RIVE-NORD Pour mieux comprendre votre milieu

Laval veut s’affirmer comme destination touristique

Laval veut s’affirmer comme destination touristique

Laval est-elle une destination touristique? Oui, répondent en chœur les principaux partenaires économiques et politiques de la Ville. Ils ont lancé lundi une nouvelle stratégie touristique pour les cinq prochaines années et ont paraphé une entente de partenariat régional.

En travaillant plus étroitement, les partenaires comptent, au cours des cinq prochaines années, augmenter de 4 % le nombre de visiteurs à Laval et les recettes touristiques associées. Ils souhaitent également accroître le nombre de nuitées dans les hôtels, créer une dizaine de nouveaux produits touristiques et favoriser l’investissement privé dans le secteur.

En plus du Cosmodôme, Laval propose de nombreuses attractions, comme Maeva Surf, où se trouve une immense piscine à vagues, le SkyVenture, où l’on peut voler dans un tunnel d’air soufflé, le Parc de la Rivière-des-Milles-Îles, de nombreuses fermes agrotouristiques, des grands événements comme le Mondial Loto-Québec et des sites patrimoniaux comme le Vieux-Sainte-Rose.

Au terme de l’exercice, les partenaires souhaitent que « Laval soit reconnue pour la qualité et la diversité de son offre touristique », peut-on lire dans le document.

Une image à changer 

Située entre Montréal et les Laurentides, deux importants pôles touristiques, Laval doit se distinguer pour attirer les visiteurs, reconnaissent les principaux intéressés.

« Bien des gens ont l’impression que Laval est seulement une banlieue de Montréal et qu’elle n’a pas de vocation touristique. Ils sont dans l’erreur », affirme le ministre délégué au Tourisme du gouvernement québécois, Pascal Bérubé.

Les données appuient ses dires : en 2012, Laval a été la région québécoise avec le plus fort taux d’occupation hôtelière. À 68,3 %, celui-ci était de 16 % supérieur à la moyenne québécoise.

Toujours en 2012, les quelque 900 entreprises touristiques de la ville ont généré des revenus de plus de 191 millions de dollars. Au cours des cinq dernières années, les retombées économiques ont été évaluées à 167 millions de dollars.

C’est que Laval est une championne du tourisme d’affaires, affirme le ministre Bérubé, selon qui « il y a aussi d’autres créneaux qui se développent à grande vitesse et de façon constante, comme le tourisme nature, le tourisme sportif et le tourisme scientifique ».

La Place Bell, un futur levier touristique d’importance

« Nous voulons vraiment diversifier l’offre touristique de Laval », déclare le maire de Laval, Alexandre Duplessis, en insistant particulièrement sur le développement du tourisme sportif.

« Le projet le plus porteur, c’est la Place Bell. Celle-ci deviendra un lieu important où l’on présentera des spectacles professionnels et plusieurs activités sportives. » Cet amphithéâtre doit voir le jour en 2015.

Laval compte mettre de l’avant l’exclusivité de certaines de ses institutions pour devenir une destination de choix. « Nous allons nous positionner avec une offre touristique unique, avec des produits touristiques uniques, comme le Cosmodôme ou Maeva Surf », affirme M. Duplessis.

Une entente de partenariat

Le ministre du Tourisme et les acteurs de l’industrie touristique ont également profité de l’événement, lundi, pour renouveler une entente de partenariat régional.

Au cours des trois prochaines années, 1,3 million de dollars seront investis afin de développer le secteur du tourisme.

Le gouvernement du Québec investit 500 000 $, soit autant que Tourisme Laval. La Ville de Laval engage 75 000 $ dans ce projet.

Andrée Courteau, présidente-directrice-générale de Tourisme Laval, Pascal Bérubé, ministre délégué du Tourisme, Alexandre Duplessis, maire de Laval et Pierre Desroches, président-directeur-général de Laval Technopole
Andrée Courteau, PDG de Tourisme Laval, Pascal Bérubé, ministre délégué du Tourisme, Alexandre Duplessis, maire de Laval et Pierre Desroches, président-directeur-général de Laval Technopole

Vos contributions