Pour un plan numérique au Québec

par

 publié le 22 novembre 2012 à 18 h 21

Un groupe de 13 personnalités issues du numérique ont officiellement lancé, jeudi, un rapport d’une trentaine de pages jetant les bases d’une réflexion visant à doter le Québec d’un plan numérique.

Le groupe se présente comme les « 13 étonnés ». Et les sources de leur « étonnement » sont nombreuses. Globalement, ils sont étonnés du « peu d’envergure et de prévoyance de nos élus face aux mutations numériques en cours », peut-on lire sur le site plannumeriquequebec.org. Les étonnés estiment que le Québec vit un retard important sur le plan numérique, un enjeu qu’ils jugent pourtant déterminant quant à la prospérité économique, sociale et culturelle de la province.

La réflexion sur le sujet au Québec ne date pas d’hier. Mais en septembre, à la suite d’une campagne électorale au cours de laquelle les enjeux liés au numérique ont été absents, des membres du mouvement Démocratie ouverte ont souhaité relancer une certaine réflexion sur la matière. C’est ainsi que le groupe de 13 étonnés s’est progressivement formé, s’attelant à produire un premier document de réflexion afin de susciter la discussion.

Ainsi, le rapport publié aujourd’hui ne constitue pas un plan numérique, mais une base de réflexion à laquelle tous les internautes et acteurs de la société québécoise sont conviés. Ils sont donc invités à réagir à la lettre ouverte, ou encore aux différents thèmes abordés dans le rapport des « étonnés », soit dans un premier temps « Le numérique », et les quatre sphères d’action mises de l’avant : « citoyens », « gouvernance », « économie » et « infrastructures ». Le tout se retrouve sur le site Plannumeriquequebec.org.

Leur réflexion est beaucoup plus large, mais concrètement, les « étonnés » présentent six « suggestions » ou « demandes » :

  • Création d’une Agence du numérique relevant de l’Assemblée nationale;
  • Co-construction d’un plan numérique avec l’ensemble des acteurs et la population de toutes les régions du Québec;
  • Création d’un Conseil national du numérique qui serait obligatoirement consulté par le Parlement et les ministères pour toutes questions concernant le développement du numérique sur le territoire québécois;
  • Création d’un forum de participation citoyenne indépendant du gouvernement
  • Investissements prioritaires dans le savoir et non dans l’avoir;
  • Investissements dans le déploiement de réseaux à très haute vitesse et une gestion selon les règles OpenAccess
« Il faut réveiller le Québec. Dans tous les aspects de notre vie collective et individuelle, le futur est numérique. Et il est déjà présent, nous imposant une stratégie fondamentale, incontournable et prioritaire pour le développement économique et identitaire du Québec. Notre demande interpelle l’intelligence de notre gouvernance québécoise pour une décision historique. » – Hervé Fischer, président de la Fédération internationale des associations de multimédia

Plus

En octobre dernier, Michelle Blanc parlait de la démarche à l’émission La Sphère.

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb