Blogue de Laurent Dubreuil

Sentiments partagés

Mercredi 30 janvier 2013 à 13 h 19 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter : @golden_lyle

Je reviens de Salt Lake City où j’ai participé aux Championnats du monde de sprint. J’ai terminé 13e au cumulatif, ce qui est tout près de mon objectif de faire un top 10.

Je ne suis pas comblé. Sans être complètement déçu, je dois avouer que j’éprouve des sentiments partagés. Je n’ai pas réussi à terminer parmi les 10 premiers, mais j’ai malgré tout terminé à seulement 2 dixièmes de points du 10e rang. C’est minime et je suis conscient que mon objectif était ambitieux.

Je dois aussi prendre en considération que j’étais le plus jeune patineur des mondiaux. Je me suis rendu compte à quel point il est difficile pour un jeune de 20 ans d’être en compétition contre des patineurs de 28 ou 30 ans.

Je n’ai pas nécessairement à envier ces patineurs côté technique, mais j’ai l’impression de manquer de force physique. Quand je regarde le gagnant, le Néerlandais Michel Mulder, je trouve qu’il a une bonne technique dans les droits, mais ses virages sont plutôt moyens. Je n’ai pas l’impression qu’il patine mieux que moi. Ce qu’il a de plus, c’est sa forme, parce qu’il s’est entraîné plus que moi dans les 10 dernières années. C’est la force qu’il met dans chaque coup de patin au départ.

 

Je me suis fait dire par plusieurs personnes que mon résultat est exceptionnel, mais je ne suis pas du genre à me satisfaire d’une 13e place. Mon objectif ultime est d’être un jour champion du monde et je ne m’en approche pas aussi rapidement que je le voudrais. J’ai tout de même connu une bonne compétition et je sais que je n’ai pas à être gêné de mes performances.

Je sais aussi que c’est une question de patience, que je serai plus fort dans les années à venir, dans les mois à venir. Je ne veux pas être trop patient non plus parce que je ne veux pas en venir à me satisfaire d’une 13e place. Je vise toujours le sommet et j’ai déjà hâte à l’an prochain pour pouvoir faire mieux.

Je comprends que je suis vraiment dur avec moi-même. Je sais que 13e aux mondiaux de sprint, c’est excellent. Et quand je prendrai du recul dans quelques semaines, je serai sûrement content.

À la maison

Je suis de retour à la maison et j’y resterai pour encore trois semaines. Je vais en profiter parce que j’ai été parti presque tout le dernier mois.

Je ferai quelques courses d’entraînement ce week-end à la Coupe Canada à l’anneau Gaétan-Boucher de Québec. Mes prochaines compétitions sur le circuit de la Coupe du monde seront du 1er au 3 mars, à Erfurt, en Allemagne. La semaine suivante, ce sera la finale de la Coupe du monde à Heerenveen, aux Pays-Bas.

Puis, je pourrai apprivoiser la piste olympique de Sotchi à l’occasion des Championnats du monde par distance. On peut dire qu’il s’agira des Olympiques, 11 mois avant les Olympiques!

Encore de l’amélioration à faire

J’ai encore beaucoup de temps pour peaufiner certains aspects de mon patin avant les mondiaux. Je vais profiter de mon passage à Québec pour travailler fort.

Mes départs n’étaient pas à point le week-end dernier. C’est rare que ça m’arrive, car généralement, c’est l’une de mes forces. C’est ce qui m’a nui le plus à Salt Lake City. Je vais faire plusieurs séances vidéo pour essayer de comprendre ce qui a pu se passer. Je suis explosif et mes départs sont cruciaux. Je veux qu’ils soient à point d’ici la fin de l’année.

Je pense aussi que le meilleur est à venir pour moi cette saison. Un athlète le sent quand il est à son sommet, et je ne l’ai pas senti encore cette année. La 13e place, je l’ai réalisée parce que c’est ce que je vaux tous les jours de l’année. Je vais bâtir sur mes performances pour faire mieux dans les prochaines compétitions.

L’an dernier, j’ai participé aux Championnats du monde par distance même si j’étais encore un junior. J’ai terminé 11e au 500 m. Un top 10 est le seuil psychologique que je voudrais atteindre.

D’ici là, à l’entraînement!