Les sites de la Sécurité publique et de la Déontologie policière du Québec ont tous deux été piratés par les Anonymous lundi en représailles à l’adoption de la loi spéciale. Ils deviennent ainsi les deux derniers en date à être la cible du groupuscule de pirates dans le cadre de l’« Opération Québec ».

On a ainsi pu lire brièvement la signature de la nébuleuse de pirates : « Nous sommes Anonymes. Nous sommes Légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez -nous ». Dans une vidéo sur YouTube, le groupuscule déclare que le gouvernement du Québec « assassine le droit de manifester en adoptant une loi d’urgence ».

Une autre vidéo ajoute que « la récréation est terminée ». Celle-ci ne semble pas créée localement, puisqu’elle utilise toutefois des expressions françaises plutôt que québécoises, comme « bisounours » au lieu de « calinours » ou encore « ravaler la façade » ou « channel » pour « canal IRC ».

La porte-parole du ministère de la Sécurité publique, Valérie Savard, explique que les informaticiens du ministère tentent de rétablir la situation. Elle n’a pu préciser si des données avaient été volées ou endommagées.

Samedi, les sites du Parti libéral du Québec (PLQ) et de l’Assemblée nationale avaient aussi été attaqués. Celui de l’Assemblée nationale était rapidement revenu en ligne, mais celui du PLQ reste inaccessible. Michel Rochette, directeur des communications du parti, explique que les pirates ciblent les sites le week-end, car l’hébergeur du site est en effectif restreint, ce qui rend le retour en ligne plus long. Et d’ajouter que le service de courriel continue de fonctionner et qu’aucune donnée n’a été compromise.

Les sites du ministère de l’Éducation et de l’Aide financière aux études sont aussi hors ligne depuis samedi. Il ne s’agit toutefois pas de piratage; le ministère met ces deux sites hors ligne le week-end à titre préventif depuis plusieurs semaines. Ceux-ci avaient été la cible d’attaques le mois dernier.

Plusieurs des attaques des derniers jours étaient de type « déni de service », ce qui consiste à saturer les serveurs informatiques de requêtes simultanées. Ceux-ci deviennent alors incapables de répondre à la demande, rendant le site inaccessible. Toutefois, l’attaque sur le site du ministère de la Sécurité publique semble plus complexe, puisque les Anonymous ont été capables d’y afficher un message.

Pour me joindre :

florent.daudens@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb