Billets classés sous «carnet d’adresses»

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et son équivalent néerlandais ont publié aujourd’hui les conclusions d’une enquête menée conjointement sur la plateforme de messagerie mobile WhatsApp, qui permet l’envoi de messages instantanés sur divers appareils mobiles.

Les deux instances de protection de la vie privée ont constaté que l’application contrevenait aux lois néerlandaise et canadienne en matière de protection de la vie privée. L’entreprise a pris des mesures pour corriger la situation, mais certains problèmes demeurent, pour le moment.

Par exemple (à l’exception des appareils Apple munis du logiciel d’exploitation iOS 6), l’application accède automatiquement à la totalité du carnet d’adresse des utilisateurs, et ne supprime pas les numéros de cellulaire des non-utilisateurs.

Parmi les problèmes corrigés, mentionnons que les messages envoyés via WhatsApp n’étaient pas chiffrés, ce qui les exposait au risque d’être interceptés, particulièrement quand ils étaient envoyés à partir de réseaux Wi-Fi non protégés.

Le Commissariat canadien et l’autorité néerlandaise de protection des données entendent effectuer un suivi auprès de l’entreprise, afin de s’assurer qu’elle met en place les correctifs toujours nécessaires.

Le rapport en entier est disponible ici.

Mentionnons que les conclusions de cette enquête sont publiées alors que le 28 janvier marque la Journée de la protection des données.

Vincent.grou@radio-canada.ca