Blogue de Claudia Beaumont

Philippe Sly chante Schubert

mardi 9 avril 2013 à 11 h 22 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La Chapelle historique du Bon-Pasteur est un véritable bijou patrimonial du XIXe siècle, dont la salle, restaurée en 1985, est chérie pour son acoustique extraordinaire et son atmosphère intime. C’est dans ce lieu, pratiquement à l’abri des affres du temps et de l’urbanisation (pourtant en plein centre-ville de Montréal), que Philippe Sly et son compère, le guitariste Adam Cicchillitti, ont enregistré une séance originale à partir des plus beaux lieder de Franz Schubert.

Ainsi, le jeune baryton-basse, de plus en plus habitué aux scènes des grandes maisons d’opéra, aux rôles prestigieux et flamboyants, bref, aux zéniths de l’art lyrique, a souhaité explorer un autre pan du spectacle : la proximité. Sans fard, ni perruque. Jouer les bohèmes insouciants quelque temps… comme Schubert ! À n’en point douter, c’est un rôle qui lui convient pleinement, ainsi qu’à son complice Adam Cicchillitti, qui pour l’occasion a créé, pour ces œuvres habituellement jouées au piano, de délicats arrangements à la guitare. Le lied romantique du compositeur autrichien s’est tout de suite imposé à Sly. D’abord, pour la poésie, exquise (les plus grands poètes de son temps), mais aussi pour l’interprétation non-théâtrale qu’il exige et la profondeur de l’émotion qu’il avive. L’équilibre parfait entre le plaisir et l’intellect. L’atmosphère musicale de ces chants poétiques aspire, comme l’écrivait le poète Novalis, l’auditeur dans « un voyage mystérieux qui va vers l’intérieur ». Et le temps ne compte plus…

Ô toi Art sacré, que de fois aux heures blêmes,
Lorsque cerné par le cruel cycle de la vie,
M’as-tu réchauffé le cœur,
M’as-tu porté vers un monde meilleur. 
An die Musik (À la musique) D 547 /Franz Schubert

En captation vidéo :  sept extraits de trois cycles de Schubert, La belle meunière (Die schöne Müllerin), lequel nous mène au cycle suivant,  Le voyage d’hiver (Der Winterreise), en passant par Le chant du cygne (Schwanengesang), le chant des derniers jours de Schubert, présenté quelques mois avant sa mort, en novembre 1828. Le concert qui a été présenté le 24 mars autour de ces lieder, et plusieurs autres, sera diffusé lors des Soirées classiques le mercredi 10 avril, à 20 h.


L’enregistrement est une coproduction du réseau Accès culture et Espace musique, la radio musicale de Radio-Canada.

Merci à la Chapelle historique du Bon-Pasteur.

 

 

Claudia Beaumont