Blogue de Ève Christian

Ce fameux indice qui donne froid dans le dos

Vendredi 1 février 2013 à 10 h 56 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Twitter:

@eve_christian

Faites-vous partie de ces sceptiques, de ceux qui croient que l’IRE, l’indice de refroidissement éolien, n’est qu’un truc journalistique ou météorologique pour ajouter du sensationnalisme aux prévisions? Détrompez-vous! Sachez qu’il a une raison d’être et qu’il est important.

Définition pure

Je vous résumerai l’IRE de la façon suivante : c’est la sensation du refroidissement causé par l’effet combiné de la température et du vent. Autrement dit, imaginez une belle journée ensoleillée où, à midi, le thermomètre indique -15 °C. Sans vent, la journée est agréable. On est en hiver tout de même! Mais si le vent est de la partie, ça peut devenir inconfortable. À quel point?
• Avec un vent de 20 km/h, celui qui fait flotter les petits drapeaux, votre visage aurait autant froid que si la température était de -24 ˚C par une journée sans vent. (IRE = -24. On ne met pas les degrés, car ce n’est qu’une sensation de froid et non une température réelle.)
• Si les grosses branches d’arbres bougent et qu’il est difficile d’ouvrir un parapluie, le vent souffle alors à 50 km/h. L’IRE dans ce cas est de -29 (température ressentie équivalente à -29 ˚C.)

tempête Winnipeg nov 2012Des feux de circulation sont tombés, victimes du vent, à Winnipeg.

L’action du vent est simple : il emporte la mince couche d’air que notre corps fabrique tout près de la peau pour nous protéger du froid. Le corps se défend en réchauffant une autre couche de protection. Mais pour ce faire, il doit produire de l’énergie. À chaque fois que le vent chasse les nouvelles couches de protection, la température de la peau baisse et le corps ressent de plus en plus le froid. De plus, le vent fait évaporer l’humidité de la peau, soit un autre moyen de perdre de la chaleur.

Origine, ou le pourquoi de sa création

Personne n’ignore que le Canada peut être glacial quelques jours par année. L’exposition au froid de certaines parties du corps, comme les orteils, les doigts, le nez et les oreilles, peut être mortelle, car ces extrémités perdent rapidement leur chaleur. Et il en faut de peu pour que le reste du corps suive. Annuellement, au Canada, le nombre de décès qui est lié à la surexposition au froid dépasse la mortalité causée par les tornades, les tempêtes de vent et la foudre réunies. Ce n’est pas pour rien que cet IRE a été créé.

C’est d’ailleurs le Canada qui a recommandé qu’une norme internationale soit instaurée pour le refroidissement éolien. Il a été appuyé par les 400 participants des 35 pays inscrits au premier atelier mondial sur ce sujet en avril 2000. Ils ont vu la nécessité de s’entendre sur une norme et d’annoncer publiquement ce facteur de refroidissement. Au Canada et aux États-Unis, des scientifiques et des experts en médecine dans la compréhension de la perte de chaleur du corps exposé au froid, des volontaires de la Défense nationale habitués au temps froid et de simples citoyens ont tous contribué à définir l’IRE. Il ne sert pas à impressionner, mais à prévenir des blessures qui pourraient survenir lorsqu’on sort par de grands froids.

De la fumée de mer s'est formée sur le fleuve en raison du temps froid. De la fumée de mer s’est formée sur le fleuve en raison du temps froid.

À qui cela peut-il bien servir?

Nous, météorologues, lorsque nous incluons dans nos prévisions météo ce fameux IRE, on pense bien sûr à tous ceux qui mettront le nez dehors pour aller au bureau ou à l’école, et notre but est de les aviser du froid qu’ils ressentiront afin qu’ils choisissent les vêtements adéquats pour rester bien au chaud. Mais il y a aussi une clientèle particulière qu’il est essentiel d’informer. Les directeurs d’écoles enverront-ils les enfants dehors à la récréation? Combien d’heures pourront travailler les gens de la construction et de la voirie ou les employés des centres de ski entre leurs pauses « chocolat chaud »? Les cours de ski ou de planche à neige seront-ils annulés pour la sécurité des élèves? Les refuges devront-ils libérer plus de lits pour accueillir un plus grand nombre de sans-abri pendant ce temps glacial? Des mesures doivent être prises lors des journées où l’IRE est élevé.

Le froid cause des soucis aux sans-abriLe froid cause des soucis aux sans-abri.

Des risques concrets

Un tableau nous permet d’évaluer les risques encourus selon la valeur de l’IRE.  Dans mon exemple ci-haut, la température ressentie avec un vent à 20 km/h étant de -24 (à partir d’une température réelle de -15 °C), les risques d’engelure sont encore faibles, mais l’hypothermie guette la personne si elle passe un long moment dehors sans la protection nécessaire.

Avec un vent de 50 km/h et un IRE de -29, on passe à une autre catégorie de risque. Il faut surveiller si des teintes blanchâtres apparaissent sur des petites surfaces de la peau et si des engourdissements sont ressentis. Les études indiquent que la peau peut commencer à geler à un IRE de -25. Et à -35, elle sera gelée en quelques minutes seulement.

Particularités

L’IRE n’est valable que pour les êtres vivants, il n’a aucun effet sur les objets. Une voiture n’aura pas plus de difficulté à démarrer qu’elle soit au vent ou non; sauf si un chauffe-moteur est utilisé. S’il n’est pas à l’abri, le vent chassera l’air réchauffé.

S’il fait 0˚C et que l’IRE est de -5, l’eau d’une piscine ne gèlera pas. Mais si la température est sous 0 ˚C, alors le processus de gel sera accéléré par un vent fort.

Il faut bien comprendre que ce n’est pas la température qui baisse quand le vent est présent : c’est la sensation de froid qui est plus vive. Pour s’en convaincre, je suggère une petite expérience. Dans une pièce où la température est agréable, placez-vous devant un petit ventilateur qui vous souffle au visage. On sent la fraîcheur sur la peau. Maintenant, mouillez votre visage et retournez devant le ventilateur : vous verrez à quel point le froid est plus évident. Pourtant, la température de la pièce n’a pas changé… Le résultat de cette expérience est que pour réduire ou même éliminer l’IRE, on n’a qu’à se mettre à l’abri du vent et on ne ressentira alors que la température réelle, celle indiquée au thermomètre.

La neige et le vent se font sentir dans la région de QuébecLa neige et le vent se font sentir dans la région de Québec.

Les bulletins d’avertissement public

Environnement Canada publie un avertissement de refroidissement éolien quand les conditions de vent combinées à celles du froid deviennent inhabituelles, donc susceptibles d’entraîner des engelures à la peau exposée. Cependant, certaines particularités régionales peuvent justifier des différences dans les critères servant à produire ces bulletins. Par exemple, si nous utilisions les mêmes critères de refroidissement éolien pour le nord du Québec que ceux utilisés à Montréal, ces régions nordiques seraient sous le coup d’un avertissement de refroidissement éolien de la fin novembre à la fin avril… Ou presque. Voici une petite calculatrice pour vous permettre de calculer l’IRE à partir de la température lue au thermomètre et du vent.

L’extrême froid de la froidure

Le 13 janvier 1975 est une date qui est probablement passée dans les annales au Nunavut. À Kugaaruk, en plus du froid réel qui était extrême (-51 ˚C), le vent s’en est mêlé : il soufflait à 56 km/h. L’IRE était alors de -78! À titre de comparaison, le 23 janvier 1976 à Montréal, la combinaison des vents à 45 km/h et de la température -30,6 ˚C a donné un IRE de -49.

Mais ce n’est rien tout ça à comparer à Oymyakon, en Russie, qui détient le record de froid d’une zone habitée : le 26 janvier 1926, on y a enregistré, au thermomètre, -71,2 °C. Pas chaud, pas chaud…

Froid polaire en OntarioFroid polaire

À la chronique radio cette semaine

J’explique à Jean-Pierre Girard, animateur de L’heure de pointe, les différents messages d’alerte qui sont émis par Environnement Canada à travers le pays et la façon dont on devrait les interpréter afin de prendre les mesures qui s’imposent lors de l’arrivée de temps violent. C’était le 31 janvier à Radio-Canada, Saguenay. À écouter pour bien comprendre les avertissements météo!