Billets classés sous «Accident»

Vincent GrouUne vidéo sème la consternation en Chine

par

 publié le 18 octobre 2011 à 12 h 55

Montage des images de l'accident et de la dame venue en aide à la victime, sur China Media Project

La vidéo d’un accident survenu la semaine dernière en Chine a semé la consternation sur la toile chinoise.

Les images (très troublantes, que nous vous déconseillons de regarder si vous n’êtes pas certains de vouloir les voir), ont été filmées par une caméra de surveillance, le 13 octobre, dans la ville de Foshan, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine.

On y voit une fillette de 2 ans se faire écraser par une minifourgonnette. Le chauffeur, qui a immobilisé son véhicule à la suite de l’impact, poursuit sa route sans lui venir en aide, l’écrasant une seconde fois avec ses roues arrières. Mais le plus troublant est que dans les minutes qui suivent, plus d’une quinzaine de personnes passent à côté de la fillette gisante, sans s’arrêter. Elle se fait même percuter par un deuxième véhicule, qui ne s’arrête pas non plus.

C’est finalement une éboueuse qui s’arrêtera et retrouvera la mère de la gamine.

Comme le rapporte Aujourd’hui la Chine, la fillette a été placée sous assistance respiratoire et se trouve dans un profond coma. Selon l’AFP, les médecins ne semblent pas croire en ses chances de survie. Les deux conducteurs, eux, ont été arrêtés et seront traduits en justice.

C’est l’accident lui-même, mais surtout l’indifférence des passants qui a été décriée par les internautes chinois, comme en témoignent notamment le Lede du New York Times, Storyful, Le Parisien, le Huffington Post, Shanghaiist, le Telegraph et le China Media Project. Des milliers d’internautes ont demandé où était le cœur des passants qui ne sont pas intervenus.

Toutefois, cette indifférence s’explique peut-être par une décision rendue en 2006 par un juge chinois. Comme le souligne l’agence Xinuha, en 2006, une femme qui était tombée d’un autobus a poursuivi en justice le jeune homme qui l’avait transportée à l’hôpital. Celui-ci a été condamné à payer la moitié des frais médicaux. L’article de Xinhua fait état d’autres victimes d’accidents qui ont tenté d’extorquer les bons Samaritains qui leur sont venus en aide.

L’article cite même des directives publiées en septembre par le ministère de la Santé, qui peuvent paraître étonnantes : « Il n’est pas toujours nécessaire de venir en aide aux personnes âgées immédiatement après qu’elles soient tombées, en fonction de différentes  conditions différentes et des symptômes qu’ils montrent ». « Si la personne tombée montre des symptômes d’accident vasculaire cérébral, de fracture ou de blessure lombaire, les passants ne devraient pas la déplacer, mais plutôt appeler une ambulance immédiatement ».

Les passants n’ont pas déplacé la fillette. Mais il semble qu’ils n’ont pas davantage appelé d’ambulance…

Cette histoire n’est pas sans rappeler celle d’Angel Torres. En 2008, l’homme de 78 ans s’est fait frapper par une voiture à Hartford, au Connecticut. Il a passé plusieurs minutes au sol sans que personne ne lui vienne en aide (la police a toutefois précisé que quatre appels avaient été faits au 911 dans la minute ayant suivi l’accident). N’empêche, la diffusion de la vidéo, captée par une caméra de circulation, avait semé l’émoi aux États-Unis.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Vincent GrouAccident ferroviaire : la colère des internautes chinois

par

 publié le 26 juillet 2011 à 14 h 36

En Chine, l’accident ferroviaire, qui a fait au moins 39 morts, selon un récent bilan, continue de susciter la colère de la population. Beaucoup accusent les autorités de cacher certains faits dans cette histoire. Plusieurs médias qui observent et analysent les réseaux sociaux chinois rendent compte des critiques qui fusent en ligne. En voici un condensé.

Mentionnons tout d’abord que le blogue China Geeks a fait une recension de messages qui ont circulé en ligne dans les heures qui ont suivi l’accident.

Le site China Digital Times, basé en Californie, a traduit et publié les directives du ministère de la Vérité concernant cet accident, directives qui ont fait l’objet de fuites et qui ont entraîné de vives réactions. Les médias chinois sont ainsi pressés de ne publier que les informations qui émanent du ministère des Chemins de fer (plutôt que de mener leurs propres entrevues), de rapporter des histoires « touchantes » (sur les dons de sang ou les taxis gratuits, par exemple) et de ne pas enquêter sur les causes de l’accident, entre autres.

China Digital Times publie également un article sur les doutes quant à la version officielle. On peut y voir une vidéo qui pourrait montrer les premières images de la collision. Il s’agit toutefois d’une information difficile à confirmer. À la toute fin de la vidéo, tournée par mauvais temps, on aperçoit, au loin, deux flashs lumineux, suivis des cris de la personne qui filme.

Le China Media Project (CMP) de l’université de Hong Kong a pour sa part publié une série d’images qui circulent abondamment sur les réseaux sociaux chinois pour dénoncer la gestion des autorités. On peut notamment y peut voir un montage qui montre le président Barack Obama qui, en 2009, se recueille sous une pluie battante devant le monument des victimes du 11 septembre. Par contraste, le montage montre un responsable chinois venu sur les lieux de l’accident et pour qui un assistant tient un parapluie. On y voit également une fausse affiche de film intitulé « Panique chez l’équipage du train ».

Le CMP s’est également penché sur la propagande à l’endroit des trains à grande vitesse. Cet article montre une conférence de presse où un porte-parole du ministère des Chemins de fer est la cible d’invectives de la part de journalistes, quand il qualifie de miracle le sauvetage d’une fillette. Les journalistes tentaient plutôt de savoir pourquoi elle n’avait pas été sauvée plus tôt.

Avant même l’accident de la fin de semaine, CMP publiait un article sur le réseau ferroviaire chinois, qui était déjà l’objet de critiques sur les réseaux sociaux. En effet, deux pannes survenues en trois jours, au début du mois, quelques jours seulement après l’inauguration du service de trains à grande vitesse entre Pékin et Shanghai.

Cet incident avait d’ailleurs été rapporté par Aujourd’hui la Chine. Le site montrait une vidéo dans laquelle on pouvait voir une jeune hôtesse de wagon fondre en larmes, apparemment incapable de répondre aux questions des voyageurs, et peut-être elle-même inquiète de la situation, mentionne l’article.

Aujourd’hui la Chine rend également compte de la colère des internautes au sujet de l’accident de samedi.

Pour me joindre :

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) vient tout juste de lancer une nouvelle publicité-choc sur les dangers de la vitesse au volant.

Les premières images de la vidéo sont tournées de la perspective d’un conducteur qui roule à grande vitesse sur une route de campagne mal éclairée. Soudain, le véhicule arrive au milieu d’une scène d’accident figée dans le temps. On peut alors voir les policiers, pompiers et ambulanciers qui sont sur place pour porter secours aux blessés, qui se trouvent à l’intérieur d’une voiture qui est sortie de la route et qui a percuté un poteau.

http://www.youtube.com/watch?v=wuuLaC89l3w

Le temps reprend ensuite son cours et on voit deux jeunes femmes pleurer le sort de leurs amis qui se trouvaient dans la voiture.

Ce nouveau message est lancé alors que la campagne 2011 de la SAAQ est axée sur la vitesse. Le microsite Encore pire a pour but de sensibiliser la population aux conséquences financières liées aux excès de vitesse.

La SAAQ n’est pas le seul organisme à voir recours à des images-chocs dans ses campagnes de sécurité routière. Des campagnes semblables ont été diffusées en France et au Royaume-Uni au cours des dernières années.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @vincentgrou et @SurLeWeb

Catherine BolducLe 25e anniversaire de la tragédie de Tchernobyl

par

 publié le 26 avril 2011 à 12 h 37

Il y a 25 ans, le 26 avril 1986, le réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl en Ukraine explosait, causant du coup une catastrophe nucléaire sans précédent. Il est abondamment question de ce triste anniversaire sur la toile aujourd’hui.

Je vous signale entre autres les albums photo de The Big Picture et de Totally Cool Pix qui présentent d’impressionnantes photos qui montrent à quoi ressemblaient les environs de la centrale de Tchernobyl avant la tragédie et de quoi ils ont l’air maintenant.

Dans le même ordre d’idées, ce reportage photo, réalisé pour le compte de Greenpeace, illustre la vie quotidienne dans les villes situées en périphérie de Tchernobyl aujourd’hui.

Cette autre vidéo publiée par Chernobyl Children International montre les réalisations de certains programmes d’aide mis sur pied pour soutenir les enfants qui ont été victimes de la tragédie de Tchernobyl.

Par ailleurs, l’Agence internationale de l’énergie atomique a mis en ligne un dossier intitulé « 25 ans, 25 histoires » qui propose plusieurs photos et vidéos.

Je vous souligne aussi l’album photo sur le site 20minutes.fr qui trace le portrait de Pripyat, qui est devenue une ville fantôme à la suite de la catastrophe.

Radio-Canada a également mis en ligne un dossier complet sur le 25e anniversaire de l’accident de Tchernobyl qui comprend des photos, des vidéos et des archives.

Je vous mentionne aussi que RDI rediffusera ce soir, à 20 h, le documentaire Les enfants de Tchernobyl qui raconte l’expérience vécue de familles canadiennes qui ont parrainé des enfants du Bélarus et qui sont retournés à leur rencontre plusieurs années plus tard pour voir ce qu’ils sont devenus.

Pour me joindre :

Vincent GrouGrave accident dans Lanaudière

par

 publié le 9 février 2011 à 12 h 05

Un accident impliquant un autobus scolaire et une minifourgonnette survenu mercredi matin près de Berthierville a fait trois morts et plusieurs blessés.

Une internaute, Vicky Sylvestre, nous a fait parvenir une vidéo tournée peu après le drame.

Mise à jour, 14 h 50 : La minifourgonnette impliquée dans l’accident, installée sur une remorqueuse. Cette photo nous a été envoyée par Marc Letendre, qui dit l’avoir prise vers 14 h 20.

Je vous rappelle que vous êtes toujours invités à nous faire parvenir des photos, des vidéos, ou encore des informations qui peuvent mener, comme ce fut le cas plus d’une fois, à des reportages. Une seule adresse à retenir : Radio-Canada.ca/Temoin

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @vincentgrou et @SurLeWeb