Blogue de Laurent Dubreuil

Le podium!

Lundi 4 février 2013 à 9 h 09 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter : @golden_lyle

Les Jeux olympiques représentent pour moi un rêve depuis toujours. Je pense concrètement à ma présence aux JO, surtout depuis Vancouver.

J’ai eu la chance de voir les compétitions de longue piste. Mon frère et moi avons assisté aux épreuves de sprint. J’ai pu voir mes distances aux Jeux olympiques. J’avais 17 ans, j’étais très jeune. Et depuis ce jour, je me visualise aux Jeux de Sotchi.

J’aurai 21 ans aux JO. C’est jeune, mais c’est un an de plus que mes 20 ans. À Vancouver, le champion olympique au 500 m (le Sud-Coréen Mo Tae-bum) a eu 21 ans la journée de sa victoire.

Je crois que l’âge ne peut pas être une excuse. Il faut être capable de faire le saut du junior au senior et les Olympiques sont une excellente occasion de le faire.

Oui, je voulais et veux encore avoir de bons résultats cette année, mais je me suis entraîné autant en pensant à l’an prochain qu’à cette année. Je veux être capable de performer à Sotchi. Et je crois être sur la bonne voie pour y arriver.

Il sera par contre difficile pour moi d’être présélectionné cette année parce qu’il faut terminer parmi les cinq premiers aux Championnats du monde par distance, puis réussir un podium en Coupe du monde l’automne prochain. La plupart des places pour les Olympiques seront donc attribuées aux prochains Championnats canadiens, au début de l’année 2014.

C’est excitant, j’ai hâte d’arriver aux sélections et je suis persuadé de me qualifier. Mais en même temps, c’est un peu stressant. C’est comme une date butoir pour les travaux d’école. Plus la journée approche, plus il faut se mettre au travail pour atteindre ses objectifs.

Si les Olympiques avaient été cette saison, je me serais classé au 500 m et au 1000 m. C’est bon de savoir que je l’ai fait une année avant les JO.

Je pense que c’est à ma portée, selon ma courbe de progression normale.

Le rêve ultime

Participer aux Jeux olympiques est un rêve, mais le rêve ultime est de gagner des médailles olympiques. Bien sûr, je dois me donner du temps, mais les performances réalisées à Vancouver par Mo Tae-bum me montrent que le podium est réalisable pour un jeune athlète.

Plus je m’approche de mon rêve, plus je suis excité, mais je gagne aussi en fébrilité et en stress!

Je me demande si je serai en mesure de rivaliser avec les meilleurs dans un an parce que je dois passer de la 13e place au sommet mondial.

C’est une progression énorme, et l’avantage d’être jeune est ma naïveté et mon insouciance! Je ne veux pas m’imposer de limites. Je crois que si dans ma tête, rien n’est impossible, peut-être que rendu sur la glace, tout peut arriver. Il reviendra aux autres de patiner plus rapidement que moi et à moi d’aller plus vite qu’eux!

Je sens tout le soutien dont j’ai besoin de la part de mes parents, de ma famille et de mes entraîneurs. Mais ils trouvent que je suis dur envers moi-même. Je ne me satisfais de rien d’autre que de l’atteinte de mes objectifs. Je sais que c’est en même temps une force et une faiblesse pour moi.

Dans un mois et demi, je vais participer la Coupe du monde de Sotchi. J’ai vraiment hâte de voir les installations olympiques. Le décompte sera officiellement commencé!