Tous les billets publiés par Ariane Cipriani

À propos de Ariane Cipriani

RUSÉ COMME KARIM OUELLET

Vendredi 2 novembre 2012 à 15 h 56 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Par Rebecca Makonnen

Karim Ouellet, Fox
Karim Ouellet, Fox

Karim Ouellet m’étonne sans cesse : son affection pour Major Lazer, sa propension à se décrire comme un « gars de gala », son visage de chérubin qui, je le soupçonne, camoufle une certaine pétulance et, bien sûr, son grand talent de mélodiste. Futé, il a compris qu’en musique, il vaut mieux battre le fer quand il est chaud. Moins de deux ans après Plume, son premier album, il proposera l’intrigant Fox le 27 novembre prochain.

« Fox » pour renard, ce mammifère habituellement roux et surtout très futé. Aucun rapport avec Fox Mulder de X-files ou Vicente Fox, ancien chef d’État du Mexique.

En jetant un coup d’oeil rapide à la pochette, dévoilée récemment, on pense toutefois au Petit Prince et au renard apprivoisé.

La fascination de Karim pour le renard s’est cristallisée à Tadoussac en 2011 alors qu’il suivait des ateliers d’écriture de chanson. Il m’explique qu’en prenant des notes, il dessine toujours beaucoup.

Précision : même si Karim chante en français, il insiste pour que le titre de son nouvel opus soit bel et bien « fox » et non « renard ». Ça sonne mieux, tout simplement.

Depuis quelques semaines, on peut  apprécier L’amour, premier extrait fort accrocheur de ce nouvel album. Première constatation : c’est beaucoup plus pop que ce que l’on retrouve sur Plume, le disque précédent de Karim.

Avant d’offrir son nouveau disque aux mélomanes, Karim Ouellet sera en spectacle le 6 novembre prochain à l’Astral dans le cadre de Coup de Coeur Francophone.

Le triomphe d’une rouspéteuse

Lundi 29 octobre 2012 à 15 h 29 | | Pour me joindre

Pour me joindre

 

 
Par Rebecca Makonnen

Hier soir au Gala de l’ADISQ, Lisa LeBlanc est repartie avec le Félix de la révélation de l’année. Le seul prix qu’on ne peut gagner qu’une fois dans sa vie.

 

 

Si elle ne devait récolter qu’une seule statuette (malgré ses cinq mises en nomination), c’était bien celle-là. Ça n’enlève rien aux autres finalistes, tous des talents prometteurs, mais ça se voyait tout de suite dans le fameux numéro d’hier soir où, l’un après l’autre, ils interprétaient un extrait d’une de leurs chansons. Lisa était la dernière, mais probablement la plus attendue : la fébrilité était palpable au St-Denis. Et puis hop, elle a fait son entrée sur scène sous un tonnerre d’applaudissements.

Lisa LeBlanc se distingue avec un parcours sans faute. Et foudroyant.

Rappelez-vous : c’était en mars dernier seulement qu’elle nous a expulsés du marasme ambiant avec Ma vie c’est d’la marde, un hymne purgatif et fédérateur, tel que je l’ai décrit récemment à l’émission spéciale des Rendez-Vous ARTV.

Rapidement, elle a fait bonne figure sur le plateau de Guy A. Lepage, a été élue Révélation Radio-Canada 2012-2013, a vu son premier album certifié disque d’or et a fait un saut de puce en France, le temps d’épater les cousins. Au milieu de tout ça, elle a gardé les pieds bien enracinés sur terre, est retournée chez sa mère à Rosaireville, puis a électrisé un Club Soda rempli à craquer pour sa rentrée montréalaise le 20 octobre.

Quelques heures avant le gala, je l’ai croisée sur la chaise d’une maquilleuse alors qu’elle choisissait une teinte de rouge à lèvres. Aucune trace de stress visible, que du bonheur et de la reconnaissance d’être de la fête.

Dès vendredi 2 novembre, Lisa LeBlanc sera de retour sur la route. Elle fera une grande tournée canadienne du 14 novembre au 8 décembre pour la tournée Coup de cœur, une présentation de Renaud-Bray en collaboration avec Espace.mu. Et pour ceux qui ont manqué son spectacle au Club Soda de Montréal, c’est partie remise à l’Olympia le 24 janvier prochain.

Toutes mes félicitations à Coeur de pirate, qui était de la toute première mouture des Révélations en 2008. Béatrice Martin, qui dominait la course des nominations, a récolté le Félix de l’album pop de l’année (pour Blonde), celui de l’artiste s’étant le plus illustré hors Québec et le très prestigieux prix (du public) de l’interprète féminine de l’année.

Rebecca Makonnen
Photo Lisa LeBlanc: David Champage

 

C’est la première fois que Philippe Sly, mon filleul Révélation Radio-Canada 2012-2013, prend la route pour une série de récitals, et c’est une nouvelle expérience riche d’enseignement.

C’est l’organisme Début Atlantique qui a mis sur pied pour notre jeune baryton-basse cette tournée de sept concerts en dix jours dans les provinces maritimes, une série augmentée de quelques cours de maîtres et de rencontres diverses avec le public.

De Fredericton à Sackville, voici donc Philippe Sly et son complice-pianiste Michael McMahon parcourant en long, en large et en travers le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. C’est l’automne, la mer est belle et les forêts, en feu, et la vie de tournée permet à Philippe de découvrir une autre facette de sa vie d’artiste.

 

Inutile de vous dire, sans doute, que c’est avec l’intensité si caractéristique qui l’habite que Philippe a plongé dans cette nouvelle aventure. Je l’ai attrapé sur son cellulaire, entre Antigonish et Halifax. Écoutez-le, vous entendrez des étincelles dans sa voix!

 

 

Pour l’horaire de le tournéedebutatlantic.ca/pages/concert_schedule

Françoise Davoine

« J’ai une confession à vous faire : je suis un jazzaholique, » de lancer à la blague Jacques Kuba Séguin le jeudi 4 octobre dernier durant le concert des Cinq ans des Révélations Radio-Canada en jazz. Fort heureusement pour lui, je suis d’avis que tel était également le cas des artistes qu’il côtoyait sur scène et du public assemblé à L’Astral pour les entendre. Et quelle soirée magique!

C’était une, je me répète, une idée suffisamment folle pour me séduire et séduire les cinq artistes qui ont porté le titre de Révélation Radio-Canada en jazz depuis 2008, nommément les pianistes Chantale Gagné et Rafael Zaldivar, la contrebassiste Brandi Disterheft, le saxophoniste Samuel Blais et le trompettiste Jacques Kuba Séguin. Grâce soit rendue à ma collègue Marie Lamoureux, responsable du programme des Révélations Radio-Canada, d’avoir su faciliter la concrétisation de cet ambitieux conventum. Réunis sur la scène de L’Astral pour un véritable happening musical, mes cinq « protégés » ont véritablement donné le meilleur d’eux-mêmes, stimulés autant par l’accueil enthousiaste de l’auditoire que par l’inventivité rythmique du batteur invité, le flamboyant Jim Doxas, qui lui aussi mériterait d’être sacré « révélation ».

Réunis sur la scène de L’Astral pour un véritable happening musical, mes cinq « protégés » ont véritablement donné le meilleur d’eux-mêmes, stimulés autant par l’accueil enthousiaste de l’auditoire que par l’inventivité rythmique du batteur invité, le flamboyant Jim Doxas.

Mon équipe et moi avions invité chacun d’entre eux à soumettre une composition originale qui serait interprétée pour l’occasion par le groupe, ainsi qu’un standard de leur choix. Et puis, connaissant l’amour et l’admiration des deux pianistes pour l’œuvre de Thelonious Monk, j’avais suggéré que Chantale et Rafael dialoguent sur un thème du Moine solitaire du jazz moderne (en l’occurrence, le méconnu « Bye-ya »). Enfin, compte tenu du cinquantième anniversaire de l’enregistrement de Night train, le disque-phare d’Oscar Peterson, qui approche à grands pas, nos Révélations se sont approprié au rappel le morceau éponyme du disque, un de ces blues vivifiants dont Duke Ellington avait le secret.

Mais ne me croyez surtout pas sur parole quand je vous dis que nous avons vécu des moments véritablement magiques, l’autre soir à L’Astral! Au contraire, écoutez le concert intégral  ici pour vous faire votre propre idée. Je le présente ce vendredi le 12 octobre à Quand le jazz est là et la diffusion sera ponctuée d’extraits d’entrevues exclusives avec nos cinq vedettes et de quelques plages de leurs albums respectifs.

Stanley Péan
 

 Pour écouter le concert, cliquez ici: 


Réalisation: Guylaine Picard / Prise de son:Pierre Plante assisté de Dominique Beaudoin
4 octobre 2012, Astral

Les Révélations jazz réunies sur une même scène

Le jazz d’ici rayonnait à L’Astral hier soir alors que les cinq artistes Révélations Radio-Canada jazz étaient réunis sur une même scène pour un concert unique.

L’offre lancée par Stanley Péan a été acceptée avec bonheur par les pianistes Chantale Gagné et Rafael Zaldivar, la contrebassiste Brandi Disterheft, le saxophoniste Samuel Blais et le trompettiste Jacques Kuba Séguin (Révélation de l’année en cours).

Pour les auditeurs d’Espace musique présents, ce fut l’occasion d’entendre l’éclat et la singularité du jazz de création à travers des compositions originales et des standards, tous interprétés avec ferveur et originalité.

Le trompettiste Jacques Kuba Séguin a proposé une relecture particulièrement touchante de la pièce La fin de l’homme de Daniel Bélanger. Chantale Gagné a offert une nouvelle composition, Mystère, qu’elle jouait pour la première fois devant un public. Le batteur Jim Doxas et la contrebassiste Brandi Disterhelf l’accompagnaient dans cette création gracieuse aux ambiances vaporeuses.

La soirée était à l’image de cette musique de collaboration, où les balles rebondissent! Le spectacle s’est d’ailleurs clôturé avec la pièce Night train, de Duke Ellington, interprétée par les cinq musiciens, ceci pour faire un clin d’œil aux 50 ans de l’album Night train d’Oscar Peterson. Ce moment a été l’un des temps forts de la soirée, où les cinq interprètes, tous réunis pour jouer, s’échangeaient les solos.

 

Vous pourrez écouter le concert sur les ondes d’Espace musique le 12 octobre dans l’émission de Stanley Péan Quand le jazz est là, 17 h 30 (HE).

 

Nous remercions M. André Papillon, doyen de la Faculté de musique de l’Université Laval ainsi que Liette Gauthier de la Maison de la culture Ahuntsic pour leur précieuse collaboration au succès de ce concert.

 

 Quelques images de la soirée:

 

Le nouvel album de Karim Ouellet est presque terminé : Fox sera sur les tablettes le 27 novembre prochain. Pour vous faire patienter d’ici là, écoutez le premier extrait, L’amour, une exclusivité pour la radio de Radio-Canada.

Karim parcourra une fois de plus l’autoroute 20 pour lancer ce nouvel opus. Il sera le 27 novembre à Montréal à Sala rossa et le 28 à Québec, au Cercle. Les deux lancements auront lieu à 17 h.

Le 6 novembre, Karim présentera l’ensemble de ses nouvelles compositions dans le cadre du 26e Coup de cœur francophone, à 20 h, à L’Astral, à Montréal.

Cliquez ici pour écouter L’amour :

 

 

 

L’amour ou l’amour :
Paroles : Karim Ouellet
Musique: Karim Ouellet et Claude Bégin
Éditeur: Abuzive Muzik

L’idée était juste assez folle pour me séduire : le 4 octobre à l’Astral, dans le cadre de la série Jazz à l’année, j’aurai le plaisir de présenter les cinq artistes qui ont successivement porté le titre de Révélation Radio-Canada en jazz depuis 2008.

Réunis pour ce happening sans précédent, le trompettiste Jacques Kuba Séguin, le saxophoniste Le site de Samuel Blais, la contrebassiste Le site de Brandi Disterheft ainsi que les pianistes Le site de Chantale Gagne et Le site de Rafael Zaldivar nous donneront à entendre la fraîcheur et l’originalité du jazz contemporain au Canada. Mes « protégés » relèveront avec brio le défi de s’approprier des thèmes originaux qu’ils se proposeront les uns aux autres et d’échanger sur quelques standards bien connus.

Joignez vous à nous….. Pour réserver votre paire de laisser-passez pour le concert Cinq ans de Révélations Radio-Canada à L’Astral: Quand le jazz est là

 

Les 5 artistes Révélations jazz

À l’instar de ses collègues Brandi Disterheft avec le récent Gratitude (Justin Time, 2012) et Rafael Zaldivar avec Drawing (Effendi, 2012), la pianiste Chantal Gagné de Victoriaville expatriée à New York a subséquemment donné suite à son premier opus avec l’album Wisdom of water (Gagné, 2010), qui confirmait les espoirs que nous avions pour la suite de sa carrière. Pas du tout en reste, Samuel Blais a multiplié les projets les plus diversifiés, si bien que je trépigne d’impatience à l’idée de goûter le fruit de ses récentes séances d’enregistrement. Quant à Jacques Kuba Séguin, à peine avait-il été sacré Révélation Radio-Canada pour la saison en cours qu’il lançait en direct à l’émission Quand le jazz est là son ambitieux Litania projekt (Oddsound, 2012).

Samuel Blais:

Chantal Gagné:

Brandi Disterehft:

Rafael Zaldivar:

 

Jacques Kuba Séguin

 

 

 

Saviez-vous que KARIM OUELLET aime écrire des chansons dans l’avion ? D’après vous en quelle langue le chanteur lyrique PHILIPPE SLY préfère-t-il chanter ? RÔMMEL RIBEIRO a bien failli troquer sa guitare pour un ballon de soccer ! Amis et musique, telle est la façon dont LISA LEBLANC soigne un chagrin d’amour. JACQUES KUBA SÉGUIN nous parle d’une salle de spectacle au nom poétique de « La boulangerie de la femme silencieuse ».

 
 

 

Marie-Christine Trottier a posé son « questionnaire révélant » aux Révélations 2012-2013 dans le cadre de l’émission spéciale Les Révélations se révèlent, diffusée le dimanche 9 septembre, à 16 h, à la Première Chaîne de Radio-Canada (95,1 FM à Montréal).

 

De plus, les Révélations 2011-2012 SAMUEL BLAIS (jazz), ÉLAGE DIOUF (musique du monde), STÉPHANE TÉTREAULT (classique), ALECKA et JIMMY HUNT (chanson) nous parlent de leur année en résidence à Radio-Canada, de leurs coups de cœur et passent le flambeau !

 
Cliquez ici pour écouter l’émission:

 

Animation : Marie-Christine Trottier
Réalisation : Sylvie Dignard

LES RÉVÉLATIONS SE RÉVÈLENT

Vendredi 7 septembre 2012 à 14 h 16 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Nos Révélations se révèlent !

Le dimanche 9 septembre, à 16 h, la Première Chaîne de Radio-Canada (95,1 FM à Montréal) vous propose une émission spéciale: Les Révélations se révèlent. Animée par Marie-Christine Trottier, le rendez-vous met en vedette KARIM OUELLET et LISA LEBLANC (Révélations chanson), le trompettiste JACQUES KUBA SÉGUIN (jazz), le guitariste et chanteur RÔMMEL RIBEIRO (musique du monde) et le ténor PHILIPPE SLY (classique).

Chaque Révélation partagera son parcours et ses influences musicales, ses mentors et inspirations… Les auditeurs entendront quelques pièces du répertoire de ces artistes qui commencent à marquer le milieu musical d’ici, chacun à leur façon.

Surprise, des Révélations des années antérieures viendront offrir de courts témoignages à chacun de leur vis-à-vis auxquels ils ont passé le flambeau cette année! On entendra les encouragements de SAMUEL BLAIS (jazz), ÉLAGE DIOUF (musique du monde), STÉPHANE TÉTREAULT (classique), ALECKA et JIMMY HUNT (chanson).

Un rendez-vous en paroles et en musique à ne pas manquer dimanche, avec Marie-Christine Trottier, sur les ondes de la Première Chaîne.


 

 

 

 

Le dimanche 9 septembre à 16 h, ne manquez pas Nos Révélations se révèlent, une émission spéciale d’une heure animée par Marie-Christiane Trottier, à la Première chaîne radio de Radio-Canada.

C’est tout un spectacle que les Révélations Radio-Canada ont donné samedi dernier à la Fête de la musique de Tremblant.

Il y avait de l’énergie dans l’air pour cette célébration qui soulignait les cinq ans du programme Révélations Radio-Canada. Philippe Fehmiu, Rebecca Makonnen, Françoise Davoine et Stanley Péan, animateurs à Espace musique, mais également parrains et marraines des Révélations, n’étaient pas peu fiers de présenter la relève d’ici en chanson, en jazz, en musique du monde et en musique classique.

Il y en avait pour tous les goûts : Lisa LeBlanc, toujours aussi charismatique, était encore sur le nuage de son disque d’or, reçu tout récemment. La douce guitare de Rômmel Ribeiro s’est mélangée au violoncelle de Stéphane Tétreault, Révélation classique de l’an dernier. Karim Ouellet y est allé de son habituelle énergie contagieuse tandis que Jacques Kuba Séguin a joué avec la précision et la finesse qui le caractérisent.

Quelques Révélations des années passées se sont jointes à la présente cuvée, dont Radio Radio, Wesly, Samuel Blais et deux membres de Chic gamine.

Le plaisir et la diversité étaient donc au rendez-vous. Vous ne pouviez y être?
Réécoutez le spectacle juste ici:

 

Stéphane Tétreault : Extrait de la suite no 1 pour violoncelle seul – prélude (Jean-Sébastien Bach)
Rômmel Ribeiro : Juros do que juro, Brasa, Nhiazinha, Quebra mar
Jacques Kuba Séguin : Ligne bleue,  Blues pour les CT
Karim Ouellet : Triangle, Météore, Après tout, Lalala
Wesly : Latibonit, Doudou, Sous le soleil, Waya waya,  Bye bye Daoma
Lisa LeBlanc : Kraft dinner, J’pas un cowboy, Cerveau ramolli, Aujourd’hui, ma vie c’est d’la marde
Radio Radio :, Roulez, commencez, Tout passe (sous le firmament), Galope