Billets publiés en décembre 2012

Bahador ZabihiyanSur les traces du père Noël

par

 publié le 24 décembre 2012 à 13 h 46

En plus de devoir assurer la sécurité de l’espace aérien nord-américain contre des attaques ennemies, le NORAD a une mission supplémentaire le 24 décembre : suivre le traîneau du père Noël pour informer les enfants.

Le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) a répondu à plus de 7000 appels de personnes cherchant à savoir le secteur dans lequel se trouvait le traîneau du père Noël.

La relation entre le père Noël et le NORAD remonte à plus d’un demi-siècle. Elle a débuté à la suite d’une erreur dans une publicité du détaillant Sears. Un numéro de téléphone y était indiqué; il était destiné aux enfants qui souhaitaient parler au père Noël.

Or, le numéro était celui de l’ancêtre du NORAD, appelé le CONAD. À l’époque, les tensions étaient vives entre les États-Unis et l’URSS, dans un contexte de guerre froide. Le directeur des opérations de la base aérienne du CONAD, Harry Shoup, a su garder le sens de l’humour. Il s’est alors fait passer pour un lutin auprès des enfants. Au fur et à mesure des appels, les aviateurs ont commencé à donner les indications radars aux enfants, concernant l’emplacement du père Noël.

Depuis, l’incident est devenu une tradition annuelle. Et les militaires s’organisent minutieusement pour la journée du 24 décembre: 1250 bénévoles participent à l’opération.

Sur sa page YouTube, le NORAD a mis en ligne une entrevue entre un responsable militaire et le père Noël.

Et le NORAD  joue le jeu jusqu’au bout, affirmant même que des pilotes de chasse escortent le traîneau du père Noël.

« Le père Noël ralentit son traîneau lorsque les pilotes du NORAD approchent, et il aime les saluer », explique Wright Eruebi, porte-parole 1re Division aérienne du Canada et de la Région canadienne du NORAD, située à Winnipeg.

Pour suivre la progression en direct du traîneau du père Noël :

L’année dernière, le NORAD a reçu 102 000 appels et plus de 7700 courriels au sujet du père Noël. Plus de 97 000 suivent le compte Twitter du NORAD dédié au père Noël, et un million de personnes aiment la page Facebook de celui-ci.

Pour me joindre : bahador.zabihiyan@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Suivre @bahadorzSuivre @surleweb

Facebook teste un nouveau service payant

par

 publié le 20 décembre 2012 à 18 h 01

Le réseau social a annoncé jeudi le lancement d’un test visant à faire payer ses membres pour rendre un courriel plus visible.

Présentement, sur Facebook, les utlisateurs reçoivent dans leur boîte de réception les messages qui leur sont envoyés par leurs amis. Quant aux messages qui sont jugés moins pertinents, puisqu’ils proviennent d’autres personnes, ils atterrissent dans le dossier « autres ». Mais tout le monde ne pense pas à consulter cette section de leur boîte de réception, d’autres ne souhaitent tout simplement pas la consulter.

« Le test donnera à un petit nombre de personnes l’option de payer pour avoir un message routé vers la boîte de réception plutôt que vers le dossier « autres » d’un destinataire qu’ils n’ont pas parmi leurs contacts », explique Facebook. Pour ce faire, ils devront payer la somme de 1 dollar.

Le test sera dans un premier temps réservé à des Américains, et le nombre de messages qui pourront être redirigés vers la boîte de réception sera limité à un par semaine.

Facebook, qui tente de tirer des revenus de ses activités et de son milliard de membres, a testé dernièrement quelques fonctionnalités payantes. Il propose notamment de faire payer les utlisateurs pour rendre leurs statuts plus visibles.

Avec AFP

WikiLeaks : un million de documents seront publiés en 2013

par

 publié le 20 décembre 2012 à 17 h 29

Julian Assange a fait une allocution du balcon de l'ambassade de l'Équateur, à Londres.
Julian Assange a fait une allocution du balcon de l’ambassade de l’Équateur, à Londres.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a émergé jeudi de son refuge dans l’ambassade d’Équateur, à Londres, pour faire une rare déclaration publique.

Devant une centaine de partisans et de nombreux journalistes, M. Assange a déclaré, à partir d’un balcon de l’ambassade équatorienne, que Wikileaks publiera un million de documents en 2013.

« L’année prochaine sera aussi bien remplie [que 2012]. WikiLeaks prépare la publication d’un million de documents, des documents qui touchent tous les pays dans le monde, tous les pays dans ce monde », a déclaré l’Australien âgé de 41 ans.

L’homme, qui a passé les six derniers mois enfermé dans un petit appartement qu’il partage avec le personnel diplomatique équatorien, a semblé en forme et en bonne santé. Il n’a toutefois rien dit qui pourrait laisser croire qu’il sortira bientôt de l’impasse dans laquelle il se trouve. Il a précisé qu’il resterait sur place tant que pèsera sur lui la menace d’une extradition en Suède, où la justice veut l’interroger sur des accusations de viol portées contre lui.

Julian Assange a aussi déclaré qu’il était retranché dans l’ambassade pour échapper à l’enquête du gouvernement américain sur ses activités. « Pendant que cette enquête immorale continue, et pendant que le gouvernement australien ne défend pas le journalisme et les publications de WikiLeaks, je dois rester ici », a-t-il dit.

WikiLeaks a déjà notamment publié des rapports de l’armée américaine sur l’Irak et l’Afghanistan, ainsi que 250 000 télégrammes américains, provoquant l’ire de Washington.

Julian Assange affirme que s’il est envoyé en Suède, il risque d’être extradé vers les États-Unis, et d’y encourir la peine de mort. Plusieurs partisans de WikiLeaks pensent d’ailleurs que les allégations d’agression sexuelle en Suède font partie d’un complot pour y extrader M. Assange, avant de l’extrader aux États-Unis. Or, le gouvernement suédois et les victimes alléguées de M. Assange nient ces affirmations et affirment vouloir simplement que la justice soit rendue.

Des félicitations à Bradley Manning

D’autre part, dans son allocution, Julian Assange a cité les noms de plusieurs personnes détenues, dont Nabeel Rajab, un militant bahreïnien des droits de la personne, et Jeremy Hammond, un présumé pirate informatique du mouvement Anonymous.

La foule a applaudi quand il a félicité le soldat américain Bradley Manning, considéré comme la source de la plupart des documents secrets américains révélés par WikiLeaks. Il a déclaré que le jeune soldat de 25 ans avait « maintenu sa dignité après avoir passé plus de dix pour cent de sa vie en prison, dont une partie dans une cage, nu et sans ses lunettes ».

Bradley Manning, arrêté en 2010, subit présentement son procès pour répondre de 22 accusations, dont celle d’avoir aidé l’ennemi.

C’était la deuxième fois que Julian Assange s’exprimait ainsi d’un balcon de l’ambassade, après une première intervention le 19 août dernier.

De son côté, l’ambassade d’Équateur a « réitéré » jeudi son « soutien » à M. Assange.

Avec AFP, Associated Press et Reuters

Un aigle qui tente d’enlever un bébé sur le mont Royal, à Montréal? Peu commun. Encore moins quand c’est filmé. Voilà pourquoi la vidéo ci-dessous a été vue près de 3 millions de fois au moment d’écrire ces lignes. Le hic, c’est qu’il s’agit d’une fausse vidéo.

De nombreux internautes ont rapidement exprimé des doutes et ils ont eu raison. Il s’agit d’un film animé par ordinateur, réalisé par des élèves du Centre NAD dans le cadre d’un cours d’animation. Les auteurs s’appellent Normand Archambault, Loïc Mireault, Antoine Seigle et Félix Marquis-Poulin.

Sur nos ondes, l’un des auteurs, Antoine Seigle, se dit « dépassé » par le succès de cette vidéo.

« On ne s’attendait pas à avoir autant de vues sur Internet, que ça fasse le tour du monde en si peu de temps. » – Antoine Seigle

L’étudiant ajoute qu’il s’agit de « beaucoup de travail pour un petit laps de temps ». Les quatre concepteurs ont connu de nombreux problèmes techniques, mais ils se disent très contents du résultat.

Les quatre étudiants (Photo : Pascal Robidas)

Pour la petite histoire, l’aigle aurait dû partir avec l’enfant selon le scénario original, mais l’équipe a voulu y ajouter du réalisme en laissant l’oiseau échapper sa proie.

La vidéo a été reprise par de nombreux médias et ses auteurs ont reçu des demandes d’entrevue de CNN, du Today Show sur MSNBC, etc.

L’aigle rejoint le pingouin fugitif

La supercherie animalière semble être une spécialité de ce cours. Vous vous souvenez peut-être de la vidéo du pingouin évadé du Biodôme? C’était un « hoax », un canular en d’autres termes, signé des élèves du même centre. La vidéo avait été mise en ligne au mois de décembre, comme celle de l’aigle.

Les internautes sceptiques

En ligne, plusieurs s’étaient livrés à une investigation en ligne avant cette confirmation et des indices soulevaient des doutes. D’une, le compte YouTube en question a été créé juste pour mettre en ligne cette vidéo. D’autre part, cette vidéo semble avoir été filmée en automne et plusieurs se demandent pourquoi elle n’a été mise en ligne que mardi.

La vidéo a été examinée sous toutes les coutures. Ainsi, cette vidéo tente de démontrer que le décor est figé quand l’enfant tombe dans les griffes de l’oiseau.

http://www.youtube.com/watch?v=2TkEjcMMLqE

L’ombre de l’oiseau semble aussi disparaître à certains moments et l’aile se décomposer. Sans compter des ornithologues en herbe qui émettent des doutes sur l’oiseau qui ressemble plutôt à un faucon.

Comme le note notre confrère André Martineau, la palme de l’analyse détaillée revient à Wired qui a décortiqué méticuleusement cette vidéo avec des mesures scientifiques.

Pour me joindre :

florent.daudens@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Twitter et l’institut Nielsen s’associent pour offrir une mesure de l’activité sociale des téléspectateurs.

Après la mesure classique de l’audience, qui consiste tout simplement à évaluer le nombre de personnes qui regardent une émission télévisée, les chaînes de télé pourront désormais connaître leur « audience sociale », c’est-à-dire les téléspectateurs qui participent à des conversations sur les programmes via Twitter, ou qui y sont exposés.

Le service sera d’abord offert aux États-Unis à l’automne 2013, et pourrait ensuite s’étendre à d’autres marchés, indique Matt Anchin, vice-président senior de Nielsen.

Tandis que l’utilisation d’un second écran gagne en popularité, cette nouvelle mesure pourrait aider les chaînes de télévision et les annonceurs à mieux connaître leur public qui regarde une émission avec un téléphone intelligent, une tablette ou un ordinateur sous les yeux.

Twitter et Nielsen soutiennent que leur nouvelle mesure s’appuie sur un bassin de 140 millions d’utilisateurs de Twitter (selon le communiqué publié lundi, mais Twitter a annoncé mardi avoir désormais 200 millions d’utilisateurs actifs). qui envoient environ 400 millions de messages par jour. Les données sur le rayonnement social des programmes télévisés n’incluent toutefois pas ce que les téléspectateurs écrivent sur d’autres plateforme, notamment Facebook.

Pour me joindre :

bruno.maltais@radio-canada.ca