Billets classés sous la catégorie « Non classé »

  • Vous parcourez actuellement les articles publiés dans la catégorie Non classé.

Lili Boisvert1977 ou 2013? Le jeu du PQ pour promouvoir la charte

par

 publié le 16 septembre 2013 à 19 h 41

Le jeu questionnaire du PQ sur la charte des valeurs
Le jeu questionnaire du PQ sur la charte des valeurs

Le Parti québécois poursuit la promotion de sa charte des valeurs de manière inusitée en publiant sur son site web un jeu-questionnaire qui compare le projet actuel à la Charte de la langue française de 1977, mieux connue sous le nom de loi 101.

1977 ou 2013? Vous devez choisir à quelle époque vous souhaitez associer tel ou tel titre de journal. Toutes les citations choisies montrent une opposition à la proposition du Parti québécois.

« Une loi séparatiste qui fera du Québec un ghetto »? Réponse : La Presse, 1977

« Trop compliqué et inapplicable» ? Réponse : Journal de Québec, 2013

Le PQ fait valoir dans son jeu que la Charte de la langue française était fort décriée lorsqu’elle a été adoptée en 1977, mais qu’aujourd’hui, elle est considérée comme «un pilier de l’histoire et de la démocratie québécoise ». Et le parti laisse entendre qu’il en sera de même pour sa charte des valeurs.

Le jeu fait même un parallèle entre Trudeau père et Trudeau fils, avec la citation « Trudeau – J’ai foi dans le Québec. Vous devriez aussi » – citation qui est finalement attribuée à Justin Trudeau.

Si vous échouez au jeu, on vous dit en conclusion : « Pas si facile, n’est-ce pas? » Puis on vous invite à contacter votre député pour lui faire savoir que vous appuyez la charte des valeurs.

Et si vous réussissez le jeu? On vous dit exactement la même chose : « Pas si facile, n’est-ce pas? » Bref, pas moyen d’échapper à l’analogie entre les deux chartes.

Quelques réactions :

 


Pour vous replonger à l’époque de l’adoption de la Charte de la langue française, revoyez ce reportage d’archive de Radio-Canada sur l’an un de la Charte.

 

Reddit a décidé de bannir de son site une section pour tenter d’identifier le tireur du complexe militaire Navy Yard à Washington, ainsi que les suspects potentiels liés à cette tuerie.

La page intitulée « Trouvons les tireurs de Navy Yard » a rapidement été censurée après sa publication sur le site de partage de liens.

Reddit semble ainsi avoir tiré une leçon des attentats de Boston en décidant de ne pas permettre une nouvelle chasse à l’homme en ligne.

Le 15 avril dernier, c’est sur Reddit que s’étaient rassemblés bon nombre d’internautes lorsque deux bombes ont explosé au marathon de Boston. Ces internautes ont décidé de mener leur propre enquête afin d’identifier les responsables de l’attaque. Ils ont analysé les photos prises par les badauds pendant le marathon et après les explosions.

Quelques-uns des individus ciblés à tort par les internautes

Quelques-uns des individus ciblés à tort par les internautes

Malheureusement pour plusieurs, les conclusions de ces détectives amateurs ont ciblé des personnes tout à fait innocentes qui ont vu leur image associée aux attentats circuler sur les réseaux sociaux.

Sunil Tripathi, un jeune étudiant de 22 ans d’origine indienne, fait partie de ceux qui avaient été identifiés par les utilisateurs de Reddit comme tueur potentiel. Surnommé le « suspect au chapeau blanc », le jeune homme, qui était porté disparu depuis le mois de mars, a été retrouvé mort quelque temps après l’affaire, après l’arrestation des véritables responsables de l’attaque, les frères Tsarnaev.

Prenant acte de l’échec de la chasse aux sorcières qui avait été lancée en ligne, le modérateur de Reddit a présenté ses excuses à la famille de Sunil Tripathi pour les informations erronées qu’il avait laissées circuler. L’administrateur du site a également promis de veiller à ce que les informations publiées sur Reddit « ne créent plus d’entraves » en situation de crise.

Le ministre Jason Kenney a modifié sa photo de profil Twitter pour l'une sur laquelle il arbore le foulard sikh.
Le ministre Jason Kenney a modifié sa photo de profil Twitter pour l’une sur laquelle il arbore le foulard sikh.

Les ministres conservateurs Jason Kenney et James Moore ont choisi Twitter pour montrer leur mécontentement face à la Charte des valeurs québécoises. Le ministre du Multiculturalisme Jason Kenney a mis en ligne une photographie sur laquelle il porte un foulard sikh. James Moore a quant à lui opté pour l’illustration d’une kippa juive.

Le ministre James Moore a modifié sa photo Twitter pour montrer son désaccord face au projet de charte des valeurs.
Le ministre James Moore a modifié sa photo Twitter pour montrer son désaccord face au projet de charte des valeurs.

Jason Kenney a posé ce geste après avoir affirmé que le gouvernement fédéral contesterait la charte des valeurs devant les tribunaux si cette dernière devait être votée.

James Moore n’a pas commenté publiquement le projet québécois de charte des valeurs, mais l’illustration qui le représente sur le réseau social Twitter laisse croire qu’il abonde dans le même sens.

Le ministre Kenney en a rajouté vendredi, en publiant ce message critiquant le projet du Parti Québécois. Il a aussi ajouté des liens vers des images de religieuses voilées et portant un crucifix.

Le serveur de WikiLeaks vendu pour 33 000 $

par

 publié le 12 septembre 2013 à 16 h 39

Le serveur utilisé par l’organisation WikiLeaks pour rendre publics en 2010 des milliers de documents confidentiels sur la diplomatie des États-Unis a été vendu jeudi pour 33 000 $.

La société Internet suédoise Bahnhof, qui hébergeait WikiLeaks à l’époque, a vendu ce serveur Dell sur eBay.

Les données qu’il contenait ont été effacées et l’acquéreur n’est pas suédois, a dit le patron de Bahnhof, Jon Karlung, selon lequel ce serveur est « une relique de notre époque ».

« Je pense que ce boîtier a une très forte valeur symbolique. D’une certaine manière, c’est une sorte d’artefact, un objet qui a laissé une trace dans l’histoire mondiale », a déclaré Jon Karlung.

Il a précisé que la moitié de la somme récoltée serait versée à l’organisation Reporters Sans Frontières et l’autre moitié à la Fondation du 5-Juillet, qui milite pour la liberté et le respect de la vie privée sur Internet.

Reuters

Lili BoisvertConnecter le monde entier

par

 publié le 21 août 2013 à 19 h 26

Le site web Internet.org
Le site web Internet.org

Mark Zuckerberg veut connecter le monde entier à Internet. Sur le site Internet.org, le fondateur et PDG de Facebook annonce mercredi son projet d’étendre l’accès au web aux plus démunis de la planète qui n’ont présentement pas les moyens de s’offrir une connexion.

Concrètement, l’objectif est de développer des téléphones intelligents à bas prix, mais de haute qualité, pour les pays en voie de développement. Des téléphones plus efficaces, qui consomment moins d’énergie.  Pour l’instant cependant, Internet.org semble avoir peu de projets concrets en préparation.

À l’heure actuelle, seules 2,7 milliards de personnes, soit un peu plus du tiers de la population mondiale, ont accès à Internet. Et l’audience de personnes connectées se sature dans les pays riches, où le nombre de nouveaux connectés chaque année reste faible.

« Chacun mérite d’être connecté », a estimé M. Zuckerberg en entrevue à la chaîne américaine CNN. « Il y a de gros freins dans les pays en voie de développement pour se connecter et rejoindre l’économie du savoir », a-t-il ajouté.

De grandes entreprises dans le domaine technologique se sont engagées à aider Zuckerberg en partenariat. Il s’agit de Nokia, Samsung, Ericsson et des concepteurs de composants Qualcomm (États-Unis) et MediaTek (Taïwan) ainsi que le navigateur Internet norvégien Opera. Les réseaux sociaux Twitter et LinkedIn vont aussi collaborer au projet.

Le projet de Facebook est présenté quelques semaines après celui de Google, le «Projet Loon» qui vise à développer l’accès sans fil à Internet en déployant un réseau de petits ballons à 20 000 mètres d’altitude au-dessus de l’hémisphère sud.

Humanisme ou simple développement de marchés?

À peine lancé, l’ambitieux projet de Facebook s’attire déjà plusieurs critiques. Selon Trip Chowdhry, un analyste de Global Equities Research, Internet.org n’est rien d’autre que de la propagande de la part de Facebook et de ses partenaires. Ceux-ci tentent ainsi, dit-il, de gagner de nouveaux marchés dans des pays à potentiel de croissance situés dans des zones du globe plus pauvres comme en Afrique, en Amérique latine et dans certains pays d’Asie.

D’autres croient que le projet est irréaliste et qu’il ne tient pas compte des véritables besoins en infrastructures à construire, ni des contextes politiques, notamment dans les pays où les dirigeants ne veulent pas que les citoyens aient accès à Internet.

Jusqu’à présent, 1 milliard de dollars ont été investis dans ce projet.