Billets classés sous «blackberry»

La revue du web – 22 mars

par

 publié le 22 mars 2012 à 16 h 29

Voici quelques liens qui retiennent notre attention sur le web aujourd’hui. N’hésitez pas à nous envoyer vos suggestions!

urlStorify= http://storify.com/surleweb/la-revue-du-web-22-mars.js

Avec Bruno Maltais

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb

Vincent GrouBlackBerry défend ses superhéros

par

 publié le 31 janvier 2012 à 14 h 25

Les personnages dévoilés par BlackBerry

Le fabricant canadien d’électronique BlackBerry a réagi sur son blogue officiel, mardi, à l’accueil plutôt froid réservé à des personnages dévoilés vendredi dernier.

Ces « mascottes » ont été dévoilées dans cette infographie. Ils ont les traits de quatre superhéros qui représentent les quatre personnalités des utilisateurs, le défenseur (advocate) le chef de file (achiever), l’aventurier et l’authentique. Ils portent le nom de « Bold Team » (équipe audacieuse). BlackBerry affirme que ces personnages sont le résultat des réponses à une question posée à ses abonnés Twitter à la veille du jour de l’An.

Toutefois, l’accueil qui leur a été réservé dans les réseaux sociaux est assez négatif, tout comme dans les blogues spécialisés, comme Gizmodo, qui dit que « BlackBerry l’a complètement perdu », Mobiles Syrup, qui croit que l’entreprise devrait davantage se concentrer sur de nouveaux produits que sur des personnages, ou Pocket-Lint, qui n’est pas certain qu’ils ont les super pouvoirs pour remettre l’entreprise sur les rails.

Si bien que BlackBerry a tenu à remettre les pendules à l’heure avec une mise à jour dans son billet de blogue. Selon l’entreprise, cette infographie n’a été réalisée que « pour le simple plaisir », et il ne s’agit pas d’une nouvelle campagne de publicité.

Cet épisode s’ajoute aux récentes difficultés du fabricant, que la nomination d’un nouveau PDG n’a pu juguler jusqu’à maintenant.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

La Presse rapporte aujourd’hui que la police a pu avoir accès aux messages cryptés des appareils BlackBerry des accusés du meurtre de Slavatore Montagna.

Crédit : AFP/Damien Meyer

La nouvelle peut paraître surprenante, quand on sait que le fabricant du BlackBerry, Research In Motion (RIM), est très jaloux de son système de cryptage, qui a la réputation d’être impénétrable.

Rappelons également que des pays comme l’Inde et l’Arabie saoudite ont fait d’intenses pressions sur RIM afin d’avoir accès aux données cryptées du BlackBerry. Le fabricant canadien a longuement résisté à ces pressions, avant de parvenir à une entente avec l’Arabie saoudite en 2010 et avec l’Inde en octobre dernier.

Toutefois, dans le cas du meurtre de Salvatore Montagna, l’explication est probablement très simple. Contactée par mon collègue Florent Daudens, la Sûreté du Québec, sans parler de ce cas précis, confirme que si les autorités policières sont munies d’un mandat, RIM est tenu de fournir les messages cryptés visés par ce mandat.

Ce cas diffère donc de celui des pays qui souhaitent obtenir un accès global au contenu crypté du BlackBerry. Il ne s’agit donc pas d’un État qui souhaite surveiller ses citoyens, mais de policiers qui ont vraisemblablement obtenu un mandat pour un cas précis.

Parions en outre que les policiers n’ont pas commis la gaffe d’intercepter illégalement des messages, au risque de présenter une preuve irrecevable en cour.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Une enquête publiée en fin de semaine dans le New York Review of Books relance la théorie du complot dans l’affaire Dominique Strauss-Kahn (DSK).

L’enquête du journaliste Edward Jay Epstein souligne plusieurs zones d’ombre qui planent sur la journée du 14 mai 2011, où l’ex-patron du Fonds monétaire international (FMI) a été arrêté par les autorités américaines.

Même si les accusations, notamment d’agression sexuelle à l’endroit de la femme de chambre Nafissatou Diallo, ont été abandonnées par les procureurs de la Ville de New York (la plainte au civil suit quant à elle son cours), cette histoire a coûté son poste à DSK et mis un terme à ses ambitions de briguer la présidence française en 2012 pour le Parti socialiste.

Sans fournir de preuves matérielles, Edward Epstein, qui croit fermement que quelqu’un a voulu nuire à la campagne de DSK, fournit une série d’éléments circonstanciels qui soulèvent plusieurs questions sans réponses.

Le BlackBerry perdu

Il mentionne d’abord que le matin du 14 mai, DSK a été averti, par une amie qui travaille de façon transitoire pour l’UMP (parti du président Nicolas Sarkozy), qu’au moins un courriel envoyé à sa femme à partir de son BlackBerry avait été lu par des membres de l’UMP. Après avoir reçu cette information, DSK a téléphoné à sa femme pour lui demander de contacter un ami, afin de faire examiner son BlackBerry le plus rapidement possible.

L’appareil sera égaré dans le courant de la journée par DSK. Il n’a pas été retrouvé à ce jour. L’enquête d’Edward Epstein démontre que le système de localisation GPS du BlackBerry a été désactivé un peu plus d’une demi-heure après le dernier appel fait par DSK. Selon un expert consulté par M. Epstein, à moins que l’appareil n’ait été brisé par accident, la désactivation du GPS requiert une certaine connaissance technique sur son fonctionnement.

Mystérieuse « danse de célébration »

Le journaliste évoque également une vidéo tirée des caméras de surveillance de l’hôtel Sofitel, où résidait DSK. Selon M. Epstein, on y voit un responsable de la sécurité de l’hôtel et un autre homme, non identifié,  faire « ce qui ressemblait à une extraordinaire danse de célébration qui dure trois minutes », après avoir entendu la version des faits de Nafissatou Diallo.

Le groupe français Accor, propriétaire du Sofitel, a publié un communiqué dans lequel il affirme que la scène dure plutôt huit secondes et qu’il n’y a pas de « danse de fête ». Selon réseau France 2 M. Yearwood et l’homme non identifié ont déclaré que la « célébration » était en lien avec un « résultat sportif ».

Quoi qu’il en soit, le journaliste réclame que le groupe Accor diffuse la vidéo. Dans une entrevue accordée à Paris Match publiée lundi, il menace de rendre lui-même publique la vidéo. « J’attends le feu vert de mes sources, mais j’ai bon espoir de l’obtenir mardi 29 novembre », dit-il.

Sur Twitter, M. Epstein accusait dimanche Accor d’avoir nié l’existence même de la vidéo.

La chambre 2820

L’enquête du journaliste démontre aussi que la femme de chambre s’est rendue dans la chambre 2820 du Sofitel, voisine de celle de DSK, dans les moments qui ont suivi leur rencontre. Elle y était également allée avant le départ de la personne qui occupait cette chambre. Dans sa plainte à la police, elle avait omis de souligner ce détail. Si elle l’avait fait, ont noté les procureurs, la chambre 2820 aurait été considérée comme une scène de crime et aurait été fouillée.

Dans le communiqué cité plus haut, le groupe Accor, sans dévoiler l’identité du client, affirme plutôt que ce dernier a réglé sa chambre à 11 h 36 et que Mme Diallo a fait le ménage immédiatement après. « L’insinuation selon laquelle le client occupant la chambre 2820 serait impliqué dans l’incident est donc fausse et sans fondement », ajoute le communiqué.

Un journaliste spécialiste du complot

Rue89 publiait hier une intéressante chronologie des éléments relatés dans l’enquête d’Edward Epstein. L’article met également en lumière quelques failles de son enquête. Par exemple, on ignore s’il existe des vidéos qui auraient été filmées à l’étage où se trouvent la suite louée par DSK et la chambre 2820.

Le site d’information publie également un portrait d’Edward Jay Epstein, rappelle qu’il se spécialise dans la théorie du complot et des sujets remis en question, comme les attentats du 11 septembre, des attaques à l’anthrax et de l’assassinat de John F. Kennedy.

Rue89 souligne d’ailleurs que sur le site officiel d’Edward Jay Epstein comporte notamment une section consacrée à démonter des exclusivités du New York Times. L’article ajoute que le site tente également de mettre à mal certains mythes, comme celui de la prétendue forteresse d’Oussama ben Laden.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Carole AounLa revue du web en 6 liens

par

 publié le 25 novembre 2011 à 16 h 31

Aujourd’hui, à la revue du web : quel type d’utilisateur d’iPhone êtes-vous?; le Black Friday en photos; le BlackBerry cause la cohue en Indonésie; l’impact des réseaux sociaux sur votre couple; quelques liens pour vous aider à traverser le temps des Fêtes.

urlStorify=http://storify.com/surleweb/la-revue-du-web-en-5-liens-25-novembre-2011.js

Avec Vincent Grou

Pour me joindre: