Billets publiés le 3 novembre 2011

Catherine BolducLa revue du web – 3 novembre 2011

par

 publié le 3 novembre 2011 à 16 h 08

À la revue du web : Apple admet qu’il existe des problèmes de pile avec l’iPhone 4S; un site web pour découvrir les archives radio de la BBC; Explorer sur la pente descendante; Twitter veut entendre vos histoires; le nouveau réseau haute vitesse de Rogers et l’origine de certaines inventions.

urlStorify=http://storify.com/surleweb/la-revue-du-web-3-novembre-2011.js

Pour me joindre :

Sur Twitter : @cath_bolduc ou @surleweb
Sur Facebook : www.facebook.com/surleweb
Par courriel : catherine.bolduc@radio-canada.ca

Miroir du site de Charlie Hebdo au moment où il était piraté

Un groupe de pirates informatiques turc a revendiqué le piratage du site web du journal humoristique français Charlie Hebdo, dont les bureaux ont été incendiés mercredi. Charlie Hebdo s’apprêtait à publier une édition spéciale de son journal rebaptisé Charia Hebdo avec en une, une caricature de Mahomet.

Dans un message envoyé au Nouvel Observateur, le groupe Akincilar, affirme que le site web de Charlie Hebdo est devenu sa cible « en raison de son affront à nos valeurs religieuses » (le message du groupe est disponible en ligne).

Akincilar pointe par ailleurs vers un lien où on peut voir le site de Charlie Hebdo au moment où il était défiguré. « Nous serons votre malédiction dans le Cyber Monde », peut-on notamment y lire.

Le groupe affirme qu’il s’est donné pour mission de s’en prendre aux sites qui attaquent « nos croyances et nos valeurs morales, contiennent du matériel pornographique ou sataniste qui embarrasse les innocents ». Le groupe revendique l’attaque de milliers de sites web au cours des dernières années, palmarès que semble confirmer le site spécialisé Zone-H, qui recense plus de 6000 attaques de la part d’Akincilar.

Par ailleurs, Akincilar se dissocie fermement de l’incendie qui a ravagé les bureaux du journal. « Nous ne soutenons aucune forme d’attaque qui a recours à la violence », dit le communiqué.

Au moment d’écrire ces lignes, le site web de Charlie Hebdo était toujours hors ligne. Selon l’AFP, la société belge Bluevision, qui héberge le site, a été l’objet de menaces de mort.

La journaliste Valérie Manteau, responsable du site, a également affirmé à l’AFP que la page Facebook de Charlie Hebdo sera bientôt fermée aux commentaires des internautes. À la suite de l’incendie, la page a été l’objet de plusieurs milliers de commentaires, souvent haineux, se réjouissant du brasier ou comportant même des menaces de mort.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb