Le Monde et le blogue Écrans, de Libération, se penchent aujourd’hui sur le cas de Max Schrems, qui a déposé une série de plaintes contre Facebook. Les plaintes ont été déposées devant la justice irlandaise, où Facebook a son siège social européen.

M. Schrems a demandé à Facebook, dont il était membre, de lui fournir une copie de l’ensemble des données qu’il avait à son sujet, ce que le site de réseautage social permet depuis un certain temps déjà.

En examinant le disque compact qui contenait ses données, M. Schrems a constaté que Facebook avait conservé la trace de toute son activité sur son site, y compris les éléments qu’il avait effacés, comme des courriels.

Il a donc déposé une série de plaintes devant la justice irlandaise et avec des amis, il a mis en ligne le site Europe Versus Facebook, qui rend compte de ses trouvailles et fait le suivi des procédures entreprises.  Cette vidéo résume les éléments découverts par Max Schrems (des sous-titres en français sont disponibles).

http://www.youtube.com/watch?v=KEC-vk9psTw

Facebook se défend

Comme le souligne le Guardian, Facebook s’est défendu en indiquant conserver ces données pour des raisons techniques. Facebook ajoute que si un utilisateur peut supprimer de son compte les messages qu’il reçoit ou qu’il envoie, il ne peut pas les supprimer de la boîte aux lettres du destinataire. « Tous les services de messagerie jamais inventés fonctionnent de cette façon », dit Facebook.  À cela, M. Schrems répond en disant avoir trouvé sur le CD envoyé par Facebook des messages que lui ET le destinataire avaient effacés. Selon lui, Facebook n’aurait pas dû les conserver.

« Profils fantômes »

Max Schrems affirme également avoir découvert que Facebook créait ce qu’il appelle des « profils fantômes » (shadow profiles). Il s’agit d’informations collectées par Facebook chez ses utilisateurs et qui concernent des internautes qui ne sont pas membres du réseau social. Il cite, par exemple, des adresses courriel qu’il n’avait jamais communiquées à Facebook. À son avis, ces informations proviennent de l’outil « Rechercher des amis », avec lequel on peut importer son carnet d’adresses sur Facebook.

Mentionnons en terminant que le blogue Naked Security du groupe Sophos publiait la semaine dernière la marche à suivre pour obtenir une copie des informations que Facebook a à votre sujet.

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb