facebook.  ses représentants sont de plus en plus présents dans les médias.

Parmi eux, deux étudiants qui sont également impliqués au Parti libéral du Québec : Marc-Antoine Morin, étudiant à l’Université de Montréal, et Jean-François Trudelle, étudiant à l’Université McGill.

Ils ont d’ailleurs fait l’objet des montages ci-dessous, qui circulent sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que l’implication des leaders étudiants dans les partis politiques ne date pas d’hier.

Mais doit-on voir le mouvement pour la hausse des droits de scolarité comme un mouvement de soutien à un parti politique?

« Non », affirme Catherine Imbeau, étudiante à Sherbrooke qui revendique la maternité du mouvement, qui est apparu à l’automne dernier.

« Je ne suis pas libérale moi-même, et sur les 20 membres du comité exécutif, il y en a deux qui militent au PLQ », soutient-elle.

Le libéral Jean-François Trudelle ajoute que tous les partis politiques sont représentés dans la coalition, mais que tout le monde agit à titre personnel.

Il dit d’ailleurs souhaiter que des membres de tous les partis participent aux différents mouvements. « C’est notre droit démocratique », soutient-il.

Depuis le début des grèves, les affiliations politiques des principaux représentants étudiants n’ont pas été soulevées.

Devrait-on?

[Mise à jour] La présidente de la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec attire mon attention sur sa publication Les dérives de la théorie du complot, qu’elle a mise en ligne ce matin.

[Mise à jour] Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de la Coalition large de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE), soutient qu’aucun représentant de la Coalition ne peut être impliqué dans un parti politique. « Si quelqu’un est impliqué politiquement, il est automatiquement destitué. »

Pour me joindre :

Une nouvelle manifestation d’envergure est prévue dans le secteur financier de New York, mercredi après-midi, dans le cadre du mouvement Occupy Wall Street. Comme le souligne le site occupywallst.org, de nombreux syndicats locaux et groupes communautaires prendront part à la manifestation, qui doit se mettre en branle vers 16 h 30.

Le blogue de journalisme indépendant Global Revolution TV doit présenter une webdiffusion en direct de l’événement. Des entrevues avec les manifestants sont souvent réalisées pendant les manifestations. Adbusters utilise pour sa part l’outil Storify pour rendre compte des manifestations.

Comme nous vous le mentionnions lundi, le mouvement ne donne aucun signe qu’il est sur le point de s’essouffler. Voici d’ailleurs une liste Twitter des différents mouvements d’occupation (n’hésitez pas à nous en signaler d’autres qui mériteraient d’être ajoutés).

Signalons également, comme le mentionne ThinkProgress, que le président de la Réserve fédérale américaine, Ben Bernanke, a déclaré hier qu’il ne pouvait blâmer les manifestants.

De plus en plus d’attention dans la presse américaine

Et le mouvement fait de plus en plus parler de lui dans la presse américaine, ce qui n’était pas le cas à ses débuts. D’ailleurs, face à des critiques accusant la radio publique NPR de ne pas avoir couvert l’événement, l’ombudsman de NPR a fait une mise au pointen indiquant chaque reportage web ou radio réalisés depuis le 16 septembre (une dizaine au total).

J’attire également votre attention sur CNN, qui publiait en une de son site, aujourd’hui, cet éditorial de Douglass Rushkoff, théoricien des médias. Il affirme que ceux-ci auraient tort de se désintéresser des manifestants. Il ajoute que « les États-Unis vivent en ce moment leur premier véritable mouvement populaire à l’ère d’Internet ». Contrairement aux manifestations en faveur des libertés civiles des années 1960, dit-il, le mouvement actuel n’est pas cristallisé derrière un leader charismatique.

À lire également cet article de David Weidner, de Marketwatch (dont le titre original était « Occupy Wall Street est un Tea Party avec un cerveau » et qui a été retitré « Occupy Wall Street est le Tea Party de cette année »). Selon l’auteur, contrairement à ce que de nombreux journalistes ou médias (dont Fox) affirment, les revendications des manifestants ne vont pas dans tous les sens. Il cite cette déclaration officielle à l’appui.

Pour Ishaan Tharoor, du Time, la comparaison la plus pertinente est celle faite avec les indignés d’Espagne.

Un peu de confusion, quand même…

Il faut néanmoins reconnaître qu’il peut être difficile de s’y retrouver sur le web, Occupy Wall Street n’ayant pas de « direction officielle ».

Le groupe vancouvérois Adbusters, qui a lancé l’idée du mouvement, a récemment fait cette mise au point sur Twitter : le site occupywallstreet.org est opéré par Adbusters, tandis que le site occupywallst.org est un site de facto opéré par des activistes indépendants. Ajoutons que le site occupytogether.org tente quant à lui de regrouper les différents mouvements d’occupation.

Fausses menaces d’Anonymous?

Signalons enfin qu’une vidéo attribuée à la nébuleuse de pirates informatiques Anonymous menace de s’en prendre au site web de la Bourse de New York, nyse.com

La vidéo diffusée sur YouTube annonce une attaque informatique lundi prochain.

Toutefois, me fait aimablement remarquer @Juicexlx, la vidéo semble être désavouée par le groupe, comme en fait foi ce communiqué, de même que les commentaires qui accompagnent la vidéo.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb