Archives du collaborateur Vincent Grou

Vincent GrouLe tour du web – 2 août 2013

par

 publié le 2 août 2013 à 14 h 15


Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

Vincent GrouLe tour du web – 1er août 2013

par

 publié le 1 août 2013 à 15 h 04


Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

Vincent GrouLe compte Twitter de Thomson Reuters piraté

par

 publié le 30 juillet 2013 à 9 h 13

Image via Buzzfeed.com

Le compte Twitter de l’agence d’informations financières Thomson Reuters, @thomsonreuters, semble avoir été piraté lundi soir.

Le piratage semble être l’œuvre de la Syrian Electronic Army (SEA), ou armée électronique syrienne, un groupe de pirates informatiques sympathique au régime de Bachar Al-Assad.

Entre 18 h 30 et 19 h 10, heure de l’est, lundi, sept messages ont été publiés. Les six premiers montraient des caricatures dénonçant les rebelles qui s’opposent au régime, tandis que le septième arborait le sigle de la SEA. Le compte a temporairement été suspendu et les messages ont été supprimés, mais on peut en voir des copies sur le site Buzzfeed.

Thomson Reuters est le plus récent média à voir son compte Twitter piraté par L’ESA. En avril, le piratage du compte d’Associated Press avait momentanément fait chuter l’indice Dow Jones, à la Bourse de New York.

Les comptes Twitter de la BBC, de NPR, de CBS et du site satirique The Onion ont également été piratés par la SEA cette année.

En mai, Twitter introduisait l’authentification à deux facteurs, qui a pour but de rendre plus complexe le piratage d’un compte.

On ignore encore, pour le moment, comment le ou les pirates ont obtenu l’accès au compte. On sait cependant que lors de précédents coups d’éclat, la Syrian Electronic Army a procédé par hameçonnage. Il s’agit d’un risque bien réel pour les organisations dont les accès au compte Twitter sont partagés par plusieurs personnes.

Bachar Al-Assad sur Instagram

Par ailleurs, comme le souligne Le Monde Bachar Al-Assad a maintenant un compte Instagram, @syrianpresidency. On y voit jusqu’à maintenant près de 70 photos qui dépeignent le couple présidentiel sous un jour très favorable. Très rares sont les mentions du conflit qui déchire actuellement la Syrie, mis à part quelques photos où on peut voir le président Assad ou son épouse réconforter des blessés.

Détail intéressant, beaucoup de photos sont l’objet de vifs débats sur Bachar Al-Assad. Si beaucoup d’internautes clament leur admiration, voire leur amour pour le président syrien, ils sont tout aussi nombreux à le pourfendre. Certains vont même à écrire des bas de vignettes empreintes d’humour noir aux photos. « Allez aussi visiter les enfants blessés par les bombes de votre mari », peut-on par exemple lire sous la photo ci-bas :

[MISE À JOUR] Tout indique que le régime efface les commentaires qui lui déplaisent.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

Vincent GrouLe tour du web – 26 juillet 2013

par

 publié le 26 juillet 2013 à 11 h 37


Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca

Vincent GrouVie privée : les partis politiques à l’abri de la loi

par

 publié le 23 juillet 2013 à 11 h 44

Petit suivi sur cette histoire de courriels envoyés par erreur par l’aile jeunesse du Parti libéral du Canada en Nouvelle-Écosse, dont nous vous avons parlé la semaine dernière.

Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada disait vendredi n’avoir reçu aucune plainte à ce sujet. Toutefois, selon Scott Hutchinson, porte-parole du Commissariat, « même si nous avions reçu une plainte à ce sujet, nous ne serions pas habilités à intervenir en vertu de la loi. Le fait est que ni la Loi sur la protection des renseignements personnels (qui s’applique aux ministères et organismes fédéraux) ni la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (la loi fédérale sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé) ne s’appliquent aux partis politiques ».

Il ajoute qu’il s’agit d’une lacune dont le Commissariat a déjà fait état. Un document de recherche externe publié en 2012 soulignait d’ailleurs que comme « les partis du Canada continuent de recueillir et de traiter des données personnelles, il est probable qu’il y aura d’autres incidents concernant des atteintes à la protection des données, l’utilisation et la communication sans consentement de renseignements personnels et des pratiques de marketing non sollicitées, et que les médias en feront état. On continuera aussi probablement à exiger du Commissariat à la protection de la vie privée qu’il réagisse, malgré qu’il ne soit pas l’instance appropriée ».

Comment les partis recueillent-ils ces données? Comme l’explique cet article de la CBC, les partis se constituent des bases de données (CIMS pour le Parti conservateur, dont une présentation est disponible en ligne, Liberalist pour le Parti libéral et NDP Vote pour le Nouveau Parti démocratique) qui sont très précieuses et qui leur permettent notamment de mener des campagnes ciblées auprès des électeurs.

Ces bases de données sont constituées en croisant différentes informations du domaine public, comme la liste électorale, des codes postaux, des listes de donateurs de partis, avec des informations comme des résultats de sondages internes.

Si chaque parti met en place des mesures pour protéger ces informations personnelles, des événements comme l’envoi des courriels du PLC, ou le dossier des appels trompeurs où l’utilisation du CIMS du Parti conservateur a été montrée du doigt, illustrent les craintes mentionnées plus haut par le Commissariat à la protection de la vie privée, qui souhaite qu’une réflexion publique ait lieu sur le sujet.

Pour me joindre :
Vincent.Grou@Radio-Canada.ca