RIVE-NORD Pour mieux comprendre votre milieu

Boisbriand : un jeune candidat victime d’intimidation

EXCLUSIF – Depuis le déclenchement de la campagne électorale, Aymeric Saint-Marseille se fait harceler tous les jours.

Le jeune homme de 22 ans, qui est candidat indépendant pour un poste de conseiller municipal à Boisbriand, dit recevoir jusqu’à une dizaine d’appels téléphoniques par jour, et même la nuit. La personne qui l’appelle raccroche immédiatement.

Le contenu d’un sac de poubelles éventré aurait été répandu sur le terrain de son domicile. Cinq de ses pancartes électorales ont été vandalisées. Des « fier-à-bras » passent devant sa maison dans leurs véhicules et crient des insultes à tue-tête.

Pancarte électorale vandaliséeUn rapport de méfait a été consigné par la police Thérèse-de Blainville et un suspect principal a été identifié. Il aurait été vu à côté d’une pancarte fraîchement vandalisée.

« On est encore dans cette vieille politique là, à intimider les gens, à insulter les gens. C’est inacceptable ! », s’exclame M. St-Marseille.

« J’implore les autres candidats de faire une vraie campagne d’idées, et non pas une campagne d’intimidation. »
— Aymeric Saint-Marseille, candidat pour un poste de conseiller, Boisbriand

À lire également : Repentigny : un candidat à un poste de conseiller victime de menaces

Une course controversée

M. Saint-Marseille se présente dans le district Dubois contre le conseiller municipal indépendant Patrick Thifault. Ce dernier sollicite un nouveau mandat malgré la controverse dont il est l’objet.

En janvier dernier, devant la commission Charbonneau, l’ingénieur Michel Lalonde affirmait avoir remis une somme de 15 000 à 20 000 $ à M. Thifault pour la campagne de la mairesse Marlène Cordato.

Patrick Thifault a admis avoir reçu une somme plus modeste, soit 3000 $, qu’il aurait conservée pour lui-même. Il a alors été chassé de l’équipe de la mairesse, tout en restant membre du conseil municipal.

Selon M. Saint-Marseille, « il y a bien des gens qui souhaitent que M. Thifault reste en poste ». « Ces gens-là ne souhaitent pas que ça change, qu’il y ait des élus intègres », dit-il.

Réaction de M. Thifault 

« De l’intimidation, j’en ai subie », dit Patrick Thifault, appelé à réagir à ce que vit Aymeric St-Marseille. « Je l’ai dénoncée, et je la dénonce encore. »

« Je pensais qu’en 2013, les gens seraient plus civilisés. »
— Patrick Thifault, conseiller municipal, Boisbriand

Il a vu les pancartes vandalisées de M. St-Marseille et s’est assuré de poser les siennes un peu plus haut sur les poteaux de la ville.

Quant aux sommes qu’il a acceptées de la part de M. Lalonde, il estime que « c’est tout ce que les  adversaires ont à me reprocher. » « J’ai dit la vérité. J’ai le courage de me représenter et je vais laisser les gens décider par eux-mêmes dans les urnes. »

Outre M. Thifault, le district de Dubois est convoité par un membre de l’équipe de Marlène Cordato.

Trois candidats sont actuellement en lice pour le poste de maire :
- Marlène Cordato, mairesse sortante, Ralliement des citoyens de Boisbriand
- Martin Drapeau, chef du parti Action citoyenne de Boisbriand
- Sylvain Labelle, indépendant

Vos contributions