Billets publiés en mai 2011

Florent DaudensLa revue du web – 31 mai 2011

par

 publié le 31 mai 2011 à 16 h 39

La revue du webTwitter lance le bouton « suivre »

Ce bouton permet de s’abonner directement à un compte Twitter depuis n’importe quel site.

Hamza Al-Khatib, visage de la contestation syrienne

La mort de ce jeune garçon de 13 ans, qui aurait été torturé et tué, cristallise la colère de nombreux Syriens depuis que la vidéo de sa dépouille mortelle a fait le tour du web.

Le Royaume-Uni se dote d’une force de cyberattaque

Londres veut développer ses capacités défensives et offensives sur la toile.

Blockbuster ou comment laisser mourir une entreprise…

Dans son dernier carnet, Gérald Fillion se penche sur le cas de cette entreprise de location de vidéos avec, en filigrane, les conséquences d’Internet sur ce marché.

Un simulateur web pour déterminer les priorités budgétaires

L’arrondissement du Plateau-Mont-Royal invite ses résidants à faire leurs choix budgétaires à l’aide d’un simulateur interactif qui permet aux citoyens de soumettre leurs priorités budgétaires en lien avec les services de proximité.

Un quiz de la CSST

Pour évaluer vos connaissances sur le CSR, la signalisation et la sécurité sur la route. Pour auto et moto.

Pour me joindre :

Avec Vincent Grou et Bruno Maltais

Vincent GrouDu hockey de la LNH à Winnipeg

par

 publié le 31 mai 2011 à 15 h 44

La ville de Winnipeg aura de nouveau une équipe de hockey. L’annonce a été faite, mardi, dans la capitale manitobaine, par le groupe True North, qui a acheté la concession des Thrashers d’Atlanta.

Pour tous les développements de cette histoire, Radio-Canada.ca propose le dossier Winnipeg, ville de hockey. Les Archives de Radio-Canada vous permettent de leur côté de revoir l’histoire des Jets, reportage diffusé en 1995.  

Le déménagement de la concession doit être approuvé par 75 % gouverneurs de la Ligue nationale de hockey, qui voteront sur la question le 21 juin prochain. Pour les convaincre, True North a lancé une campagne en ligne visant à vendre 13 000 billets de saison. Le site sera mis à jour chaque après-midi pour rendre compte du nombre de billets vendus. La vente de billets commence demain.

Différentes campagnes en ligne militaient déjà pour le retour d’une équipe de la LNH à Winnipeg, comme Jets Owner, My NHL Includes the Jets, WinnipegJets.org et Winnipeg Jets Online.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’amateurs crient victoire sur les pages Facebook Winnipeg Jets, Winnipeg Jets Fan Challenge et Bring Back the Winnipeg Jets, notamment.

Sur Twitter, les mots-clés #Winnipeg, #Jets et #GoJetsGo sont particulièrement actifs depuis quelques heures avant l’annonce. En plus de célébrer le retour d’une équipe, les internautes se prononcent sur le nom de la future équipe. En effet, bien que le nom des Jets semble aller de soi, les nouveaux propriétaires ont déclaré que la décision n’avait pas encore été prise. Le nom du Moose du Manitoba circule également. Le Moose est une équipe de la Ligue américaine de hockey qui pourrait quitter Winnipeg en raison du retour de la LNH à Winnipeg.

On voit également circuler de nombreux messages de sympathie à l’endroit des amateurs de hockey d’Atlanta.

Amertume à Atlanta

Justement, à Atlanta, l’heure est plutôt à la morosité. L’annonce faite par l’équipe sur Facebook a entraîné des centaines de messages de déception. Le groupe I Hate Atlanta Spirit Group, propriétaire des Thrashers, a été créé, mais n’avait que 48 adeptes au moment d’écrire ces lignes, peut-être une démonstration du peu d’intérêt pour le hockey à Atlanta… On retrouve également des messages de déception sur le site officiel des Thrashers.

Ce n’est toutefois pas tout le monde qui baisse les bras à Atlanta. Le site Keep the Thrashers garde toujours espoir de conserver l’équipe et publie différents moyens de pression pour tenter d’y parvenir.

L’automne dernier, l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal adoptait un règlement pour interdire les grands panneaux publicitaires sur son territoire. Ce règlement a depuis été contesté par les compagnies d’affichage.

C’est dans le but d’inciter ces compagnies à retirer leur mise en demeure que le collectif artistique Artung! a mené aujourd’hui une action touchant des espaces publicitaires de la métropole.

Ainsi, quelque 200 artistes ont répondu à l’appel du collectif. Leurs oeuvres ont été installées ce matin par une cinquantaine d’activistes sur des lieux d’affichage publicitaire. On peut voir ces œuvres sur le site Ceci n’est pas une pub. Au moment d’écrire ces lignes, une seule œuvre était répertoriée sur la carte interactive. Toutefois, selon la porte-parole du collectif Pascale Brunet, la plupart des œuvres seront répertoriées au fil de la journée. Certaines circulent déjà sur les réseaux sociaux, comme celle-ci et celle-ci.

Les internautes qui sont témoin d’une intervention artistique peuvent d’ailleurs la répertorier sur la carte.

Mise à jour, 15 h 45 : Quelques dizaines d’oeuvres ont maintenant été répertoriées sur la carte interactive.

Artung! n’a pas demandé d’autorisation à la Ville pour mener à bien son projet d’aujourd’hui. Pascale Brunet est donc consciente que les œuvres installées au cours de cette « action directe légitime » risquent d’être retirées rapidement.

Elle souhaite néanmoins que cette manifestation éphémère entraîne une réflexion sur l’engagement communautaire et mène, éventuellement, à d’autres actions semblables.

Mme Brunet ajoute que si le mouvement est parti du Plateau, la manifestation d’aujourd’hui va au-delà des limites de l’arrondissement.

Signalons en terminant que nous vous invitons également à nous faire parvenir vos photos des œuvres installées aujourd’hui à l’adresse Radio-Canada.ca/Temoin.

Pour me joindre :

Florent DaudensLa revue du web – 30 mai 2011

par

 publié le 30 mai 2011 à 16 h 55

La revue du webLe site de PBS piraté par des sympathisants de WikiLeaks

Le site Internet de la chaîne de télévision publique américaine a été victime d’un piratage qui a permis à une ou plusieurs personnes d’accéder à tout le contenu du site. Dans un texte publié dimanche, le groupe LulzSec – qui avait déjà revendiqué des attaques contre des sites de Fox News, Sony et MasterCard – explique ne pas avoir apprécié un reportage diffusé ce week-end par PBS, dans lequel il était question de WikiLeaks et Bradley Manning, accusé d’être la source des milliers de notes diplomatiques américaines publiées par WikiLeaks, et détenu aux États-Unis depuis un an.

Le compte Facebook de Bradley Manning

Le réseau américain a eu accès au compte Facebook du soldat Bradley Manning, soupçonné d’être à l’origine de la fuite de notes diplomatiques sur le site WikiLeaks. « Alors qu’on en sait beaucoup sur Julian Assange, on en sait très peu sur Bradley Manning », dit le réseau. Un coup d’œil (autorisé) à sa page Facebook nous permet notamment d’apprendre qu’il militait ouvertement pour les droits des homosexuels au sein de l’armée. On peut également lire la dernière note sur son mur (faite à sa demande par sa tante), où il indique qu’il a été arrêté.

Une chanson pendant une fusillade

Global Voices rapporte la touchante histoire d’une enseignante mexicaine qui a chanté avec ses élèves afin de les aider à garder leur calme pendant qu’une fusillade faisait rage à quelques pas de l’école. Elle a filmé la scène avec son portable et a mis le tout en ligne

Twitter lancerait un service de partage de photos

Selon TechCrunch, Twitter annoncerait demain le lancement d’un service de partage de photos. Cette annonce pourrait faire mal aux services déjà existants, comme Twitpic et Yfrog.

Un nouveau studio de jeux vidéo à Montréal

Le studio indépendant SAVA Transmédia ouvrira ses portes à Montréal, où il doit créer 200 emplois au cours des cinq prochaines années.

Pour me joindre :

Avec Vincent Grou et Bruno Maltais

La Saoudienne Manal al-Sharif, dont nous vous avons parlé la semaine dernière, a été libérée sous caution, lundi, selon l’Agence France Presse et Associated Press.

Selon son avocat, les procédures devant mener à sa libération étaient en cours. Il n’était toutefois pas en mesure de dire si elle avait bel et bien été libérée.

Rappelons que Mme Al-Sharif avait été arrêtée la semaine dernière, après avoir mis en ligne cette vidéo d’elle en train de conduire une voiture, bravant ainsi un interdit fait aux femmes en Arabie saoudite.

Dans la vidéo, cette mère divorcée raconte que les déplacements sont souvent un casse-tête pour les femmes qui n’ont pas les moyens de se payer un chauffeur.

Elle devait initialement être libérée jeudi dernier, mais les autorités avaient décidé de prolonger de 10 jours son incarcération, question de conclure l’enquête à son sujet. Ces mêmes autorités n’ont pas expliqué pourquoi elle avait été libérée plus tôt que prévu. Selon le militant des droits de la personne Waleed Aboul Khair, cité par le Huffington Post, sa libération est attribuable à « des pressions de l’intérieur et de l’extérieur » du pays.

Manal al-Sharif fait partie des organisatrices de l’événement Women2Drive, qui invite les Saoudiennes détentrices d’un permis de conduire international à prendre le volant, le 17 juin prochain. Rien, pour le moment, n’indique que l’événement a été annulé.

Selon les organisatrices de cette manifestation, rien dans la loi n’interdit aux femmes de conduire en Arabie saoudite. Cette interdiction s’appuierait plutôt sur différents édits religieux (fatwas).

Pour me joindre :