Billets publiés le 1 septembre 2011

Florent DaudensLa revue du web – 1er septembre 2011

par

 publié le 1 septembre 2011 à 17 h 00

La revue du webLe prototype d’un iPhone 5 oublié dans un bar?

CNet rapporte qu’un exemplaire du nouveau téléphone d’Apple, qui n’est pas encore sorti, aurait été égaré dans un bar. Une étrange répétition d’un épisode similaire pour la sortie de la version précédente.

Travailler à son compte, la « révolution industrielle de notre époque »

Aux États-Unis, les travailleurs autonomes sont de plus en plus nombreux. Et la plupart d’entre eux aiment leur situation, selon The Atlantic.

Wikileaks en froid avec le Guardian

Le site accuse le quotidien britannique, partenaire dans la publication des notes diplomatiques, de trahison.

La fin du signal analogique à Radio-Canada (Montréal)

Voici ce qui s’est passé ce matin à minuit pour ceux qui regardaient la télé en analogique, après le passage à la télévision numérique.

Pour me joindre :

Par courriel : florent.daudens@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @fdaudens et @SurLeWeb

Vincent GrouAmnistie internationale garde la Syrie à l’œil

par

 publié le 1 septembre 2011 à 14 h 26

Alors que bien des regards sont tournés vers la Libye, où le régime de Mouammar Kadhafi continue de s’effriter, Amnistie internationale rappelle qu’en Syrie, la situation demeure critique pour la population.

L’organisation humanitaire publiait il y a quelques jours un rapport faisant état d’au moins 88 personnes mortes en détention depuis le début des manifestations contre le régime de Bachar al-Assad, en mars. Il s’agit « forte augmentation du nombre de morts en détention en Syrie », soutient l’organisme, qui ajoute croire « que le gouvernement syrien persécute systématiquement les citoyens, et ce, à grande échelle ».

Amnistie lançait du même coup Eyes on Syria. Il s’agit d’un site qui propose une carte interactive sur laquelle on retrouve une fiche pour chacune des 88 personnes mortes en détention. La fiche indique le lieu et la date de l’arrestation de la personne, ainsi que la date où le corps a été restitué.

La fiche ajoute également, dans certains cas, des informations sur l’autopsie, qui laissent généralement croire que la personne a été torturée.

Le menu de gauche de la carte interactive permet également de voir des gestes de soutien au peuple syrien qui ont eu lieu ailleurs dans le monde, ainsi que des cas de disparitions récentes qui nécessitent une intervention d’urgence.

En outre, le site demande aux internautes de faire part de leurs témoignages, s’ils ont des informations additionnelles sur les cas mentionnés.

 

Florent DaudensCes impolitesses qui vous irritent sur Twitter

par

 publié le 1 septembre 2011 à 14 h 24

Tutoiement, gros mots, insultes ou absence de réponses; les goujateries (pour rester élégant) seraient légion sur Twitter si l’on se fie à plusieurs commentaires lus ces derniers jours.

Dernier en date, celui de Laurent Joffrin, directeur du magazine français Le Nouvel Observateur. Tout est parti d’une réponse à l’un de ses tweets : « Oui mais comme tu dis: Vive la crise! RT @Laurent_Joffrin: Le cours de l’or atteint un record historique absolu. Signe de début de panique. ». Et le journaliste de répondre : « @peultier qui vous autorise à me tutoyer? ».

La pièce à conviction

Il revient sur la question aujourd’hui et déplore « un ton péremptoire, désagréable, assorti d’un tutoiement ». Avec le sens de la formule, il ajoute : « J’ignorais qu’un si vaste espace de liberté ne tolérait qu’une forme de langage ».

Si le tutoiement revêt un caractère différent en France, ce billet soulève une bonne question : quelle étiquette suivre sur Twitter? Pas seulement en terme de politesse, mais plus largement pour encourager un débat de qualité. Est-on trop prompt à être péremptoire, à vouer aux gémonies quelqu’un avec qui l’on est en désaccord?

Certes, la nétiquette existe. Et puis plusieurs ajouteront que Twitter et les autres réseaux sociaux ne sont pas pires que la vraie vie. N’empêche, en lisant ce billet ce matin, je me suis demandé si je n’étais pas moi-même un malotru du 140 caractères. Et en voyant passer plusieurs réactions, le sujet semble en interpeller plus d’un.

D’où une question : quels comportements vous irritent sur Twitter, voire – anathème suprême! – vous donnent envie de vous désabonner de quelqu’un?

Mise à jour, le 2 septembre à 15 h : Grâce à vos réponses, nous avons pu établir quelques catégories d’impolitesses, à lire ici. Merci à tous!

Pour me joindre :

Par courriel : florent.daudens@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @fdaudens et @SurLeWeb

Vincent GrouYouTube lance la location de films en ligne au Canada

par

 publié le 1 septembre 2011 à 11 h 14

YouTube, propriété de Google, a annoncé aujourd’hui le lancement d’un service de location de films en ligne destiné au marché canadien.

Le club vidéo virtuel se trouve à l’adresse YoutTube.ca/movies.

Pour le moment, l’offre est essentiellement américaine, alors que YouTube se targue de proposer « plus de 1000 longs-métrages des grands studios hollywoodiens ». Le site propose également une sélection de « classiques canadiens ». Il ne semble pas encore y avoir de films québécois en français.

Les films loués sont offerts à des prix allant en moyenne de 4 $ à 5 $. Une fois loués, les films sont disponibles sur une période de 30 jours, mais les ont 48 heures pour les regarder, une fois le visionnement entamé. Les films sont accompagnés de différents extras gratuits, comme des bandes-annonces, des entrevues avec les acteurs, ou des scènes des coulisses du tournage.

Avec ce nouveau service de YouTube, Google vient jouer dans les platebandes de Netflix, qui lançait son service de location en ligne au Canada en septembre 2010.

Ce lancement survient également alors qu’aujourd’hui, Netflix, qui compte plus de 23 millions de membres au Canada et aux États-Unis, selon TechCrunch, modifie son offre et augmente ses tarifs de 60 % aux États-Unis. Au Canada, le site de Netflix offre encore des visionnements illimités pour un abonnement de 8 $ par mois.

En 2010, YouTube avait lancé, aux États-Unis, une version beta très restreinte de son service de location en ligne. Puis, en mai dernier, le site proposait une offre de plus de 3000 titres aux internautes américains, à la suite d’une entente conclue avec les grands studios d’Hollywood.

Pour me joindre :