Billets publiés le 13 mars 2012

La revue du web – 13 mars

par

 publié le 13 mars 2012 à 17 h 15

Quelques liens qui ont retenu notre attention aujourd’hui sur le web. Des suggestions? Écrivez-nous un courriel ou un commentaire au bas de cet article.

urlStorify= http://storify.com/surleweb/la-revue-du-web-du-13-mars.js

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb

Un programme offrant une rémunération à des sans-abri pour qu’ils transportent sur eux un signal wi-fi au festival South By Southwest suscite la controverse à travers les États-Unis.

BBH Labs, une section de l’agence de marketing BBH, a remis à 13 sans-abri des appareils wi-fi mobiles et des t-shirts indiquant qu’ils sont des « points d’accès 4G ». L’entreprise leur a offert une avance de 20 $ et un minimum de 50 $ par jour pour environ six heures de travail, selon Emma Cookson, de BBH New York.Selon elle, l’initiative se compare à celle invitant des itinérants à vendre des journaux dans la rue.

Tout l’argent récolté pour l’accès wi-fi — qui est souvent difficile à trouver au festival — était remis aux participants, qui ont été sélectionnés en partenariat avec le refuge Front Steps (la recommandation était un don de 2 $ pour 15 minutes d’utilisation).

Le programme a cependant été critiqué par certains, qui ont crié à l’exploitation. Les critiques estiment que l’expérience transformait les sans-abri en objets inanimés dont pouvaient profiter les mieux nantis branchés. Dans un éditorial publié en ligne, le Washington Post a demandé: « Avons-nous perdu notre humanité? ».

Mme Cookson a assuré que BBH avait écouté les critiques sur l’expérience, qui s’est terminée lundi. Elle a cependant précisé que l’initiative a permis aux sans-abri d’interagir avec des gens qui passent souvent près d’eux sans les voir.

L’un des participants, Dusty White, dit avoir aimé discuter avec les festivaliers, ajoutant qu’il s’est « senti fier » d’avoir gagné de l’argent.

La Presse canadienne

Saison des nids-de-poule : des outils branchés

par

 publié le 13 mars 2012 à 14 h 36

Le coup publicitaire de TAXI, mardi matin au centre-ville de Montréal.

Le printemps est à nos portes, et qui dit retour du beau temps au Québec, dit nids-de-poule! L’agence de publicité montréalaise TAXI a lancé une nouvelle campagne pour signaler et connaître l’emplacement des nids-de-poule partout au Canada. Le tout se décline par un site web et une application iPhone.

L’initiative intitulée La Saison des nids-de-poule utilise la technologie de Google Street View pour le signalement des nids-de-poule. Dès que l’un d’entre eux est identifié, soit sur le site web de la campagne ou via l’application iPhone, il est affiché sur une carte et les autorités municipales sont avisées par courriel.

Sur la route, les utilisateurs de l’application seront avertis sous forme d’alertes vocales de la présence de nids-de-poule. De plus, l’application enregistrera automatiquement leur présence lorsque l’automobiliste en frappera un en cours de route, le tout, grâce aux vibrations de l’appareil. À la fin du trajet, l’automobiliste pourra confirmer que les chocs enregistrés provenaient bel et bien de nids-de-poule.

Dominique Trudeau, directeur de création exécutif chez TAXI, précise que l’application est conçue pour tout le Canada. La base de données permet le signalement des nids-poule aux moyennes et grandes villes du pays. « Si on voit beaucoup d’activités dans de petites villes, elles seront ajoutées à la base de données », ajoute-t-il.

TAXI n’a pas conclu d’ententes particulières avec les municipalités canadiennes, qui recevront les signalements par courriel. Selon leur bon vouloir, elles pourront aussi indiquer à TAXI lorsque les nids-de-poule seront réparés. Du côté de la ville de Montréal, on nous confirme qu’on prendra connaissance des informations transmises via courriel par La Saison des nids-de-poule.

Une application Android est-elle à venir? « Tout dépend du succès de l’application et de la campagne en ligne », répond Dominique Trudeau, précisant que si l’initiative fonctionne bien, cela serait certainement une option.

Pour lancer sa campagne, TAXI y a été d’un coup de publicité remarqué mardi matin à Montréal. Ils ont mis en scène une voiture tombée dans un nid-de-poule si grand, qu’elle s’y est plantée à la verticale. On peut voir le résultat dans cette vidéo :

CAA Québec fidèle au poste

De son côté, CAA Québec invite de nouveau, cette année, le public à signaler les nids-de-poule sur son site web dans la section Info problèmes routiers. Grâce à cet outil, où l’on peut d’ailleurs signaler des problèmes routiers à longueur d’année, CAA-Québec agit comme courroie de transmission entre le public et les municipalités ou Transports Québec.

[Mise à jour] On me signale aussi l’existence de l’application ColabPark, de l’agence web montréalaise Mastodonte Interactif. Cette application permet aux usagers de signaler des problèmes sur la route tels que des bouchons de circulation, les nids-de-poule, les manifestations ou encore les places de stationnement disponible.

Pour me joindre :

Par courriel : johanne.j.lapierre@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @johannelapierre et @SurLeWeb