Billets publiés le 9 août 2011

Marie-Eve MaheuLa revue du web – 9 août 2011

par

 publié le 9 août 2011 à 17 h 08

La revue du web

18 femmes « techno » à surveiller

Le Huffington Post présente 18 femmes novatrices dans le domaine des nouvelles technologies, qui ont démarré des entreprises. Dans un diaporama, on explique comment chacune d’entre elles a marqué l’industrie.

Nouveau blogue de Gérald Fillion

Notre journaliste spécialisé dans la couverture de l’actualité économique a maintenant un nouveau blogue, plus convivial et interactif. « Les textes seront plus courts, plus fréquents aussi, probablement quotidiens. Réagissez, échangez, ce blogue est notre lieu pour parler économie », écrit Gérald Fillion dans son premier billet. Rappelons que vous pouvez également le suivre sur Twitter.

Le New York Times teste ses projets sur le web

Le journal a créé le site beta620 sur lequel il propose aux Internautes de naviguer à travers différentes applications en développement et leur demande de faire part de leurs impressions. Les applications les plus populaires pourraient migrer vers le site officiel du New York Times.

Facebook Messenger

Le réseau social lance un service de messagerie instantanée pour les iPhone et les téléphones sous Android.

Dessine-moi un hacker

Le site OWNI présente dans une infographie les résultats d’une étude sur la communauté mondiale des pirates informatiques, qui a été menée par le Finlandais et fondateur du hackerspace 5w, Jarkko Moilanen. On y apprend notamment que 89 % des pirates sont des hommes, qu’ils sont âgés en moyenne de 31 ans et que plus de la moitié ont au moins un baccalauréat.

Pour me joindre :

Par courriel : marie-eve.maheu@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @memaheu et @SurLeWeb

Dans une vidéo diffusée sur YouTube, les Anonymous annoncent leur intention de « détruire » le réseau social fondé par Mark Zuckeberg. L’opération baptisée #opFacebook est prévue le 5 novembre prochain.

Mise à jour (mercredi) : Certains comptes Twitter associés à la nébuleuse ont démenti, mercredi, l’existence de cette opération, dont @AnonOps. « Aux médias du monde, cessez de mentir. #OpFacebook est seulement un autre canular. Nous ne tuons pas le messager. Ce n’est pas notre genre. » L’utilisateur s’est ravisé quelques heures plus tard, affirmant qu’« #OpFacebook est organisée par certains Anonymous, [mais que] ça ne veut pas dire que tous les Anonymous sont d’accord avec ça. Pour plus détails, consultez notre article de mercredi.

http://www.youtube.com/watch?v=SWQTS8zqYXU

Les Anonymous accusent Facebook de vendre des informations aux agences gouvernementales et à des firmes de sécurité privées qui travaillent avec des dictatures comme celles de la Syrie et de l’Égypte.

Ils en veulent également au réseau social de ne pas respecter la vie privée de ses membres. «Facebook en sait plus sur vous que votre propre famille », dit une voix robotisée, ajoutant que même lorsqu’un compte est supprimé, les informations qu’il contient ne disparaissent pas complètement.

La nébuleuse invite «les pirates informatiques et les personnes souhaitant défendre la liberté d’information à rejoindre [sa] cause et à tuer Facebook pour le bien de la vie privée».

« Vous n’êtes pas en sécurité », dit la voix robotisée. « Un jour vous regarderez en arrière et réaliserez que ce que nous avons fait est juste.»

Le groupe ne dit pas comment il compte détruire le réseau social.

Ironiquement, une page Facebook faisant la promotion de cette opération a été créée. Plus de 2600 personnes aiment cette page.

Anonymous dément qu’il s’agit d’une action concertée

Sur un des comptes Twitter associés à Anonymous @GroupAnon, une publication fait état d’une certaine dissension au sein de la nébuleuse. « #OpFacebook est organisée par certains membres d’Anonymous. Cela ne veut pas dire que tous les #Anonymous sont d’accord avec ça.»

Les Anonymous se sont fait connaître en s’attaquant aux sites de Visa et de Mastercard, en décembre dernier, en représailles à leur décision de ne plus traiter les dons faits à WikiLeaks.

Ce week-end, ils ont piraté le site du ministère de la Défense du gouvernement syrien, remplaçant la page d’accueil par le message suivant : « Au peuple syrien, le monde est à vos côtés, contre le régime brutal de Bachar Al-Assad. Sachez que le temps et l’histoire sont de votre côté. »

Des pirates syriens contre-attaquent

La riposte n’a pas tardé. Lundi, la page du réseau social en développement d’Anonymous, Anonplus (en réplique à Google+), a été remplacée par un message hostile et des photographies de cadavres. « En réponse au piratage du site du ministère de la Défense, le peuple syrien a décidé de purifier Internet en supprimant votre pathétique site », écrivent ceux qui se présentent comme l’armée électronique syrienne.

La page n’est plus en ligne. Mais voici une photo de celle-ci prise mardi matin :

Le blogue pour le développement d’Anonplus a été transféré à cette nouvelle adresse.

Pour me joindre :

Par courriel : marie-eve.maheu@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @memaheu et @SurLeWeb

Les émeutes de Londres se sont poursuivies lundi soir pour une troisième nuit consécutive. En plus de la capitale, les pillages et les incendies se sont étendus à d’autres villes du pays comme Liverpool, Bristol et Birmingham. Nous suivons pour vous les plus récents développements sur ces émeutes. Les mises à jour les plus récentes se trouvent en haut de page.

16 h 15 : Ceci met fin à notre couverture pour aujourd’hui. Pour continuer à suivre les derniers développements, le Guardian, la BBC et le Telegraph offrent une couverture en direct des événements.

AFP/Andrew Cowie

15 h 50 : Le site Storyful raconte en images, en vidéos et en messages envoyés sur Twitter les émeutes des dernières heures.

14 h 30 : Le Monde se penche sur l’utilisation des réseaux sociaux pour coordonner les émeutes. De son côté, Reuters rapporte qu’un membre du parlement britannique appelle à la suspension du service de messagerie instantanée BlackBerry qui aurait été utilisé pour mobiliser les émeutiers.

14 h 15 : Un groupe de citoyens « respectueux des lois » veut collaborer aux efforts des policiers dans leurs enquêtes à la suite des émeutes. Un compte Twitter a été créé sous le nom @IdentifyRioters, et un site Internet a été mis en ligne, où l’on y retrouve des photos de gens ayant participé aux émeutes et aux pillages. Le groupe souligne que si une personne est identifiée par plusieurs sources, l’information sera immédiatement envoyée à la police.

13 h 45 : Le ministère des Affaires étrangères a émis des recommandations aux voyageurs qui se trouvent à Londres et dans les environs ou qui ont l’intention de s’y rendre.

Ministère des Affaires étrangères

12 h 20 : Dans son blogue en direct sur les émeutes, The Guardian indique que le site d’achat en ligne Amazon.co.uk a connu une hausse fulgurante des ventes de bâtons de baseball et de matraques au cours des 24 dernières heures.

11 h 40 : Comme à son habitude, The Big Picture a mis en ligne des photos impressionnantes des émeutes.

11 h 30 : Le Guardian rapporte que des nombreuses maisons de disques indépendantes pourraient avoir subi des conséquences importantes à la suite des émeutes. Les maisons de disques craignent la perte d’une grande quantité de marchandises après un incendie dans un entrepôt détenu par Sony.

10 h 30 : À la suite des émeutes, plusieurs initiatives ont été créées pour nettoyer la ville, dont @RiotCleanup. Gâce à Twitter, à Facebook et à un site Internet, on tente de rejoindre le plus de gens possible afin de faire le ménage. Les pages sont populaires. Le compte Twitter @RiotCleanup rejoint plus de 70 000 personnes.

Photo publiée sur Twitter par le journaliste @McDevittJohnny

10 h 20 : Une vidéo mise en ligne sur YouTube montre le ciel et les flammes à la suite des émeutes.

10 h 15 : Des photos montrant certains lieux avant les émeutes et après témoignent des violences qui ont cours depuis la fin de semaine. Les sites du Guardian et du Telegraph ont mis en ligne quelques clichés.  

10 h : Plusieurs cartes interactives commencent à apparaître en ligne pour montrer l’étendue des émeutes, comme celles du Guardian, de la BBC et du Telegraph.

Pour me joindre: