Billets classés sous la catégorie « Sport »

  • Vous parcourez actuellement les articles publiés dans la catégorie Sport.

Le boxeur Curtis Woodhouse n’a pas peut-être pas gagné son combat pour le titre de champion des poids supers-légers anglais, mais il a virtuellement mis KO un individu qui l’insultait sur Twitter, rapporte le site Internet Mashable.

Le boxeur anglais a perdu son titre de champion lors de son combat contre Shayne Singleton vendredi dernier. Après la défaite, il pense sérieusement à prendre sa retraite. Mais plus que sa mauvaise performance, c’est plutôt l’avalanche d’insultes et de commentaires dégradants qu’un utilisateur de twitter lui a envoyé qui l’ont fait sortir de ses gonds.

L’utilisateur @jimmyob88 l’a traité de « blague ridicule », d’une « complète disgrâce », de déchet », et d’autres mots colorés, explique le site spécialisé dans l’actualité des médias sociaux Mashable. Le boxeur n’a pas hésité à répondre aux tweets injurieux, en utilisant au passage quelques noms d’oiseaux. Mais mécontent du résultat, il a décidé de prendre les choses en mains, de manière plus vigoureuse.

Curtis Woodhouse a demandé aux centaines de personnes qui le suivent sur Twitter de l’aider à retrouver le « troll », la personne qui l’insulte depuis plusieurs jours.  »Je donnerai 1000 £ à celui qui me fournira l’adresse et la photo de cet homme! Toc toc! », écrit-il.

Le « troll » lui écrit, et lui demande des précisions, explique Mashable. Ce à quoi Curtis Woodhouse répond: « Très vite, tu vas t’en rendre compte », écrit le boxeur.

En fait, en moins de dix minutes, le boxeur réussit à trouver le nom de la rue dans laquelle habite l’individu qui l’insulte ainsi que le nom et le prénom de ce dernier.

« On va se voir très bientôt, grand garçon », écrit le boxeur. Et pour prouver qu’il compte bien retrouver l’individu, le boxeur britannique met en ligne une photo de la rue dans laquelle le « troll » habite.

 

« Je suis désolé (…) je suis dans l’erreur et j’accepte ça », écrit @woodhousecurtis, qui depuis a effacé ses échanges avec le boxeur rapporte Mashable. Par la suite, Curtis Woodhouse raconte avoir reçu un appel d’une personne qui connaissait celui qui l’insultait, lui expliquant que @woodhousecurtis était paniqué à l’idée de devoir rencontrer le boxeur. Finalement, ce dernier a fait demi-tour, non sans avoir envoyé quelques tweets. Tout d’abord, en guise de clin d’oeil, il a dit avoir trouvé l’option permettant de bloquer les utilisateurs sur Twitter.

Il n’est pas le seul athlète à avoir été victime de propos injurieux de la part de fans mécontents. Récemment, le joueur du Canadien Carey Price s’était fait écrire par un utilisateur de Twitter que même le chanteur aveugle « Stevie Wonder » aurait pu faire un meilleur gardien de but. Ce à quoi il a répondu: « Je suis toujours le joueur préféré de ta mère ».

Le tweet a été repris des centaines de fois, et la personne ayant insulté le gardien de but a reçu une avalanche de tweets négatifs, voir injurieux. Il s’est finalement excusé auprès du gardien.

D’autres sportifs, comme le boxeur Aaron Taylor, ont félicité Curtis Woodhouse, pour avoir remporté son combat contre le « troll ». Aaron Taylor a même tweeté un photomontage, dans lequel on voit le visage de Curtis Woodhouse sur l’affiche du film « L’homme en feu », dans lequel le personnage incarné par Denzel Washington tue des trafiquants de drogue mexicains, qu’il soupçonne d’avoir kidnappé la petite fille dont il était le gardien.

Curtis Woodhouse a même changé sa biographie sur Twitter. « Dans mes temps libres, je monte dans mon auto pour pourchasser les trolls », écrit-il.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire de Curtis Woodhouse semble aussi faire rire le boxeur montréalais Jean Pascal. Voici sa réponse lorsque nous lui avons demandé ce qu’il en pensait:

Pensez-vous que Curtis Woodhouse est allé trop loin?

Pour me joindre : bahador.zabihiyan@radio-canada.ca
Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb
Suivre @bahadorzSuivre @surleweb

Image: oscarpistorius.com

On apprend aujourd’hui que le responsable de l’enquête sur l’athlète sud-africain Oscar Pistorius, inculpé du meurtre de sa conjointe Reeva Steenkamp, a été remplacé.

Pendant ce temps, la famille et l’agence de relations publiques du coureur ont choisi de changer la vocation de son site web officiel, OscarPistorius.com, avec pour but, notamment, de redorer son image.

La famille et l’agence disent vouloir s’assurer « que les médias ont accès à des informations factuellement correctes ». Au moins deux communiqués sont ainsi publiés quotidiennement sur le site.

On peut également y voir des photos de l’athlète, lors de compétitions, en compagnie d’enfants, ou en train de participer à des événements caritatifs.

Comme le souligne l’AFP, la famille Pistorius a porté une attention particulière à ses communications depuis l’inculpation du coureur. Elle a retenu les services du Britannique Stuart Higgins, ancien rédacteur en chef du tabloïd The Sun, qui œuvre maintenant dans le domaine de la communication.

Par ailleurs, le Guardian a mis en ligne une animation interactive de la maison d’Oscar Pistorius, qui illustre les deux versions des faits.

Rappelons que l’athlète sud-africain affirme qu’il s’agit d’un accident, tandis que la poursuite estime qu’il s’agit d’un meurtre prémédité.

Pour me joindre :

Vincent.grou@radio-canada.ca

 

Un groupe d’athlètes américains affirme que les règles du Comité international olympique (CIO) concernant l’utilisation des réseaux sociaux les privent d’importants revenus publicitaires. Ils souhaitent que ces règles changent et ils se font entendre sur Twitter.

La charge est menée par Sanya Richards-Ross, une coureuse américaine. Le groupe accuse le CIO de favoriser ses intérêts commerciaux au détriment de ceux des athlètes.

L'application Twitter sur un iPhone 4
L’application Twitter sur un iPhone 4
« Je suis honoré de participer aux JO, mais nous demandons des changements », ont publié plusieurs athlètes sur leur compte Twitter. Ils souhaitent que le CIO modifie la « règle 40 » de la Charte olympique. Celle-ci interdit aux athlètes de faire la promotion de leurs commanditaires sur les réseaux sociaux pendant la durée des Jeux.

« Durant ces Jeux, six milliards de dollars vont changer de main alors que beaucoup de nos amis dans le sport se battent pour rester dans le sport, c’est important pour nous, et Twitter est notre seule plat-forme », a déclaré Sanya Richards-Ross, lors d’une conférence de presse lundi, selon l’Agence France-Presse. De son côté, le CIO dit que la quasi-totalité des revenus générés par les JO sont redistribués aux athlètes, par conséquent, les règles ne seront pas modifiées.

Samedi,  les utilisateurs de Twitter ont contribué à ralentir le réseau GPS, lors de la compétition de cyclisme sur route. Ceci a privé les spectateurs de données concernant le positionnement des cyclistes dans la course. Dimanche, le Comité international olympique a demandé aux spectateurs d’essayer de limiter leur usage de Twitter durant les compétitions, selon Reuters.

De nombreux athlètes canadiens sont présents sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, afin de raconter leurs aventures olympiques.

Mais attention, les tweets, les publications sur Facebook et toutes les autres formes de communication sur Internet sont règlementés par le Comité olympique international (CIO). En tout, le CIO a rédigé trois pages de règles strictes.

Les principales règles que les athlètes doivent suivre sur les médias sociaux, dans le village olympique:

  • Décrire leur expérience personnelle, parler à la première personne du singulier
  • Ne pas rapporter d’informations concernant les compétitions ou les activités des autres équipes
  • Ne pas mettre de vidéos ou de contenu audio sur les médias sociaux
  • Les photos peuvent être mises en ligne sur les réseaux sociaux, mais pour un usage non commercial
  • Ne pas faire la promotion d’entreprises privées

Le CIO indique qu’il surveillera l’utilisation des réseaux sociaux. Mais cela n’empêche pas les membres de l’équipe de natation américaine de faire preuve de beaucoup d’imagination dans un « lipdub ».

Les nageurs parodient la chanson « Call me maybe » de Carly Rae Jepsen. La vidéo promotionnelle, mise en ligne jeudi, a été visionnée presque 400 000 fois sur YouTube.

 

Une athlète déjà exclue

Le CIO demande à tous les participants de ne pas publier de propos à caractères diffamatoires ou racistes. Cette semaine, l’athlète grecque Paraskevi Voula Papachristou a été exclue des Jeux.  La spécialiste du triple saut s’était moquée des immigrés africains. Elle s’est par la suite excusée.

Le Comité olympique grec avait expliqué dans un communiqué que Papachristou ne ferait pas partie de la délégation à Londres « pour des déclarations contraires aux valeurs et aux idées du mouvement olympique ».

Pour consulter les règles du Comité olympique concernant l’utilisation des médias sociaux (en anglais)

La liste Twitter des athlètes canadiens

Pour me joindre :

bahador.zabihiyan@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Suivre @bahadorzSuivre @surleweb

Facebook a lancé lundi une nouvelle page regroupant un ensemble de comptes Facebook liés aux Jeux olympiques de Londres, qui se dérouleront cet été, du 27 juillet au 12 août.

Le réseau social mise sur le fait que ces JO surviendront à un moment où les histoires des athlètes seront plus partagées que jamais sur Facebook. « Plus de 900 millions de personnes pourront se joindre aux célébrations – assez pour remplir le stade olympique 11 000 fois », peut-on lire dans un communiqué de l’entreprise.

La page, offerte en 22 langues, regroupe plus de 160 pages d’athlètes olympiques présents sur Facebook. Les Canadiens reconnaîtront notamment le plongeur Alexandre Despaties, le kayakiste Adam van Koeverden ou encore la vedette montante du tennis Milos Raonic.

La page regroupe aussi les différentes équipes olympiques ainsi que les différentes disciplines sportives des Jeux. Il est possible pour les membres de Facebook « d’aimer » les pages répertoriées à partir de cette nouvelle page spéciale, afin de suivre tous les athlètes, équipes et/ou sports sur son fil d’actualité pendant les Olympiques.

En vue des Jeux de Londres, le Comité international olympique (CIO) a publié un code de conduite pour l’utilisation des réseaux sociaux. Les athlètes pourront publier des commentaires ou des photos sur Internet, mais cela devra toutefois être fait sans but commercial, et les athlètes devront le faire à la première personne, sans commenter les activités des autres participants. Il ne pourront toutefois pas mettre de vidéos captés sur des sites olympiques.

D’autre part, la semaine dernière, YouTube annonçait que dans 64 pays d’Asie et d’Afrique subsaharienne pourraient regarder gratuitement en direct les Jeux olympiques de Londres sur la chaîne du CIO. Cette retransmission en direct couvre en fait des territoires pour lesquels des droits de diffusion n’ont pas déjà été acquis par les partenaires de diffusion du CIO. Plus de 2000 heures de compétitions en haute définition seront offertes par le CIO sur YouTube.

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb