Billets publiés le 7 décembre 2012

Netflix et son pdg Reed Hastings pourraient faire l’objet de poursuites de la part de l’autorité américaine des marchés financiers en raison de la publication sur Facebook d’un message qui contenait des informations jugées importantes pour les investisseurs.

Selon un message publié jeudi sur Facebook par Reed Hastings, la Securities and Exchange Commission (SEC) évalue la possibilité de poursuivre l’entreprise et son pdg pour avoir violé une règle interdisant la publication sélective d’informations importantes qui pourraient influencer les investisseurs.

L’objet du litige porte sur un message publié le 3 juillet dernier par Reed Hastings sur sa page Facebook, dans lequel il indiquait que les abonnés de Netflix avaient regardé, pour la première fois en juin, plus d’un milliard d’heures de vidéos.

Selon la SEC, comme cette information n’a pas fait l’objet d’un communiqué de la part de l’entreprise, certains investisseurs peuvent avoir été privés d’une information importante. L’information semble d’autant plus importante que le titre Netflix avait bondi de 13 % le jour du message.

Mais Reed Hastings soutient que son message était très public dans la mesure où il avait plus de 200 000 abonnés à sa page Facebook, dont plusieurs journalistes qui ont d’ailleurs écrit sur le sujet.

Le pdg de Netflix ajoute que sa page Facebook est publique (il n’est pas nécessaire d’être ami avec lui pour y avoir accès) et que dans tous les cas, l’entreprise n’a pas jugé que le fait de dépasser le milliard d’heures de visionnement était une information importante pour les investisseurs puisque dès le 4 juin, l’entreprise avait indiqué sur son blogue que ses abonnés regardent « près d’un milliard » d’heures de contenus vidéo par mois.

Enfin, sur la hausse du titre de Netflix le jour de la publication de son message, Reed Hastings souligne que le mouvement à la hausse avait commencé bien avant, soulignant un rapport positif de Citigroup publié la veille.

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca

Cent vingt et un billions de minutes. C’est le temps passé par les Américains sur les réseaux sociaux en juillet 2012, soit une augmentation de 37 % par rapport à l’an dernier, selon Nielsen. « Les réseaux sociaux sont sortis de l’enfance », écrit la firme d’analyse devant ces chiffres.

L’émergence des plateformes mobiles (tablettes et téléphones intelligents) contribue en grande partie à cette hausse. Le temps passé sur les réseaux sociaux avec ces appareils a augmenté de 63 %. Fait à noter, les femmes y passent plus de temps (9 min 43 s par personne contre 6 min 44 s pour les hommes) et les 18-24 ans sont les plus gros utilisateurs.

Facebook enregistre une baisse de 4 % du nombre de visiteurs uniques à partir des ordinateurs de bureau, tandis que les autres réseaux sociaux connaissent une hausse. Le réseau Pinterest connaît la croissance la plus élevée, à + 1074 %.

Autre constat : les Américains passent de plus en plus de temps sur les applications mobiles (+ 120 %), tandis que la progression du temps passé sur les sites optimisés pour les appareils mobiles croît aussi, mais beaucoup moins (+ 22 %).

Nielsen nous apprend aussi que près d’un jeune Américain sur trois utilise les réseaux sociaux lorsqu’il est dans la salle de bains. Quant aux jeunes professionnels, la majorité d’entre eux le font aussi lorsqu’ils travaillent.

Vous trouverez le rapport complet ici, en anglais.

Pour me joindre :

florent.daudens@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb