Blogue de Ève Christian

Une rareté planétaire à observer dans le ciel d’ici la mi-février

Jeudi 21 janvier 2016 à 14 h 49 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@eve_christian

Mais quel est donc cet astre brillant qu’on voit au lever du jour? Vous aimeriez répondre avec justesse à cette question? Mon blogue vous sera d’une grande utilité.

Jusqu’à la mi-février, cinq planètes sont visibles dans la même région du ciel. Cet événement assez rare s’est produit la dernière fois du 15 décembre 2004 au 15 janvier 2005. Cette rareté tient au fait que les planètes circulent autour du Soleil à des distances qui varient énormément de l’une à l’autre. Mercure, la plus proche, a une période orbitale de 88 jours, et la grande Saturne prend 29 ans à en faire un tour complet. Alors, quand elles arrivent à se mettre en ligne – en apparence pour nous, observateurs terrestres – c’est assez intéressant à observer, car en réalité elles sont très éloignées l’une de l’autre dans l’espace.

25-janvier-2016-plan-écliptique-GuillaumeCannat-ok

Mercure et Vénus, situées entre le Soleil et la Terre, et Mars, Jupiter et Saturne, les trois planètes qui nous suivent en s’éloignant du l’astre du jour, sont bien éloignées l’une de l’autre.
Crédits illustration : Guillaume Cannat (autourduciel.blog.lemonde.fr/)

Ces cinq planètes sont visibles à l’œil nu depuis des siècles à différents moments de l’année. Elles brillent dans le firmament parce que leur surface réfléchit la lumière solaire, contrairement aux étoiles, qui sont des boules de gaz dont les réactions nucléaires émettent de la lumière.

Les deux dernières planètes connues de notre système solaire, Uranus et Neptune, doivent leur découverte aux télescopes, car elles sont invisibles à l’œil nu. Et que dire de cette neuvième planète dont on soupçonne la présence depuis quelques jours? Pour le moment, personne ne l’a encore vue, même avec des télescopes puissants.

5planetes-23janv-635

Le ciel tel qu’on le verra les quelques jours entourant le 23 janvier 2016
Crédits illustration : Claude Duplessis (claudeduplessis.com)

CLIQUEZ ICI POUR VOIR L’IMAGE EN PLEIN ÉCRAN.

Les planètes se lèvent toutes à l’est à différentes heures de la nuit, mais c’est à l’aube qu’elles seront visibles les cinq à la fois. Je prends donc ce moment de la journée pour décrire leur position. Commençons par Vénus, la plus brillante et évidente d’entre toutes. À partir d’elle, on localisera les autres.

Environ 60 à 90 minutes avant le lever du Soleil, scrutez le ciel vers l’horizon sud-est afin de repérer un point très brillant; c’est Vénus. Elle domine le ciel, donc impossible de ne pas la trouver. À partir d’elle, imaginez une ligne s’étirant vers votre droite (le sud-ouest), et s’élevant doucement à la diagonale, à la manière d’un arc. Vous trouverez, dans cet ordre, en déplaçant votre regard vers la droite : Saturne, Mars et Jupiter. Mais allons-y une à la fois.

Saturne, la deuxième planète sur cette ligne, est l’astre assez brillant à droite de Vénus et un peu plus haut. Attention, il se peut que vous la confondiez avec l’étoile Antares, qui est située un peu plus près de l’horizon. Pour les distinguer, retenez que Saturne a une teinte dorée, alors qu’Antares est plutôt rougeâtre. Des jumelles vous aideront à faire cette différenciation.

Pour trouver Mars, poursuivez votre chemin visuel vers la droite sur la ligne imaginaire. Elle sera presque au sud. Et en continuant encore plus loin sur l’arc imaginaire, vous aboutirez à Jupiter qui est plus facile à repérer. Elle est la planète la plus haute et la plus au sud-ouest des quatre.

Mais encore une fois, il se peut que vous soyez perplexe, car vous verrez probablement un autre corps brillant entre Mars et Jupiter; c’est l’étoile Spica. Dans ce cas-ci aussi, la différence se situe dans la couleur : la lumière de Spica est d’un blanc bleuté, alors que Mars brille dans les teintes de rouge.

Il reste la petite Mercure. Contrairement aux autres, elle est à l’est de Vénus, donc à sa gauche. Mais elle est plus difficile à voir parce qu’elle est très près de l’horizon et apparaît environ 45 minutes avant le lever du Soleil. Il faudra donc un ciel sans lumière artificielle, un horizon bien dégagé et peut-être l’aide de jumelles pour la trouver. Un truc : poursuivez la ligne imaginaire entre Saturne et Vénus vers l’horizon est, où émergeront très bientôt les premières lueurs de l’aube.

5planetes-2fev-635

Le ciel tel qu’on le verra les quelques jours entourant le 2 février 2016
Crédits illustration : Claude Duplessis (claudeduplessis.com)

CLIQUEZ ICI POUR VOIR L’IMAGE EN PLEIN ÉCRAN.

Petits trucs

Vénus et Jupiter ne seront pas difficiles à repérer dans la voûte étoilée tellement elles brillent. Pour le reste, des jumelles et les trois illustrations de ce blogue vous permettront de bien vous situer. Elles ont été réalisées pour trois dates, et elles sont valables quelques jours avant et après la date indiquée.

On peut aussi se fier à la Lune.

  • Dans la nuit du 27 au 28 janvier, elle sera à proximité de Jupiter.
  • Le 1er février, c’est Mars qui sera tout juste aux pieds du dernier quartier de lune.
  • Le 3 février, Saturne et l’étoile Antares seront près du croissant lunaire.
  • Le 6 février, Mercure sera entre le mince croissant et l’horizon.

Il y a aussi les cartes du ciel étoilé qu’on peut trouver sur le web et les applications des téléphones intelligents ou des tablettes qui sont de bonnes ressources.

L’important est de ne pas se décourager. Si vous ne voyez pas le quintette au premier matin d’observation, essayez à nouveau ou changez d’endroit. Vous aurez plusieurs jours pour tenter l’expérience.

Bonne observation!

5planetes-12fev-635

Le ciel tel qu’on le verra les quelques jours entourant le 12 février 2016
Crédits illustration : Claude Duplessis (claudeduplessis.com)

CLIQUEZ ICI POUR VOIR L’IMAGE EN PLEIN ÉCRAN.