Des artistes québécois donnent leur appui au mouvement étudiant contre la hausse des droits de scolarité dans une vidéo mise en ligne sur YouTube par la CLASSE au début de la semaine.

On peut entre autres y voir Michel Rivard, Paul Piché, Anne-Marie Cadieux, Geneviève Rochette et Julien Poulin. Le tout a été réalisé par un étudiant en communication de l’UQAM.

Le message des artistes : « ensemble, bloquons la hausse ». Ils se succèdent d’abord pour faire un état de la situation, puis exposent pourquoi ils s’opposent à la hausse. « Non au principe de l’utilisateur-payeur », dit Anne-Marie Cadieux. « Non aux privilèges », ajoute Paul Piché.

Les artistes y vont par la suite, sur un ton plus positif, de leur vision de l’éducation. « Oui à l’éducation accessible et de qualité », avance Michel Rivard. « Oui au savoir collectif », déclare Geneviève Rochette. Et ainsi de suite, dans un montage dynamique.

La vidéo a actuellement été vue par un peu plus de 60 000 personnes sur YouTube.

Mais les étudiants ne reçoivent pas que des appuis sur le web. Les moyens de pression choisis, particulièrement les manifestations qui causent d’importants bouchons de circulation, soulèvent l’ire de plusieurs citoyens.

D’ailleurs, mardi, les propos tenus par le maire d’Huntingdon, Stéphane Gendron, sur sa page Facebook ont soulevé la controverse. Le maire a d’abord été virulent envers les étudiants qui ont bloqué le pont Champlain, mardi matin. Il a ensuite affirmé que le premier ministre Charest devrait prendre des mesures pour garantir l’accès aux ponts de Montréal, soit « l’armée et la bastonnade ». Dans un troisième message, qui a suscité plus de 300 commentaires, il dit notamment que les grévistes « emmerdent le peuple au lieu de se fermer la boîte et étudier ».

Par ailleurs, Mathieu Bonin, étudiant à l’école de l’humour, connaît actuellement beaucoup de succès avec sa vidéo sur les « *%& d’manifestations ». Le jeune humoriste, qui produit différentes capsules dans lesquelles il fait des montées de lait sur divers sujets, a récolté plus de 235 000 visionnements sur YouTube avec celle sur les manifestations. Son propos est, essentiellement, que les étudiants ne devraient pas prendre des moyens de pression qui affectent la vie de la population, qui est de toute façon de leur bord. Il y dit que les étudiants devraient plutôt faire des moyens de pression qui affectent les politiciens ou encore les dirigeants des universités.

De leur côté, les étudiants se servent aussi beaucoup des médias sociaux pour véhiculer leur message et faire connaître leurs différentes actions. Quelques exemples récents : des photos d’affiches publicitaires remplacées par des affiches artistiques sont publiées sur Facebook ou encore la mobilisation éclair (flash mob) sur la place des Festivals mise en ligne sur YouTube.

Quant à l’événement Facebook pour la grande manifestation nationale de jeudi, à Montréal, il compte actuellement plus de 100 000 invités et plus de 20 000 personnes y ont confirmé leur présence.

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb