Vincent GrouLe sort de Bradley Manning inquiète l’ONU

par

 publié le 23 décembre 2010 à 13 h 24

Le sort du soldat américain Bradley Manning, soupçonné d’être à l’origine de la fuite de nombreux documents confidentiels sur le site WikiLeaks (notamment les notes diplomatiques), inquiète les Nations unies.

Au cours des dernières semaines, différents articles ont fait état des conditions de détention du jeune homme, emprisonné depuis l’été à la base militaire de Quantico, en Virginie.

Salon, le blogue de l’avocat militaire David E. Coombs (18 décembre et 21 décembre) et The Daily Beast rapportent notamment qu’il est confiné à sa cellule 23 heures sur 24, qu’il lui est interdit de faire de l’exercice physique (ce que l’armée dément), qu’il n’a pas d’oreiller ni de draps et que des antidépresseurs lui sont régulièrement administrés.

Ainsi, une plainte auprès du rapporteur spécial sur la torture de l’ONU, Manfred Nowak, a été déposée par un sympathisant de Bradley Manning.

Je vous rappelle que les campagnes en ligne Free Bradley Manning et Bradley Manning Support Network continuent de militer pour sa libération.

Mise à jour, 15 h 20 : David House, qui a participé à la mise sur pied du Bradley manning Support Network, a pu rencontrer le militaire. Il rend compte ici de ses conditions de détention.

Aftenposten affirme avoir toutes les notes diplomatiques

Mise à jour, 13 h 45 : Comme le rapportent notamment Le Monde et Slate, le journal norvégien Aftenposten affirme avoir mis la main sur la totalité des quelque 250 000 notes diplomatiques de WikiLeaks.

Le quotidien, qui refuse de dévoiler sa source, affirme qu’au cours des « prochains jours, semaines et mois, nous allons parcourir cette énorme masse d’information et publier des articles de manière continue en ligne et dans le journal ».

Cette nouvelle donne pourrait influencer la stratégie de diffusion de WikiLeaks. Jusqu’ici, c’est au compte-gouttes que le site a publié les notes diplomatiques (un peu moins de 2000 jusqu’à maintenant), en collaboration avec les sites web de cinq grands journaux (Le Monde, The Guardian, le New York Times, El Pais et Der Spiegel).

Pour me joindre :

vincent.grou@radio-canada.ca

Sur Facebook : http://www.facebook.com/surleweb

Sur Twitter : @vincentgrou et @SurLeWeb