Blogue de Isabelle Morneau

Le Mondial du Japon

Lundi 18 juillet 2011 à 12 h 22 | | Pour me joindre

Le Japon a pleinement mérité sa victoire en finale, mais les Américaines ont vu le match leur glisser entre les mains. Elles étaient tellement dominantes dans les premières minutes. Ce qui les a tuées, ce sont toutes ces occasions ratées.

Peut-être qu’elles se disaient qu’elles se rependraient à la prochaine occasion, tant elles en avaient. Les Japonaises, elles, ont été plus efficaces, avec moins d’occasions. Elles ont été capables de finir leurs actions.

La défense n’a pas non plus aidé l’équipe américaine. D’ordinaire, elle est sûre d’elle et ne panique pas. Sur le premier but japonais, on l’a vue dégager en panique devant son but.

Ce qui m’a le plus surpris des Américaines, c’est qu’on sentait moins cette mentalité de gagnant à toute épreuve. L’équipe n’a jamais pu s’accrocher à ses avances.

Le Japon a pris l’avantage psychologique au moment de créer l’égalité en prolongation, alors que les États-Unis pensaient que la victoire était dans la poche. Pour les Américaines, il y avait un arrière-goût aux tirs de pénalité, qui s’est ajouté à l’effet de la fatigue et à l’énorme pression du match.

Pour avoir joué souvent contre les Américaines, je ne pensais pas les voir rater autant de tirs de pénalité. Seule Abby Wambach avait la force mentale pour réussir. Je comprends mal d’ailleurs pourquoi on l’a fait tirer vers la fin. Tactiquement, il valait mieux se servir d’elle rapidement.

Culturellement, les Japonaises sont très fortes dans la tête. Leur sang-froid aux tirs de pénalité le prouve. La gardienne Ayumi Kaihori a été tout simplement sensationnelle.

Un pas en avant

La victoire du Japon est la meilleure chose qui pouvait arriver au soccer féminin. Avant, le Mondial était toujours l’affaire des mêmes équipes. Le Japon est monté en flèche et donne maintenant espoir aux autres équipes, à celles qui sont hors du top 10. Tout est maintenant possible.

Avant le Japon, on pensait que seuls le jeu physique et le gabarit des joueuses permettaient de gagner au Mondial. Les Japonaises sont moins rapides et moins imposantes, mais plus techniques. C’est comme ça qu’elles ont fait leur chemin.

Ça donnera certainement le goût aux joueuses plus petites de se mettre au soccer.

Peut-être que le Canada pourrait être la prochaine équipe émergente, comme le Japon l’a été à ce Mondial. Une chose est sûre, il ne manquera pas de ressources pour préparer son Mondial à domicile en 2015.

Un tournoi parfait

Le Mondial allemand aura été l’un des meilleurs. Les matchs étaient serrés et enlevants. Il y avait des tonnes de revirements. Une nouvelle équipe a gagné.

En 2015, le Mondial se jouera à 24 équipes, ce qui donnera une chance aux nouveaux. Des équipes auront alors l’occasion d’acquérir de l’expérience, de diminuer l’écart qui les sépare du sommet. Pour leur développement, c’est la meilleure chose.

À bientôt.