Bruno MaltaisQuel sera l’effet de la présence du pape sur Twitter?

par

 publié le 3 décembre 2012 à 14 h 03

Le pape Benoit XVI au Vatican en mai 2011.
Le pape Benoit XVI au Vatican en mai 2011.

Benoît XVI a désormais son propre compte Twitter, @pontifex, à partir duquel il pourra « semer sur le chemin de l’homme des étincelles de vérité », pour reprendre les mots de l’archevêque Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical des communications sociales.

Au compte anglophone du pape s’ajoutent ceux en français, espagnol, italien, portugais, allemand, polonais et arabe. Et déjà, le Vatican annonce que d’autres langues suivront (en latin?).

Au début, les tweets du pape seront tirés de son audience publique du mercredi, de sa bénédiction dominicale et de ses homélies lors des grandes fêtes catholiques. Cette démarche permettra au pape « d’entrer en dialogue respectueux avec les hommes et les femmes de ce temps, là où ils se trouvent », a expliqué l’archevêque Claudio Maria Celli.

La modernisation des moyens de communication du Vatican – que ce soit avec Twitter ou le nouveau site de nouvelles du Vatican News.va – s’inscrit dans la volonté de Benoît XVI de prioriser la « nouvelle évangélisation » des sociétés déchristianisées. Reste donc à voir quel sera l’effet réel. Au moment d’écrire ces lignes, quelques heures après l’annonce, environ 140 000 personnes sont abonnées au compte principal du pape. À titre de comparaison, le Dalaï-Lama a 5,6 millions abonnés depuis février 2010.

Et comme le Dalaï-Lama, le pape ne fera pas semblant de s’intéresser à certains usagers de Twitter en les ajouter à sa liste d’abonnés : il ne suit personne.

Un monologue qui peut trouver écho

Le pape enverra lui-même son premier tweet le 12 décembre, à l’occasion de la fête de Notre-Dame de Guadalupe. Il répondra alors à quelques questions ayant le mot-clic #askpontifex. Les tweets subséquents seront rédigés par des conseillers, avant d’être relus et signés par le pape.

Ainsi, même si le pape devrait réagir aux grands événements mondiaux via son compte Twitter, on ne s’attend pas à des déclarations dont la controverse viendrait d’une trop grande spontanéité. Comme pour la plupart des déclarations du Saint-Siège, les propos seront soupesés avant diffusion. On ne devrait donc pas le voir réagir en direct à une manifestation sur le droit ou non à l’avortement, sur les moyens de contraception ou sur le mariage gai. Le pape « enverra des perles de sagesse que lui inspirera son coeur », a d’ailleurs indiqué Greg Burke, conseiller en communication du Vatican.

Il serait toutefois hasardeux de banaliser d’emblée la présence du pape sur Twitter. À l’instar de plusieurs politiciens, gouvernements et mouvements sociaux, le Vatican pourrait se servir de Twitter pour renforcer son poids diplomatique. Car même s’il prend rarement position et prône surtout le dialogue, le pape joue parfois un rôle plus actif. On se souvient, par exemple, de Jean-Paul II qui a été présenté comme l’un des artisans de la chute du communisme en Europe. En ce sens, peut-on supposer que les positions du Vatican pourraient avoir des effets différents si elles trouvaient écho sur Twitter?

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca