Billets classés sous la catégorie « Société »

  • Vous parcourez actuellement les articles publiés dans la catégorie Société.

Pour me joindre :
bahador.zabihiyan@Radio-Canada.ca
Suivre @bahadorz

Le nouveau service Helpouts de Google
Le nouveau service Helpouts de Google

Google a lancé lundi un service de vidéo payant permettant d’obtenir en direct les conseils d’un expert sur des sujets allant de la cuisson d’une dinde à la thérapie de couple.

La plateforme Google Helpouts (littéralement « coups de main ») permet à près d’un millier de partenaires – des particuliers ou des grandes marques comme Sephora ou Weight Watchers – de proposer des consultations personnalisées dans des domaines aussi divers que la mode, la remise en forme ou l’informatique.

« La plus grande part de l’information utile se trouve encore dans la tête des gens », a déclaré lundi lors d’un point presse Udi Manber, vice-président de la technique chez Google, en décrivant ce nouveau service comme un moyen d’accéder à ce type de savoir.

Pour tenter d’attirer des internautes se tournant de plus en plus vers des réseaux sociaux comme Facebook pour obtenir des conseils ou des recommandations auprès de leurs amis, Google a donc développé ce service qui s’inscrit dans la continuité de son activité de moteur de recherche et représente une nouvelle source de revenus.

Le géant de l’internet s’octroie 20 % du montant de la transaction, mais les prestataires dans le domaine de la santé seront dans un premier temps exemptés de ce prélèvement.

Google compte au début contrôler de près la plate-forme pour déterminer le type de services susceptibles d’y être proposés, a indiqué Udi Manber.

Les références des prestataires dans le domaine médical seront notamment dûment vérifiées.

Les utilisateurs du service peuvent commenter la prestation et la firme de Mountain View s’engage à rembourser ceux qui n’auraient pas été satisfaits.

Reuters

La confession de Matthew Cordle a été mise en ligne sur YouTube
La confession de Matthew Cordle a été mise en ligne sur YouTube

Un jeune homme de l’Ohio a été condamné à six ans et demi de prison pour avoir causé un accident mortel alors qu’il était ivre. Matthew Cordle, 22 ans, s’en était confessé dans une vidéo publiée sur YouTube, qui a été vue plus de 2,3 millions de fois.

« C’est moi qui aurais dû mourir cette nuit-là, au lieu d’un innocent », a-t-il dit au tribunal, mercredi, avant de recevoir sa sentence. Il a présenté ses excuses à la famille de la victime, Vincent Canzani, 61 ans, affirmant que sa plus grande punition était de vivre avec la mort d’un homme sur la conscience. Cette souffrance, a-t-il dit, ne partira jamais.

Le jeune homme a écopé de six ans de prison pour meurtre aggravé et de six mois pour conduite en état d’ébriété. La cour lui a également retiré son permis de conduire à vie.

Matthew Cordle a publié sa confession sur YouTube en septembre dernier, un peu plus de deux mois après avoir percuté à mort Vincent Canzani. Dans la vidéo, il reconnaît être sorti dans plusieurs bars en Ohio avec des amis et avoir trop bu. Il raconte avoir roulé à contresens sur une autoroute, où il a percuté une voiture. « J’ai perdu le contrôle », dit-il.

À la fin de la vidéo, Matthew Cordle supplie les gens de ne pas conduire après avoir bu.

La vidéo a été réalisée et mise en ligne par le site  Because I said I would, qui se présente comme « un mouvement social visant à rendre l’humanité meilleure ».

Certains ont mis en doute les réelles intentions du jeune Cordle, laissant entendre qu’il pouvait vouloir amoindrir sa peine.

 Avec Associated Press et Agence France Presse

La Californie durcit le ton envers ceux qui mettront en ligne des photos de leurs anciens conjoints nus, après des séparations douloureuses.

Une loi signée par le gouverneur Jerry Brown prévoit des peines pouvant atteindre six mois de prison et des amendes de 1000 dollars américains.

Elle interdit la mise en ligne, sans permission, de photos d’autrui nu qui permettent d’identifier le sujet, dans le but d’infliger un trouble émotionnel et d’humilier.

Un parlementaire californien a expliqué que la « pornographie de vengeance » est un problème de plus en plus courant à l’époque des médias sociaux, quand des photos et des vidéos prises dans l’intimité d’une relation peuvent ensuite se retrouver sur des centaines de sites Internet.

La Californie permettait, avant l’adoption de cette loi, aux victimes de poursuivre leurs agresseurs virtuels, mais il s’agissait d’un processus long et coûteux.

L’Association américaine des libertés civiles s’était opposée à cette loi, estimant qu’elle risquait de contrevenir à la liberté d’expression.

La Floride a rejeté une loi similaire plus tôt cette année quand des préoccupations constitutionnelles liées à la liberté d’expression ont été soulevées, tandis que la Cour suprême du Missouri a mentionné la liberté d’expression quand elle a aboli une portion d’une loi adoptée en 2008 après le suicide d’une adolescente victime d’intimidation en ligne.

The Associated Press

Le Directeur général des élections du Québec lance sa campagne de publicité pour inciter les électeurs à voter aux élections municipales du 3 novembre.

« Les messages s’adressent à tous les électeurs et s’appuient sur l’idée que tous et chacun, nous avons des opinions sur une foule de sujets et nous les exprimons continuellement. Alors pourquoi ne pas exprimer son point de vue en allant voter aux élections municipales? », demande le DGEQ.

Lors des dernières élections municipales, en 2009, la participation électorale moyenne a été d’environ 45 %, rappelle le DGEQ. « L’importance des enjeux municipaux, qui touchent le quotidien des citoyens, l’ampleur des ressources qui sont investies dans la vie municipale devraient être des raisons de s’intéresser à l’élection à la mairie et aux différents postes de conseillers », estime le DGEQ.

Aux dernières élections provinciales, le 4 septembre 2012, 74,6 % des électeurs ont exprimé leur droit de vote, après un taux de 57,4 % aux élections précédentes (décembre 2008), le plus bas depuis plus de 70 ans. Quant aux dernières élections fédérales, en mai 2011, le taux moyen à l’échelle canadienne a été de 61,1 %.

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca