Blogue de Ève Christian

Une odyssée pour la biodiversité

vendredi 22 mars 2013 à 17 h 19 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@eve_christian

L'itinéraire prévu du Sedna

L’itinéraire prévu du Sedna

Embarquement!

Le 18 avril 2012, s’embarquait à bord du voilier scientifique océanique le Sedna IV, une équipe mobile constituée de plusieurs scientifiques, de marins et aussi de cinéastes. Voguant à travers les mers, s’arrêtant sur plusieurs morceaux de continents, ils veulent constater où en est la biodiversité de notre planète.

« 1000 jours pour la planète » est le nom de cette mission. Déjà, près de 365 jours sont passés et des constats majeurs et importants peuvent être émis. L’équilibre de la planète est en danger : oui, c’est certain et c’est inquiétant. Mais en même temps, il y a de belles histoires à raconter. Des histoires dont le rôle principal est tenu par l’humain qui réussit à sauver des espèces animales d’une extinction prochaine.

Je me suis entretenue avec le biologiste Jean Lemire, qui est le chef de cette mission, et nous avons jasé longuement de cette première année de voyage. Je lui ai demandé si, parmi les aventures vécues et tout ce qu’ils avaient vu et expérimenté, il lui a été plus difficile de trouver des histoires belles que d’horreur.

La vitesse à laquelle s’évanouissent les espèces est assez angoissante. On pense que d’ici la fin du siècle, du tiers à la moitié des espèces pourrait disparaître. C’est pourquoi il faut comprendre qu’il est grand temps de se mobiliser. C’est de cette façon que Jean Lemire a voulu orienter les reportages.

Une baleine à bosse

Belle histoire de baleines

L’un des plus beaux souvenirs que Jean m’a racontés est celui au sujet des baleines à bosse. Étant lui même biologiste et expert de ces mammifères depuis plus de 20 ans, il a réuni des amis scientifiques, et tous ensemble, ils se sont retrouvés sur le Banc d’Argent (Silver Bank) au nord de la République dominicaine, lieu découvert dans les années 80 comme étant l’endroit où se rencontrent les baleines à bosse pour se reproduire et donner naissance aux baleineaux. Le but de ces scientifiques était d’installer une balise satellite pour suivre les routes migratoires de ces baleines. Pour s’alimenter, il est connu qu’elles se retrouvent dans l’une de ces cinq régions : le golfe du Saint-Laurent, Terre-Neuve, dans un haut fond près de Boston, en Islande ou en Norvège. Et comme elles sont très fidèles à ces endroits, ces scientifiques étaient curieux d’en connaître la route. On l’écoute raconter ce souvenir :

sedna
Un bateau comme lieu de rencontre… pour scientifiques!

Il est rare que des scientifiques du monde entier, de diverses spécialisations, puissent profiter d’une plateforme pour se rencontrer, échanger des connaissances et en apprendre des autres. Le voilier océanique Sedna IV sert entre autres à ça. Jean Lemire nous parle d’un exemple de rencontre entre des spécialistes des requins.

Animaux menacés… ou apeurés?

J’étais curieuse de savoir si les animaux qui sont menacés de disparaître de la biodiversité terrestre le sentent. En fait, s’ils ressentent une certaine peur, une crainte de l’humain. Leur comportement est-il différent envers l’humain que ce qu’il était il y a des dizaines, des centaines d’années? D’après Jean Lemire, il semble que ce soit difficile à dire.

1000 jours pour la planète

Tortue capturée par des pêcheurs.

Très tard, mais pas trop…

Plusieurs personnes pensent qu’il est trop tard pour changer quoi que ce soit et pour sauver la biodiversité de notre planète. Dans la chronique indiquée au bas de ce blogue,  on y parle du désastre du continent de plastique de l’Atlantique, mais on y suggère des gestes concrets pour y mettre fin un de ces jours. Cependant, il semble que l’avenir soit à l’autre génération, celle de nos jeunes. Jean Lemire croit beaucoup en eux.

Donc, parmi les défis à relever, celui d’investir dans nos jeunes est l’un des plus importants.

Jean Lemire, tenant un aï, aussi appelé paresseux

Jean Lemire, tenant un ai, aussi appelé paresseux.

Les projets pour la deuxième année

Maintenant que la première année d’odyssée est achevée, il est temps d’entrevoir quelles expéditions sont prévues pour le deuxième tiers de cette mission. D’après le chef, cette année sera une année d’aventures dans des lieux moins civilisés, car nous dit Jean Lemire, les îles Caïman et les Bahamas, ce n’est pas vraiment de l’exotisme! Mais depuis la mi-mars, le Sedna IV est amarré à Papeete, en Polynésie française. C’est là que commenceront les nouvelles aventures.

Papeete, Indonésie, Bornéo, Sumatra… On a hâte de savoir ce que cette équipe nous rapportera de cette deuxième année d’aventures. En attendant, on peut consulter leur site internet et lire leur journal de bord. Je remercie Jean Lemire d’avoir partagé avec nous ces quelques minutes du monde du vivant. En attendant, pour voir la première série de reportages, écoutez Découverte ou Tou.tv.

À la chronique radio cette semaine

Comme complément et pour écouter d’autres extraits de mon entretien avec Jean Lemire, je vous suggère d’écouter la chronique que j’ai faite avec Jean-Pierre Girard, animateur de L’heure de pointe à Radio-Canada, Saguenay, le 21 mars 2013.

Bon voyage et n’oubliez pas que chaque petit geste compte!