Reporters sans frontières lance un site contre la censure

par

 publié le 27 novembre 2012 à 15 h 07

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) a lancé mardi le site d’information « Nous combattons la censure », qui vise à permettre de publier des contenus censurés, interdits ou ayant valu des représailles à leurs auteurs.

Le site proposera des contenus éditoriaux envoyés par des journalistes ou des internautes victimes de la censure dans leur pays. Les contenus sélectionnés par le comité éditorial du site seront accompagnés d’un texte de présentation du contexte et de l’auteur. Des documents annexes nécessaires au grand public pour apprécier la valeur informative de ces documents seront également publiés, précise RSF.

Le contenu en ligne sera disponible en deux versions, française et anglaise. Le site publiera des articles du monde entier dans leurs langues d’origine (chinois, persan, vietnamien, etc.) et en version traduite.

Conçu pour être aisément partageable, le site sera relayé par des sites miroirs, pour mettre en échec les tentatives de filtrage et de blocage de gouvernements étrangers. Les internautes seront appelés à relayer les contenus censurés pour leur donner une plus grande visibilité.

RSF espère « rendre la censure caduque avec un outil de dissuasion pour inciter les États et autres pouvoirs à respecter la liberté d’information ».

« Nous souhaitons démontrer que priver l’auteur d’un article de sa liberté, saisir des exemplaires d’un journal ou bloquer l’accès à un site d’hébergement vidéo n’empêchera pas le contenu lui-même de faire le tour du monde, au contraire », explique Christophe Deloire, directeur général de l’organisation de défense de la liberté de presse.

Grâce à un « coffre-fort » numérique sécurisé, les internautes auront la possibilité de faire parvenir des contenus de manière anonyme à des fins de publication. Un « kit de survie numérique » présente des outils tels que les réseaux privés virtuels (VPN), des logiciels de chiffrage (TrueCrypt) ou des technologies d’anonymisation en ligne (Tor). Ces outils sont utiles aux acteurs de l’information pour protéger leurs sources, voire leur propre sécurité.

The Associated Press