On apprenait plus tôt cette semaine que la vidéo canular montrant un aigle saisir un enfant sur le mont Royal, qui a été vue plus de 41 millions de fois sur YouTube, va permettre la création d’une bourse d’études.

Parfait exemple du canular qui se répand comme une traînée de poudre, cette vidéo est une belle occasion d’attirer votre attention sur une conférence prononcée à Londres en novembre dernier dans le cadre des événements TED.

Le journaliste Markham Nolan y raconte les méthodes utilisées pour authentifier deux vidéos qui circulaient sur la toile.

En cette ère où les vidéos spectaculaires sont légion sur le web (864 heures de vidéo auront été mises en ligne d’ici la fin de son discours d’une douzaine de minutes, précise-t-il), le travail du journaliste ne consiste plus seulement à trouver les bonnes histoires, mais aussi à les filtrer, à remonter jusqu’à la source afin de les vérifier.

La première vidéo qu’il cite en exemple montre la foudre qui tombe à proximité de la personne qui filme, pendant un orage, en Floride. La seconde montre une scène macabre, en Syrie, où des cadavres sont lancés dans une rivière du haut d’un pont.

M. Nolan explique comment, en utilisant des outils disponibles sur Internet, son équipe et lui sont parvenus à authentifier les vidéos en question.

Ils ont par exemple eu recours au bottin en ligne de Spokeo pour retrouver l’auteure de la vidéo de l’orage. Ils ont aussi utilisé WolframAlpha pour vérifier le temps qu’il avait fait en Floride les jours entourant la mise en ligne de la vidéo.

Pour la vidéo tournée en Syrie, les journalistes ont contacté, via Twitter, des sources qui se trouvaient à Hama, puis ont pu identifier l’endroit où la vidéo avait été tournée avec la bonne vieille imagerie satellite de Google Maps.

La conférence est sous-titrée en français.

Vincent.grou@radio-canada.ca