Billets classés sous «AnonOps»

Vincent GrouTrois présumés Anonymous arrêtés en Espagne

par

 publié le 10 juin 2011 à 12 h 28

La police espagnole a exhibé un des masques souvent utilisés par les Anonymous.

Les autorités espagnoles ont annoncé vendredi avoir procédé à l’arrestation de trois membres présumés de la nébuleuse de pirates informatiques Anonymous.

Selon la Police nationale, il s’agit de trois dirigeants du réseau en Espagne, qui ont été arrêtés à Barcelone, à Valence et à Almeria. L’un d’eux, selon la police, disposait d’un serveur dans la ville de Gijon, dans le nord du pays, à partir duquel auraient été lancées des attaques informatiques contre le réseau PlayStation de Sony ainsi qu’à l’endroit des gouvernements d’Algérie, du Chili, de Colombie, d’Égypte, d’Iran, de Libye et de Nouvelle-Zélande.

La police a également expliqué que deux des pirates n’avaient pas de connexion Internet chez eux, dans le but probable de ne pas éveiller de soupçons. Ils auraient opéré en utilisant les connexions sans fil de voisins.

Il est difficile d’évaluer l’impact de ces arrestations sur le réseau, car Anonymous est une organisation très floue et sans hiérarchie.

Anonymous fourbit ses armes

Sur le blogue AnonOps Communications, souvent utilisé par l’organisation pour revendiquer des attaques informatiques, on trouvait vendredi un très bref message titré V for Spain, qu’on peut interpréter comme « vengeance pour l’Espagne ».  Le texte, tout aussi court, disait « Expect US » (attendez-vous à avoir des nouvelles de nous). On peut ainsi supposer que des membres ou sympathisants de la nébuleuse chercheront à venger les trois suspects arrêtés.

Un tableau de chasse bien garni

Anonymous s’est notamment fait connaître, en décembre, après avoir paralysé les sites web de Visa et de Mastercard, pour leur décision de ne plus accepter les paiements à l’endroit de WikiLeaks.

En janvier, la nébuleuse avait revendiqué la paralysie de sites officiels tunisiens.

En février, le groupe s’en était pris à la firme de sécurité HBGary, après que cette dernière avait annoncé avoir découvert l’identité de membres influents du réseau.   

Pour me joindre :