Billets classés sous «élections»

Denis CoderreDenis Coderre annoncera officiellement sa candidature demain; mais sur Internet les hostilités ont commencé : un membre de Projet Montréal a réservé le nom de domaine EquipeCoderre.com afin de montrer que le candidat est « mal organisé ».

M. Coutu, qui est attaché politique pour Projet Montréal et candidat pour Outremont, a réservé « cinq ou six » noms de domaines tels que EquipeCoderre.com, EquipeCoderre.net ou EquipeCoderre.org, a-t-il expliqué.

Il ne souhaite pas quitter Projet Montréal pour rejoindre M. Coderre, bien au contraire. C’est plutôt un moyen pour lui de montrer que M. Coderre, dont la candidature fait beaucoup parler, n’est « pas si bien préparé que ça ».

Le nom de domaine ÉquipeCoderre.com a déjà été reservé par un mebre de Projet MontréalLe nom de domaine « EquipeCoderre.com » a été enregistré le 26 avril dernier, le jour où plusieurs médias ont constaté qu’une demande d’autorisation avait été déposée pour la création d’un parti au nom d’ « Équipe Denis Coderre pour Montréal » au bureau du Directeur général des élections du Québec.

Constatant que les noms de domaines les plus évidents avec les mots « équipe » et « Coderre » n’avaient pas été encore réservés, M. Coutu les a achetés pour une période d’un an, en payant de sa poche. « C’est de bonne guerre », dit-il. Il ne compte pas utiliser ces noms de domaines pour mettre en ligne des sites, il les laissera « vides, comme le sont les propositions de Denis Coderre ».

Il en faudra sûrement plus pour éclipser la présence en ligne de M. Coderre, qui passe pour un champion des médias sociaux. Son compte Twitter a plus de 100 000 abonnés, c’est presque dix fois plus que Louise Harel, Richard Bergeron et Michael Applebaum réunis. M. Coderre fera d’ailleurs une annonce jeudi à 10 h 30 sur Twitter et Facebook, avant de s’adresser aux médias traditionnels, à 11 h.

Les explications de Bahador Zabihiyan:

Pour me joindre :
bahador.zabihiyan@Radio-Canada.ca

Comme mon collègue Florent Daudens le mentionnait plus tôt, le deuxième débat présidentiel aux États-Unis n’a pas suscité autant de tweets que le premier. N’empêche, l’activité en ligne a été importante pendant le débat, et continue de l’être le lendemain. D’ailleurs, selon une étude citée par Mashable, l’activité globale sur les médias sociaux aurait été supérieure lors du débat d’hier, qui aurait notamment suscité plus de discussions sur Facebook.

De son côté, Google politics a publié une série de graphiques analysant divers aspects du débat, plus particulièrement les tendances de recherches qui s’en dégagent.

Le tableau suivant montre les courbes de recherches associées à Obama (en bleu) et à Romney (en rouge) tout au long du débat, soit de 9 h à 10 h 40. Des phrases correspondant à des pointes de recherche dans les courbes ont été mises en valeur par Google.

Ainsi sont ressortis, dans un premier temps, les propos du président sur le Lilly Ledbetter bill, une loi adoptée par Barack Obama pour renforcer les droits des femmes et autres minorités victimes de discrimination salariale. Une deuxième pointe de recherche correspond à un échange entre les deux candidats sur les événements de Benghazi, et la troisième, à une déclaration de Romney sur l’emploi et le budget.

Par ailleurs, quant aux expressions les plus recherchées pendant le débat, « Qui gagne le débat » arrive au premier rang. En deuxième, on retrouve « Débat présidentiel en direct ». En troisième place, on retrouve l’expression reliée à l’événement web de la soirée, soit « Binders full of women », que l’on peut traduire par « classeurs plein de femmes ».

Le désormais célèbre classeur « plein de femmes »

Un peu de mise en contexte s’impose. Lorsque on lui a posé la question de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes, Mitt Romney a entrepris de raconter une anecdote. Il explique s’être étonné, en 2002, lors de la formation de son cabinet de gouverneur au Massachusetts, de ne s’être fait présenter aucune candidature féminine. Il dit ensuite avoir fait des recherches, frappant notamment à la porte d’associations et de groupes de femmes qui lui ont fourni des « classeurs pleins de femmes ». Le candidat républicain voulait bien sûr parler de classeurs ou de dossiers (au Québec, on pourrait dire de cartables) plein de C.V. de femmes.

Il n’en fallait pas plus à la toile pour s’enflammer. Une page Facebook a rapidement reçu plus de 200 000 mentions « J’aime », et un Tumblr a été créé sur lequel on retrouve toute une série de mèmes. Le magazine Mclean’s a regroupé les meilleurs ici. Le classeur plein de femmes de Romney a même son propre compte sur Twitter.

Les équipes de campagne récupèrent des extraits

Des extraits du débat ont par ailleurs été repris par les deux équipes de campagne dans des vidéos mises en ligne sur Internet.

L’équipe de Barack Obama n’a pas laissé passer sous silence les déclarations de Mitt Romney sur les femmes. Dans la vidéo suivante, le candidat républicain est dépeint comme étant condescendant envers les femmes, à l’opposé du président, de son côté « engagé pour le progrès des femmes ».

Sur son fil Twitter, l’équipe d’Obama a aussi publié une photo du président avec ses deux filles, reprenant une citation du débat d’hier. « J’ai deux filles et je veux m’assurer qu’elles auront les mêmes opportunités que les fils de n’importe qui. C’est en partie ce pour quoi je me bats en tant que président des États-Unis », a déclaré Barack Obama.

De son côté, l’équipe de Mitt Romney a produit une vidéo dans laquelle on entend le républicain s’attaquer au bilan du président Obama, notamment en matière d’emploi.

Finalement, si vous avez manqué le débat, vous pouvez toujours aller relire l’article de ma collègue Sophie-Hélène Lebeuf et la discussion en direct avec des chercheurs de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM. Suivent le reportage de notre correspondante Joyce Napier et un condensé des meilleurs moments du débat en moins de 4 minutes sur le site du New York Times.


Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb

Moment fort attendu, ce soir, dans la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle du 6 novembre aux États-Unis : Barack Obama et Mitt Romney répondront aux questions d’électeurs indécis lors du deuxième débat présidentiel de la campagne.

On surveillera de près la performance du président Barack Obama, dont la performance a été jugée moyenne lors du premier débat, le 3 octobre. Chose certaine, ce deuxième débat suscite son lot de couvertures diverses en ligne et promet d’être à nouveau le sujet d’intérêt sur les médias sociaux ce soir sur la planète.

Le 3 octobre, plus de 10 millions de tweets ont été échangés lors du débat, en faisant l’événement de politique américaine ayant fait l’objet du plus d’échanges sur Twitter de l’histoire.

Voici quelques liens et initiatives d’intérêt pour suivre le débat de ce soir en ligne :
 

  • Diffusion et discussion en direct sur Radio-Canada.ca

Comme on prêche d’abord pour sa paroisse, Radio-Canada.ca vous présentera ce soir le débat, avec traduction simultanée, en direct sur le web. Le tout sera assorti d’une discussion en direct animée par mon collègue Florent Daudens avec des chercheurs de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM. La discussion battra aussi son plein sur Twitter en utilisant le mot-clic #etatsunis2012.

 

  • Faire l’édition de clips vidéo sur CNN.com

La fonction clip-and-share de CNN, telle qu’expliquée (en anglais) dans la vidéo ci-bas, est intéressante. CNN propose littéralement aux internautes d’aller sélectionner, un peu à la façon d’un logiciel de montage, une séquence du débat qu’ils souhaitent partager et/ou commenter sur les réseaux sociaux. Le tout est simple à utiliser, et, une fois la séquence choisie, de simples boutons permettent de partager directement via Facebook ou Twitter.

  • La programmation de la chaîne politique de YouTube

De nombreux médias présenteront ce soir le débat en direct sur le web. Pour ceux qui veulent d’ores et déjà regarder des analyses, la chaîne politique de YouTube consacrée à la présidentielle de 2012 propose, tout au long de la journée, diverses couvertures médiatiques en provenance de médias variés. Des analyses et le débat lui-même proviendront d’ABC, mais d’autres vidéos arriveront notamment d’Al-Jazeera, du Wall Street Journal ou encore du New York Times.

  • Des fils d’intérêt sur Twitter

Comme je vous le mentionnais plus haut, nous vous suggérons le mot-clic #etatsunis2012 pour suivre les discussions d’ici portant sur le débat de ce soir. Néanmoins, certains voudront certainement élargir leur éventail de fils suivis ce soir.

Sur son blogue, Twitter invite ses membres à participer au débat avec le mot-clic #debate. On y mentionne aussi qu’une analyse des tweets sera publiée après le débat sur le Twitter political index.

Le « Twitter political index »
Le « Twitter political index »

Lors du premier débat, le Huffington Post (États-Unis) proposait une liste de 100 comptes intéressants à suivre au cours de l’évènement,  des principaux médias américains aux équipes de campagne, en passant par les personnalités marquantes de la scène politique américaine. Il va sans dire que la liste est toujours d’intérêt ce soir.

France 24 propose, dans le cadre de la campagne électorale américaine, une course aux tweets en temps réel sur son site web. Les messages portant sur Obama et Romney y sont comptabilisés. Il sera intéressant de suivre la chose évoluer à l’heure du débat, et de voir lequel des candidats virtuels courra le plus vite!

  • Vérification des faits

Comme le soulignait mon collègue Bahador Zabihiyan dans sa chronique précédant le premier débat présidentiel, plusieurs sites font de la vérification de faits en direct lors du débat. On suivra les sections spéciales sur le web et les fils twitter conçus spécialement à cet effet sur les sites des candidats Obama et Romney, sur Politifacts, sur le site du New York Times ou encore sur Factcheck.org.

En complément :

Débat présidentiel : Pizza Hut modifie son concours vertement critiqué

Notre dossier complet sur la présidentielle américaine

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb

L’intérêt des Québécois pour les élections générales ne s’est pas seulement reflété dans le taux de participation au scrutin (74 % par rapport à 57 % en 2008). La journée du vote et le lendemain, Radio-Canada.ca a enregistré des records de fréquentation, avec plus d’un million de visites chaque jour.

Le 4 septembre, quelque 985 000 visites ont été enregistrées sur Radio-Canada.ca, et 56 000 sur le site mobile (m.radio-canada.ca). Ces données n’incluent pas l’utilisation des applications pour téléphones intelligents (iOS et Androïd). Il s’agit d’une augmentation de 86 % par rapport aux élections québécoises de 2008 et de 72 % par rapport à 2007. Le record précédent était de 718 000 visites, établi au lendemain des élections fédérales du 2 mai 2011.

Dès le lendemain du scrutin, le 5 septembre, un nouveau record a été établi, alors que le site de Radio-Canada.ca a enregistré 1 127 000 visites et la version mobile, 71 000.

Par ailleurs, plus de 72 000 personnes se sont rassemblées sur le clavardage en direct pendant le dévoilement des résultats, où près de 20 000 commentaires ont été envoyés par plus de 9000 utilisateurs.

Pour me joindre:

D’ici l’année prochaine, Élections Canada prévoit de tester le vote par Internet lors d’une élection partielle. Un groupe d’experts se penche en effet sur la question du vote en ligne, au niveau fédéral. Au Québec, le directeur général des élections va suivre les résultats de ce test avec intérêt, pour un jour, effectuer la même expérience.  Mais les barrières légales sont encore nombreuses. Les détails :

 

Pour me joindre :

bahador.zabihiyan@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Suivre @bahadorzSuivre @surleweb