RIVE-NORD Pour mieux comprendre votre milieu

Les recrues de l’Assemblée nationale (I) : le caquiste Jacques Duchesneau

Jacques Duchesneau, Léo Bureau-Blouin et Gilles Ouimet ont été des recrues prestigieuses pour leurs partis respectifs lors des dernières élections provinciales. Après une première session parlementaire, ils font part de leurs impressions et de leurs attentes par rapport à la session parlementaire qui s’amorcera le 12 février prochain. Voici le premier de ces trois entretiens, avec Jacques Duchesneau.

« En Chambre, il y a une période de questions tous les jours, mais j’attends toujours la période de réponses », lance à la blague Jacques Duchesneau. Le nouveau député de Saint-Jérôme avoue s’impatienter à l’occasion devant les contraintes imposées par le fonctionnement parlementaire. Mais il dit adorer son nouveau travail, d’autant plus que lors de la prochaine session parlementaire, la Coalition avenir Québec reviendra à la charge dans le domaine de la lutte à la corruption.

Jacques Duchesneau, sur la lutte à la corruption :
« Ça ne sert à rien de mettre un pansement sur une jambe de bois. »

Jacques Duchesneau a d’autant plus hâte à la prochaine session, qui débutera le 12 février, qu’il sera beaucoup question de lutte à la corruption. « Nous préparons un livre blanc avec des projets de loi et des stratégies pour lutter contre la corruption », a-t-il confié. « Nous avons été déçus du projet de loi 1 du gouvernement. Il faut aller plus loin. »

Des élections en 2013?

Jacques Duchesneau ne le souhaite pas, mais il se dit convaincu qu’il y aura des élections provinciales au Québec en 2013. « Nous sentons que Pauline Marois préférerait de beaucoup être majoritaire. Nous pensons qu’elle sera tentée de déclencher des élections pour aller chercher cette majorité. Mais je suis convaincu que les Québécois ne sont pas intéressés par une nouvelle élection et que nous pouvons très bien travailler ensemble. »

Vos contributions