Blogue de Christian Côté

L’hostie, rondelle pleine de sens

vendredi 19 août 2011 à 9 h 56 | | Pour nous joindre

© Radio-Canada/Christian Côté | Olivier Bauer, auteur de L'hostie, une passion québécoise

Ça prenait bien un protestant pour faire un ouvrage sur l’hostie, objet représentant le Christ ressuscité lors de la célébration catholique de l’Eucharistie. La plupart des protestants communient, mais ils ne portent pas autant d’intérêt en la matérialisation du Christ dans l’hostie.

Olivier Bauer, Suisse arrivé au Québec en 2006, s’est tourné vers la société qui l’a accueilli pour donner un nouvel éclairage au pain béni en écrivant L’hostie, une passion québécoise.

« J’ai l’impression qu’au Québec, c’est différent. Il y a la chose et le mot. Il y a le juron et tous ceux qui l’accompagnent, ciboire, câlisse, tabarnak et cie. »

Pour se nourrir aujourd’hui, il faut réfléchir constamment à ce qui est meilleur pour notre santé. Ça devient une espèce de norme, un dogme. La question du terroir pousse l’idée encore plus loin. En cherchant à savoir de quel terroir provient notre nourriture, on dit plus qui on est socialement et culturellement que ce qu’on mange.

L’hostie est d’une composition très simple : il faut du froment et du blé. Point.

Olivier Bauer est professeur à la Faculté de théologie et des sciences des religions de l’Université de Montréal. Il s’intéresse au lien entre la spiritualité et l’alimentation puisqu’il dirige un groupe de recherche sur la question.

Écoutez Olivier Bauer parler de l’hostie. >>


Une vidéo montrant des religieuses des Haute-Pyrénées en pleine confection des hosties.