Lili BoisvertSurveillance en ligne : et alors?

par

 publié le 28 août 2013 à 16 h 52

Un sondage révèle que la moitié des Canadiens (51 %) trouvent acceptable que le gouvernement exerce une surveillance des courriels et des autres cyberactivités.

Et si la surveillance est faite dans l’optique de prévenir des attaques terroristes, le pourcentage de Canadiens favorables à la surveillance bondit alors à 77 %.

Réalisé par Ipsos Reid et commandé par l’Autorité canadienne pour les enregistrements internet, le sondage expose aussi que la majorité des Canadiens estiment que leurs activités sur internet sont potentiellement surveillées et un quart des internautes (23 %) croient que le gouvernement lit leurs courriels.

Seulement deux Canadiens sur dix croient que leurs activités sont confidentielles. 

L’opinion canadienne ne diffère donc pas beaucoup de celle des Américains à ce sujet. Selon un sondage du Pew Research Center, 56 % des Américains trouvent acceptable que l’Agence de sécurité nationale américaine (la NSA) recueille des données téléphoniques pour mener des enquêtes sur le terrorisme, contre 43 % qui croient le contraire.

 

Par contre, 52 % croient que le gouvernement américain ne devrait pas surveiller le contenu des courriels, même dans le but de déjouer une attaque terroriste, contre 45 % qui estiment qu’une telle surveillance est acceptable.

 

Ce sondage a été publié dans la foulée des révélations de l’Américain Edward Snowden. L’ancien employé de la NSA a révélé en mai que l’agence accède aux données qui circulent sur les services de courriels et les réseaux sociaux comme Yahoo, Google, Facebook, Skype ou YouTube.

Le sondage canadien a été réalisé du 24 au 28 juillet 2013, auprès d’un échantillon de 1134 personnes.