Billets publiés le 22 septembre 2011

Florent DaudensLa revue du web – 22 septembre 2011

par

 publié le 22 septembre 2011 à 16 h 30

La revue du webComment Google a contribué à réunir un survivant de l’holocauste et un ex-soldat

Une histoire qui mêle passé et nouvelles technologies.

Facebook, le prochain AOL ou IBM?

Vint Cerf, l’un des principaux architectes d’Internet, craint que l’architecture « fermée » du réseau social cause sa perte.

Le Parti anti PowerPoint

La démocratie suisse permet à une multitude de partis de briguer les suffrages.

Le domaine public pour les nuls

Comment savoir si une œuvre est du domaine public ou pas, notamment au niveau international?

Les téléphones intelligents et les tablettes dépassent les portables dans les aéroports

Une statistique qui illustre les changements dans la façon d’accéder aux réseaux sans fil.

Des jeunes de droite pour illustrer ceux de gauche

Petit couac du côté d’un mouvement de jeunes liés au socialiste français François Hollande : ils ont utilisé une photo prise lors d’un rassemblement de… Nicolas Sarkozy.

Avec Vincent Grou

Pour me joindre :

Par courriel : florent.daudens@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @fdaudens et @SurLeWeb

Vincent GrouFacebook : refonte majeure

par

 publié le 22 septembre 2011 à 13 h 24

Facebook a dévoilé aujourd’hui une série de nouveautés qui transformeront radicalement le site de réseautage social. Ces nouveautés ont été dévoilées dans le cadre de la quatrième conférence annuelle f8, à San Francisco.

Le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a d’abord présenté la Timeline, « ligne du temps », nouvelle organisation visuelle du profil des utilisateurs. Il sera ainsi possible d’ajouter du contenu et de le classer par année dans cette ligne du temps. Selon M. Zuckerberg, cette fonction permettra aux utilisateurs de « raconter leur vie ».

Vadim Lavruzik, de Facebook, a publié une photo de ce à quoi ressemble cette ligne du temps.

Toutefois, le plus gros morceau présenté aujourd’hui est certainement l’intégration de médias. Ainsi, quand les utilisateurs écouteront de la musique ou regarderont des films ou des épisodes de séries télé en ligne, leurs contacts en seront avertis et pourront eux aussi écouter cette musique, regarder ces films, ces séries télé… Facebook qualifie cette fonction de « real time serendipity », autrement dit, d’heureux hasards en temps réel.

Cette nouvelle fonction est le résultat de partenariats conclus avec différents diffuseurs de contenu audio et vidéo en ligne, comme Spotify, Soundcloud, Netflix, Hulu et Vevo. Soulignons toutefois que certaines de ces plateformes ne sont pas disponibles dans certains pays. Spotify et Hulu, par exemple, ne sont pas disponibles au Canada. Le seront-elles via Facebook? Nous n’avons pas la réponse pour le moment.

À ce sujet, TechCrunch souligne que l’application Netflix ne sera pas disponible aux États-Unis, en raison d’une loi sur la vie privée. Le PDG de Neflix, Reed Hastings, qui a pris la parole lors de la conférence, a déclaré qu’il avait bon espoir que la loi soit bientôt revue.

À lire également, cet article du Figaro, qui explique que Facebook vient jouer dans les platebandes d’Apple.

Je vous invite par ailleurs à consulter les différentes réactions (un peu ironiques) à ces nouveautés, glanées sur Twitter par mon collègue Florent Daudens.

Il sera également intéressant de surveiller la réaction de différents groupes qui veillent à la protection de la vie privée en ligne, tels que l’Electronic Frontier Foundation et l’Eletronic Privacy Information Center. Car il ne faut pas se leurrer, comme le souligne The Atlantic, les nouveautés présentées aujourd’hui, aussi belles soient-elles, vont permettre à Facebook de se constituer une véritable mine de renseignements personnels de ses utilisateurs.

Pour me joindre :

Le site de la maison d'édition Canongate

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est en colère à la suite de la publication, aujourd’hui, de son autobiographie non autorisée (terme contradictoire, s’il en est un…!).

Dans un communiqué publié hier, la maison d’édition Canongate affirme que Julian Assange a rompu le contrat, ce qui l’a poussée à aller de l’avant avec la publication du livre.

De son côté, dans une déclaration publiée sur le site de WikiLeaks, Julian Assange accuse la maison d’édition d’avoir trahi sa confiance en publiant un brouillon erroné et inachevé, et d’en tirer profit. Il ajoute que l’écrivain Andrew O’Hagan, qui a rédigé le manuscrit à la suite d’une cinquantaine d’heures d’entrevues, est toujours un « ami proche » et était également en désaccord avec la publication du livre.

The Independent publie aujourd’hui une série d’extraits de l’autobiographie. Dans un premier extrait, il affirme qu’il savait que le projet WikiLeaks allait changer sa vie. Dans un deuxième passage, il revient sur son passé de pirate informatique et il affirme être « comme tous les pirates, un peu autiste ». Dans le troisième extrait, il se défend d’avoir violé les deux femmes qui l’accusent, accusations pour lesquelles la justice britannique doit se prononcer sous peu sur son extradition en Suède. Le Monde a traduit certains passages de ces extraits.

De son côté, le Guardian souligne que l’ouvrage paraît bel et bien inachevé, la portion narrative se termine avant la publication des notes diplomatiques, fin 2010. Celles-ci ne sont abordées que dans un appendice.

La publication de cet ouvrage suscite diverses réactions dans les réseaux sociaux. Plusieurs, à l’instar de la journaliste Jess Hill, ne manquent pas de souligner que WikiLeaks a récemment publié des milliers de notes diplomatiques non censurées et que c’est un retour de balancier pour Julian Assange, qui voit son autobiographie publiée contre son gré.

Pour me joindre :