RIVE-SUD Pour mieux comprendre votre milieu

Sacrés sous-sols : la deuxième vie des églises

Sacrés sous-sols : la deuxième vie des églises

Dans le contexte de notre réflexion sur les lieux sacrés et la consommation, nous avons constaté que les églises, au-delà des célébrations eucharistiques, grouillaient d’activités, et ce, principalement dans leurs sous-sols.

À Saint-Jean-sur-Richelieu, des archers s’entraînent depuis peu sur des animaux en mousse, grandeur nature, tandis que plus d’une centaine de résidents investissent l’église Saint-Maxime (LeMoyne) depuis 25 ans pour une séance hebdomadaire de danse sociale.

Du côté de Longueuil, les Mamans de St-Antoine investissent le sous-sol de la cocathédrale pour échanger, alors que des cuistots organisent une cuisine collective à l’église Notre-Dame-de-Fatima et découvrent de nouveaux plats.

Mais vous ne trouverez pas de bingos, l’activité ayant été bannie par le diocèse de Saint-Jean-Longueuil dans les années 70 pour ne pas nourrir l’appât du gain chez les personnes à faibles revenus.

Vidéaste : Arnaud Faura

Vos contributions