En ce Black Friday, jour de grands soldes suivant la fête de l’Action de grâces aux États-Unis, de nombreux consommateurs se ruent dans les magasins pour profiter des aubaines. Cette tendance traverse d’ailleurs de plus en plus la frontière vers le nord.

Il en est de même pour le cyberlundi (Cybermonday), les commerçants canadiens étant de plus en plus nombreux, à l’image des marchands américains, à offrir d’importantes aubaines en ligne lors du lundi suivant l’Action de grâces.

Pour la petite histoire, devant le succès croissant du Black Friday aux États-Unis, des commerçants ont créé le cyberlundi il y a quelques années dans le but d’offrir des rabais à leurs clients exclusivement en ligne. Aujourd’hui, il s’agit de la plus importante journée de la saison des fêtes, même de l’année, pour les achats en ligne aux États-Unis.

Le cyberlundi de 2011 est le jour où il s’est dépensé le plus d’argent en ligne de l’histoire aux États-Unis, soit 1,25 milliard de dollars américains.

Selon le rapport annuel du cyberlundi de BMO, 44 % des consommateurs canadiens envisagent de magasiner en ligne lors du prochain cyberlundi.

Selon ce sondage, les Québécois sont les moins portés à acheter en ligne lors du cyberlundi : seuls 19 % des répondants ont affirmé qu’ils le feraient. Les résidents des provinces de l’Atlantique sont les plus nombreux à dire qu’ils feront des achats en ligne lors du cyberlundi, dans une proportion de
56 %.

Si le point culminant des offres en ligne s’articule autour de la journée de lundi, plusieurs marchands canadiens offrent déjà des soldes en ligne, faisant parfois la promotion autour de toute une semaine de soldes du Black Friday, ou encore en offrant des promotions tout au cours du week-end. D’autres commerçants proposent par exemple aux internautes de s’inscrire à une liste d’envoi par courriel pour recevoir des codes de promotion à utiliser en ligne lors du cyberlundi.

Une nouvelle tendance?

Sylvain Sénécal, titulaire de la Chaire de commerce électronique de HEC, souligne que la popularité des soldes autour de l’Action de grâces américaine au Canada ne date pas d’hier, mais que la tendance gagne en popularité d’année en année chez nous. « Les entreprises américaines avec des filiales ici au Canada ont introduit ça il y a déjà quelques années et ça a pris de l’ampleur chez les détaillants canadiens aussi », explique-t-il.

En fait, les pendants canadiens des grandes entreprises américaines ayant emboîté le pas les premiers, les entreprises d’ici n’ont eu d’autre choix que de suivre le mouvement. « Cela a mis une pression sur les autres détaillants au Canada qui n’avaient pas de ventes à ce moment-là parce que ce n’était pas quelque chose qui, culturellement, existait », précise M. Sénécal.

Si ces jours de soldes ne correspondent pas à une fête ou à un congé au Canada, puisque nous célébrons l’Action de grâces plus tôt qu’aux États-Unis, la coïncidence avec le début de l’intense période de magasinage des fêtes peut certainement expliquer une grande part du succès de tels concepts commerciaux chez nous. « Les Canadiens qui voient un événement comme ça, ils se disent : “ Je pourrais peut-être commencer à regarder pour mes cadeaux de Noël, et il y a une vente, en plus, chez tel détaillant ”. Ils vont être attirés là, et le détaillant qui ne fait pas sa vente est un peu pénalisé pour le début du magasinage de Noël », affirme Sylvain Sénécal.

« Aux États-Unis, c’est le départ du magasinage des fêtes : c’est un peu la même chose ici, le 25 décembre, il est là pour tout le monde, à la même date. » – Sylvain Sénécal

Et avec la parité du dollar canadien, des consommateurs pourraient-ils toujours être tentés de faire leurs achats sur des sites web américains lors du cyberlundi? Peut-être, s’ils ne trouvent pas le produit qu’ils recherchent sur les sites canadiens. « Étant donné que cela se développe au Canada, le premier réflexe est, je pense, de regarder ici pour sauver toutes sortes de coûts liés au
dédouanage », explique le professeur à HEC Montréal.

Quant aux choses à surveiller pour ceux qui souhaiteraient quand même acheter en ligne sur des sites américains, Sylvain Sénécal souligne que les frais d’expédition pour des achats faits au sud de la frontière peuvent parfois être élevés, et que les consommateurs doivent être vigilants en ce qui a trait aux garanties offertes sur les produits achetés aux États-Unis, qui ne peuvent souvent pas être honorées au Canada.

Des aubaines qui en valent le coup?

Selon l’expert, il y a réellement de bonnes affaires à réaliser lors du Black Friday ou du cyberlundi. Il ne faut toutefois pas être dupe, les commerçants font évidemment des coups de publicité, et le nombre de produits qui peuvent faire, par exemple, l’objet de ventes à 60 % est parfois limité. « Mais en même temps, s’il y a un produit qui nous convient à 60 % de rabais, c’est sûr que c’est intéressant », souligne M. Sénécal.

Et quels produits font généralement l’objet de bonnes ventes lors du cyberlundi? « Ce qui est à la mode, beaucoup, donc les choses électroniques, les vêtements ; ce sont des industries qui depuis longtemps participent à ces efforts promotionnels de vente autour de l’Action de grâces
américaine », relate Sylvain Sénécal.

Si le cyberlundi fait tranquillement son entrée dans notre culture, le professeur à HEC estime que les soldes d’Après-Noël demeurent toutefois plus connus chez nous. « Que ce soit en ligne ou en magasin, culturellement, il y a plus de gens qui connaissent le Boxing Day que le Black Friday ou le Cybermonday, bien que cela change », dit-il.

Des ventes en ligne en hausse aux États-Unis

Historiquement, le cyberlundi n’a pas toujours été la plus importante journée au chapitre des dépenses en ligne lors du temps des fêtes aux États-Unis. De 2005 à 2008, les ventes dépassaient celles du cyberlundi à plusieurs reprises au cours du mois de décembre. Les choses ont toutefois changé avec l’arrivée de la crise financière, en 2008. Devant la crainte d’une forte baisse de la consommation, les commerçants se sont mis à offrir des aubaines de plus en plus importantes autour du cyberlundi.

Selon des données de ComScore, en 2008, le cyberlundi grimpait en 3e place parmi les jours totalisant le plus de ventes en ligne, grimpant au 2e rang en 2009, puis au tout premier rang en 2010 et 2011.

Mais malgré la ruée en ligne lors du cyberlundi, les soldes offerts de plus en plus tôt lors de la période de l’Action de grâces ont provoqué une hausse des achats en ligne le jour même de la fête et lors du Black Friday. Les ventes en ligne lors du jour de l’Action de grâce ont connu une hausse fulgurante au cours des dernières années, ayant bondi de 128 % de 2005 à 2011. Cela surpasse même la croissance des ventes du cyberlundi (+106 %) au cours de la même période, bien que le total des ventes en lignes réalisées lors de cette journée demeure plus élevé (1,25 milliards $US en 2011, contre autour de 480 millions $US pour Thanksgiving).

Pour 2012, ComScore s’attend à des dépenses surpassant 1,5 milliard de dollars en ligne lors du Cyberlundi, ce qui devrait encore une fois en faire la journée la plus importante pour les ventes en ligne aux États-Unis.

Achats en ligne : sommes-nous en retard?

Pour Sylvain Sénécal, si le Canada et le Québec sont à la traîne lorsque l’on se compare aux États-Unis pour ce qui est des achats en ligne, nous demeurons une société parmi les plus branchées du monde, et le phénomène ne cesse de croître ici.

« D’année en année, les achats en ligne augmentent : oui il y a un décalage par rapport aux États-Unis, mais on n’est pas stagnants », relate-t-il. L’expert relève par ailleurs qu’aux États-Unis, certains facteurs comme l’absence de taxes pour les ventes en ligne ont permis un essor rapide du commerce de détail sur le web.

• En 2011, 61 % des internautes québécois ont acheté un produit ou un service sur Internet, une hausse de 8 % par rapport à 2010.

• La valeur moyenne mensuelle des achats réalisés par les cyberacheteurs adultes québécois est passée de 270 $ à 336 $ de 2009 à 2011.

• En 2011, les consommateurs ont dépensé 5,62 milliards de dollars en ligne au Québec.

Source : Enquête NETendances 2011 du CEFRIO

Et vous, comptez-vous faire des achats lors du cyberlundi? Trouvez-vous que les aubaines proposées en valent la peine?

En parallèle, la Journée mondiale sans achats se tient vendredi. Trouvez-vous que des phénomènes comme le Black Friday et le cyberlundi incitent les gens à trop consommer?

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb