Billets classés sous «Apple»

La PDG de Yahoo, Marissa Mayer

AFP/MARIO TAMA

La PDG de Yahoo, Marissa Mayer

Yahoo est la plus récente entreprise Internet à publier le nombre de demandes sur ses usagers qui lui ont été faites par les autorités américaines.

Dans un communiqué publié lundi soir, la PDG Marissa Mayer et l’avocat principal Ron Bell indiquent que du 1er décembre 2012 au 31 mai 2013, entre 12 000 et 13 000 requêtes ont été faites à Yahoo, notamment en vertu de la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA). « Les requêtes les plus courantes concernent des fraudes, des homicides, des enlèvements et d’autres enquêtes criminelles », disent-ils.

Ils indiquent toutefois ne pas être en mesure, pour des raisons légales, de publier le nombre précis de requêtes faites suivant la FISA. « Nous pressons fortement le gouvernement de revoir sa position à ce sujet », disent-ils.

Yahoo emboîte ainsi le pas à d’autres entreprises qui tentent de blanchir leur réputation. Lundi, Apple disait avoir reçu entre 4000 et 5000 demandes pour la même période. Vendredi, Microsoft (entre 6000 et 7000 entre juillet et décembre 2012) et Facebook  (entre 9000 et 10 000 de juillet à décembre 2012) l’ont aussi fait. Ces données sont également disponibles dans les rapports de transparence de Twitter (815 demandes de juillet à décembre 2012) et de Google (8348 demandes de juillet à décembre 2012).

Dans son communiqué, Yahoo a également ajouté son intention de rapport sur la transparence des données deux fois par année. Le premier sera publié plus tard cet été.

Depuis les révélations sur le programme surnommé Prism,  ces entreprises ont vivement nié avoir donné un accès direct ou indirect à leurs serveurs à la National Security Agency (NSA). Toutefois, dans une séance de clavardage organisée par le Guardian lundi, Edward Snowden, à l’origine des révélations, a réitéré que les compagnies étaient au courant.

Une cinquantaine de complots déjoués

Par ailleurs, selon le directeur de la NSA, Keith Alexander, et le directeur adjoint du FBI, Sean Joyce, le programme de la NSA a permis de déjouer une cinquantaine de complots terroristes, dont un projet de s’attaquer au système de métro new-yorkais ainsi qu’à la Bourse de New York. MM. Alexander et Joyce comparaissaient devant un comité du Congrès, mardi.

Comme le souligne CNN, la communauté du renseignement est actuellement divisée. Certains souhaitent déclassifier des documents pour démontrer que le programme est efficace, tandis que d’autres croient que tout devrait rester secret, de crainte de dévoiler des sources et des façons de faire des services secrets américains.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca


Des pages Facebook créées au cours des dernières heures laissent croire qu’Apple Canada fait tirer des iPhone et iPad puisqu’ils « sont venus sans le film de protection boîte à l’extérieur ».

Apple confirme qu’il s’agit de faux tirages.

Les pages (notamment ici et ici) ont attiré quelques milliers de personnes au cours des dernières heures.

Une autre page, sous le nom de Mobile Belgium, propose un concours semblable pour des appareils Galaxy SIII de Samsung, en utilisant exactement la même formulation.

Même si ces initiatives ne causent pas de véritables dommages pour le moment (autre que de polluer votre fil d’actualité de Facebook), ce genre de technique mène souvent les utilisateurs vers d’autres sites (qui s’apparentent généralement aux sites des compagnies en question) qui tentent d’obtenir des renseignements personnels.

Prudence, donc, si vos amis Facebook partagent ces présumés concours…

Mise à jour, 21 février, 19 h 30 : l’auteur des deux pages « Apple Canada » a communiqué avec nous et dit s’en vouloir d’avoir créé ces pages, « une blague entre copains qui est allé trop loin ». Les messages portant sur les faux tirages ont été supprimés, et de nouveaux messages sur la prévention contre la fraude sur Internet ont été publiés. Si certains utilisateurs qui se sont fait prendre remercient l’auteur de les sensibiliser, d’autres le critiquent vertement.

Aucune nouvelle, toutefois, de la page sur Mobile Belgium.

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca

Bruno MaltaisApple attaquée par les mêmes cyberpirates que Facebook

par

 publié le 19 février 2013 à 14 h 16

Des ordinateurs de l’entreprise américaine Apple ont été infectés lors d’une importante attaque informatique contre plusieurs cibles, dont Facebook.

Apple a indiqué mardi que certains ordinateurs de ses employés ont été attaqués, mais que rien n’indique que des données personnelles ont été saisies par les pirates. Le géant informatique a ajouté qu’un logiciel pour protéger ses clients sera disponible au cours de la journée.

Vendredi dernier, Facebook a annoncé avoir subi, le mois dernier, une attaque informatique « sophistiquée », ajoutant également que les données de ses utilisateurs ne semblaient pas avoir été compromises.

Le réseau social avait indiqué qu’une faille de sécurité dans le logiciel Java est à l’origine de l’intrusion.

Au début du mois, Twitter a également annoncé que des pirates informatiques ont attaqué son réseau et qu’ils avaient peut-être réussi à obtenir les mots de passe de 250 000 comptes, sans mentionner l’origine et la méthode de l’attaque.

Apple, Facebook et Twitter n’ont pas indiqué la provenance de l’attaque informatique.

Tous les yeux tournés vers la Chine

Ces cyberattaques surviennent alors que le New York Times, le Washington Post, le Wall Street Journal et CNN ont tous annoncé récemment avoir été la cible de pirates informatiques chinois.

Un rapport publié mardi par la firme de sécurité américaine Mandiant indique d’ailleurs qu’une unité secrète de l’armée chinoise serait à l’origine de nombreuses attaques informatiques contre les États-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne. Le gouvernement chinois a formellement rejeté les conclusions du rapport de Mandiant.

Dans le cas du New York Times, Mandiant a déterminé que l’attaque venait de Chine, mais que l’unité 61398 de l’armée chinoise n’en était pas responsable.

En janvier, le département américain de la Sécurité intérieure a mis en garde contre une faille dans le logiciel Java, appelant ses utilisateurs à cesser d’y avoir recours.

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca

Bahador ZabihiyanApple dévoile sa nouvelle tablette, l’iPad mini

par

 publié le 23 octobre 2012 à 15 h 29

L’iPad mini sera plus petit, plus léger et plus fin que l’iPad, mais Apple espère réaliser de grosses ventes grâce à cette tablette qui se tient dans une seule main. Même si certains analystes estiment qu’elle coûte trop chère.

La présentation du dernier né d’Apple aura duré une heure. Ce n’est que dans la dernière partie de celle-ci que le directeur marketing d’Apple, Phil Schiller, a dévoilé la nouvelle tablette.

À première vue, il s’agit d’un iPad en version miniature ou d’un iPhone géant, question de perspective. L’écran fait 20,06 cm (7,9 pouces). La tablette pèse 308 grammes et elle fait 7,2  mm de large. Son autonomie est de 10 heures, la même que celle de l’iPad.

L’iPad s’est vendu à 100 millions d’exemplaires dans le monde en deux ans, a dit Tim Cook, le président d’Apple. Il espère vendre le même nombre d’iPad mini.

Les Canadiens pourront commander la tablette dès le 26 octobre et elle sera disponible en magasin le 2 novembre. La version la moins chère coutera 329 $.

 

Selon le site spécialisé Zdnet.com, la concurrence est déjà rude dans le secteur des tablettes miniatures. Le Nexus 7 et le Kindle Fire d’Amazon coutent moins de 300 $.

Les concurrents d’Apple sont déjà bien implantés depuis plusieurs années sur le marché des petites tablettes, dit l’éditorialiste de Mashable, Peter Pachal. Selon les sources citées par le Wall Street Journal, Apple a commandé déjà 10 millions d’exemplaires de l’iPad mini.

La plupart des observateurs prévoyaient des prix entre 250 $ et 300 $. À 329 $, l’appareil se vend encore le double du prix du Kindle Fire de base.

Dans une annonce inattendue, Apple a aussi dit mettre à jour sa tablette iPad grand format seulement six mois après avoir lancé un nouveau modèle, en doublant la vitesse du processeur, explique l’Associated Press.

Avec Associated Press.

Pour me joindre : bahador.zabihiyan@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Suivre @bahadorz Suivre @surleweb

Le président-directeur général d’Apple Tim Cook s’est dit « extrêmement désolé » de la mauvaise qualité de l’application cartographique de la compagnie, dans une lettre publiée vendredi.

« Nous sommes extrêmement désolés de la frustration que cela a causée à nos clients et nous faisons tout ce que nous pouvons pour améliorer Plans ».

Depuis son lancement, l’application Plans est devenue la cible de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux. Des autoroutes au milieu de la mer, des lieux censés être densément peuplés mais dépourvus de rues sur Plans : les utilisateurs avaient de quoi en perdre le Nord.

En attendant les améliorations, servez-vous de Google, dit le PDG d’Apple

Le PDG d’Apple promet d’améliorer Plans. Pendant ce temps, il invite les clients à télécharger Bing, MapQuest ou Waze, ou encore à se rendre sur les sites de Google ou de Nokia.

Tout cela intervient au moment où Google et Apple ne sont pas parvenus à trouver un accord pour offrir l’application Google Maps sur les appareils Apple.

Le président exécutif de Google, Eric Schmidt, a effectué une sortie médiatique au Japon pour critiquer la décision d’Apple de ne plus offrir l’application Google Maps. Depuis 2007, l’application était offerte par défaut sur les appareils d’Apple.

« Je pense que cela aurait été mieux s’ils avaient gardé la nôtre […] Qu’est ce qu’on pouvait faire? Les forcer à ne pas changer d’avis? C’est leur choix », a dit le patron de Google à Reuters cette semaine.

La concurrence est importante pour les fabricants de téléphones et les concepteurs d’applications afin d’offrir des cartes aux utilisateurs. En 2007, la compagnie finlandaise Nokia a racheté l’entreprise de cartographie américaine Navteq au coût de 8.1 milliards de dollars, selon Bloomberg. La précision des cartes de Nokia a été vantée la semaine dernière, sur le blogue du fabricant de téléphones finlandais.

« Contrairement à nos concurrents, qui se servent de la publicité pour financer leurs activités de cartographies ou qui achètent des données cartographiques à des tierces parties, nous avons construit et nous possédons nos propres contenus cartographiques », explique Pino Bonetti, un responsable du marketing de Nokia.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres 

Au Japon, une application concurrente de Plans connait un franc succès depuis les déboires d’Apple, selon le New York Times. Le nombre de téléchargements de Mapion a explosé. Surtout que dans ce pays, les applications de géolocalisation sont très utiles puisque beaucoup de rues ne portent pas de nom. De plus, les numéros de maison sont souvent attribués en fonction de l’année d’inscription au cadastre.


Pour me joindre :bahador.zabihiyan@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Suivre @bahadorz Suivre @surleweb