Billets classés sous « Rebecca Makonnen »

140529_zf56r_revelations_2014_2015_sn1250

L’hiver est derrière nous, les beaux jours approchent, et nos Révélations commencent déjà à planifier leur été! Voici comment se dessine le printemps de nos Révélations, ainsi qu’un aperçu des lieux où vous les croiserez prochainement. Plus »

Le flûtiste à bec Vincent Lauzer et le baryton-basse Philippe Sly ont convié le public à un récital intime très à propos en cette période des Fêtes, enregistré le 14 décembre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Chacun a choisi des œuvres pour lesquelles ils avaient un attachement et qui se prêtaient à l’intimité de la Chapelle. François Davoine présente ce récital au Printemps des musiciens, le lundi 6 janvier à 20 h. Vincent était d’ailleurs l’invité de Françoise à son émission du 6 janvier. Il y fait le bilan de son année 2013 où il a offert pas moins de 95 concerts ! Il parle aussi des défis des jeunes musiciens. Écoutez l’entrevue sur le blogue de Françoise Davoine.

Rebecca Makonnen présente  le spectacle de Mélanie et Stéphanie Boulay capté le 7 novembre dernier en ouverture de Coup de cœur francophone. Guitare et banjo en main, elles étaient accompagnées des musiciens Laurence Lafond-Beaulne et Gabriel Gratton, dans une mise en scène de François Bernier et sous un éclairage de Mathieu Roy. Elles interprètent les chansons de leur premier album, Le poids des confettis, ainsi qu’une nouvelle pièce, Langue de bois. Elles ont le sens de la fête et maîtrisent l’art de raconter, vous passerez donc assurément un bon moment dans l’univers des sœurs Boulay!

Bon concert!


Photo : Mathieu Lavoie

Ils ont tous connu une année 2013 magnifique. Espace musique souligne leur talent et diffuse le concert des sœurs Boulay, puis celui réunissant Vincent Lauzer et Philippe Sly.

Le samedi 4 janvier à 22 h, Rebecca Makonnen présente le spectacle de Mélanie et Stéphanie Boulay capté le 7 novembre dernier en ouverture de Coup de cœur Bouay_CdCF2013_4francophone. Guitare et banjo en main, elles étaient accompagnées des musiciens Laurence Lafond-Beaulne et Gabriel Gratton, dans une mise en scène de François Bernier et sous un éclairage de Mathieu Roy. Elles interprètent les chansons de leur premier album, Le poids des confettis, ainsi qu’une nouvelle pièce, Langue de bois, dont voici un extrait.  Elles ont le sens de la fête et maîtrisent l’art de raconter, vous passerez donc assurément un bon moment dans l’univers des sœurs Boulay!

Lauzer_Sly_Récital14déc Le flûtiste à bec Vincent Lauzer et le baryton-basse Philippe Sly ont convié le public à un récital intime très à propos en cette période des Fêtes, enregistré le 14 décembre à la Chapelle historique du Bon-Pasteur. Chacun a choisi des œuvres pour lesquelles ils avaient un attachement et qui se prêtaient à l’intimité de la Chapelle. François Davoine présente ce récital le dimanche 5 janvier à 21 h, puis de nouveau dans son émission, Le printemps des musiciens, le lundi 6 janvier à 20 h. Vincent sera d’ailleurs l’invité de Françoise à son émission du 6 janvier.

Bon concert!
Langue de bois

Félicitations Lisa LeBlanc! À peine rentrée de France, notre ancienne Révélation Radio-Canada en chanson a reçu un disque platine pour les 80 000 exemplaires vendus de son premier album. Depuis mars 2012, l’inoubliable Acadienne de 23 ans (SEULEMENT!) poursuit son ascension fulgurante. 

L’année 2013 en a été une d’exception : 150 concerts, dont plusieurs en Suisse, en Belgique et en France, justement, où elle vient de faire un tabac sur le plateau de l’émission On n’est pas couché.

L’année prochaine promet d’être aussi palpitante : Lisa lancera un EP de chansons en anglais avant de reprendre la route (et tester le marché canadien-anglais) jusqu’à l’automne. C’est vraiment sur scène que tout a débuté pour la chansonnière. Elle a fait ses classes dans les petits bars de Rosaireville avant de partir à la conquête du Québec, épaulée par son réalisateur, Louis-Jean Cormier.

Pour saisir toute la fougue et le talent de Lisa LeBlanc, Espace.mu vous propose son génial spectacle à l’Olympia de Montréal, enregistré en janvier 2013.

 

Mélanie et Stéphanie Boulay en résidence de création à la Petite Église Saint-Eustache.

Mélanie et Stéphanie Boulay en résidence de création à la Petite Église Saint-Eustache.




Malgré leur succès, les frangines Boulay ont du pain sur la planche. En vue du spectacle qu’elles donneront au Club Soda en ouverture de Coup de coeur francophone, elles ont décidé de tout retravailler. Notre caméra les a captées en pleins préparatifs, cachées dans une église de Saint-Eustache. Tout ce qui se passe sur scène est revu, voire corrigé. L’objectif des Soeurs Boulay ? Briser le quatrième mur pour se rapprocher du public et le toucher en plein coeur. À suivre…








adisq_boulay_sn420Le 35e Gala de l’ADISQ  restera longtemps dans la mémoire des sœurs Boulay! Mardi dernier, lors de l’Autre Gala, elles ont remporté le Félix de l’album folk de l’année, et voilà qu’elles ont été couronnées révélations de l’année. Touchées d’être récompensées par leurs pairs et un brin émues, elles ont accepté ce prix avec humilité, se réjouissant que tout le travail qu’elles ont accompli ait porté ses fruits. Stéphanie et Mélanie font leur chemin peu à peu vers vous, tout comme leurs petits bijoux de chansons.

Revoyez-les en prestation dans le numéro d’ouverture du gala, interprétant Par le chignon du cou.

Toutes nos Révélations étaient à l’honneur au Gala de l’ADISQ. Regardez!

Un grand merci à l’équipe d’ARTV création de nous avoir prêté les images des prestations que nous voyons dans ce clip. Pour regardez les prestations complètes réaliséesb par Jérôme Laflamme, consultez les pages de nos artistes Révélations.

Les nominations pour le Gala de l’ADISQ 2013 ont été dévoilées, et nos artistes Révélations brillent dans plusieurs catégories.


Pour leur premier album, Le poids des confettis, Stéphanie et Mélanie Boulay sont en nomination dans cinq catégories, dont celles de l’auteur ou compositeur de l’année et de la révélation de l’année, en plus d’affronter Karim Ouellet dans la catégorie album de l’année, choix de la critique.

Ce sont deux jeunes dames bien excitées et touchées que Rebecca Makonnen a rencontrées lors de la conférence de presse du dévoilement des nominations de l’ADISQ.

 

 

Les Révélations Radio-Canada en chanson de l’an dernier, Karim Ouellet et Lisa LeBlanc, se démarquent elles aussi. Après n’avoir jamais été nommé ces deux dernières années,

Karim Ouellet passe dans les ligues majeures! Il récolte cinq nominations pour son album Fox dans les catégories album pop de l’année, réalisateur de l’année (avec Claude Bégin) et chanson populaire de l’année avec L’amour. Revoyez Karim en concert.

 

Nos Révélations classiques ne sont pas en reste. Stéphane Tétreault et Philippe Sly récoltent chacun une nomination, et ce, pour leur premier album. Félicitations à tous les autres nominés, Rafael Zaldivar, Roberto Lopez et Lisa LeBlanc.

En route vers l’ADISQ!
Pour vous mettre dans l’ambiance du Gala, écoutez la webradio ADISQ 2013 sur espace.mu.

Vous pouvez déjà voter pour les groupes et les interprètes de l’année sur radio-canada.ca/adisq. Nous saurons si nos artistes Révélations repartiront avec une statuette le dimanche 27 octobre, quand le Gala sera diffusé à ICI Radio-Canada Télé, ou lors de l’Autre Gala de l’ADISQ, présenté le mardi 22 octobre.

Nos artistes Révélations en nomination à l’ADISQ :

Chanson

Les sœurs Boulay,     Révélation Radio-Canada chanson 2013-2014
Auteur ou compositeur de l’année
Révélation de l’année
Album de l’année, choix de la critique : Le poids de confettis
Album de l’année, folk : Le poids de confettis
Pochette de l’année : Le poids de confettis

Karim Ouellet,   Révélation Radio-Canada chanson 2012-2013
Album pop de l’année : Fox
Chanson populaire de l’année : L’amour
Interprète masculin de l’année
Album de l’année, choix de la critique : Fox
Réalisateur de disque de l’année : Karim Ouellet, Claude Bégin

Lisa LeBlanc,    Révélation Radio-Canada chanson 2012-2013
Interprète féminine de l’année

Classique
Philippe Sly, Révélation Radio-Canada classique 2012-2013
Album de l’année, classique vocal
En rêves : Philippe Sly, Michael McMahon
Rameau : les amants trahis : Philippe Sly, Hélène Guilmette, Luc Beauséjour

Stéphane Tétreault,  Révélation Radio-Canada classique 2011-2012
– Album de l’année classique, orchestre et grand ensemble : Saint-Saëns et Tchaikovsky : Stéphane Tétreault, Orchestre symphonique de Québec, Fabien Gabel

Jazz
Rafael Zaldivar,   Révélation Radio-Canada jazz 2010-2011
Album de l’année, jazz création : Drawing

Monde

Roberto Lopez,   Révélation Radio-Canada musique du monde 2010-2011

Album de l’année, musique du monde : Azul

Il n’y a pas à dire, le charme opère. Rien ne peut arrêter Les soeurs Boulay, portées par un buzz plus que favorable et, Dieu merci, totalement mérité. Mélanie et Stéphanie enchaînent les concerts à un tel rythme que j’en suis étourdie par procuration. Avant de reprendre les routes familières du Québec plus tard cet été, elles s’envolent pour la France, question d’épater les cousins avides de chansons d’ici.

Entre deux arrêts, Les soeurs Boulay nous racontent, dans une série de blogues, leur vie dans l’oeil du cyclone.

Rebecca Makonnen

Des vacances à Gruissan avec les Hay Babies, Sonia de Grosse boîte et Carol Doucet.

Okay, Gruissan, c’est la meilleure place de vacances au monde. On a pris un hôtel sur le bord de la mer où les Hay Babies nous attendaient avec Carol Doucet, leur gérante. C’était right awesome, les drinks sur la plage, les autos tamponneuses découvertes au beau milieu de la nuit dans un gros circus avec personne dedans, la bonne bouffe, le soleil tout le temps tout le temps, le sable qui fait des brûlures en dessous des pieds, les coquillages qu’on a pêchés avec nos masques de plongée. On y a passé presque quatre jours avant d’aller à La Rochelle (d’où, m’a-t-on dit, notre ancêtre Robert Boulay s’est embarqué pour l’Amérique le 23 juin 1662, mais ça, c’est une autre affaire).

(On n’a pas vu le Fort Boyard, mais on a vu l’île de Ré où y’a beaucoup de sel et de touristes, mais pas de père Fouras.)

Les Francos de La Rochelle nous attendaient pour y jouer le 14 juillet sur une pas pire scène avec Caïman Fu et encore les Hay Babies dans le cadre des Québécofolies.

(J’ai fait une intoxication alimentaire la journée du show, mais j’ai quand même pu jouer le soir grâce au personnel de l’Hôpital Saint-Louis, mais ça aussi, c’est une autre affaire.) Ça s’est super bien passé, y’avait beaucoup de monde, super ouvert, super curieux, aussi, on avait invité les deux membres principaux de Granville, band français qui commence à lever, à chanter « des shooters de fort sur ton bras » avec nous (c’était cute avec l’accent).

Je pense que j’ai un crush sur la Belgique. 

Pis là, on est à Spa, en Belgique, pour les Francofolies encore. Je pense que j’ai un crush sur la Belgique. Honnêtement, on dirait qu’ils ont du fun dans la vie (Chimay bleue) pis qu’ils aiment la musique, même quand c’est des nobodéscomme nous qui la font. On fait la tournée des Vitrines en Folie (anciennement Bars en Folie) qu’on a affectueusement re-rebaptisées « Le chemin du guerrier » parce que c’est toutes sortes de conditions et que c’est six shows en cinq jours. Nous personnellement, ça nous fait du bien (quand y’a dix personnes dans la salle, y’a pas le choix de se passer quelque chose et t’as pas le droit de pas être présent à 100 %).

Resto sur la place Stéphanie, à Bruxelles… Drôle de hasard!

Le show d’hier, par contre, je sais pas ce qui s’est passé, mais c’était full full de monde, j’ai hâte de voir pour les deux derniers (ce soir, une vraie scène et le line-up : nous, Lisa LeBlanc, les Hay Babies, j’ai peur pour mon cœur).

Pis, faut pas le dire, mais on s’ennuie vraiment de Montréal (je suis émotive j’ai pleuré cinq fois hier : une fois quand Carol Doucet nous a donné un passeport acadien symbolique, une fois quand Keith Kouna a chanté Batiscan, une autre quand les Hay Babies ont chanté Fil de téléphone, une autre encore en voyant une photo de bébé, pis l’autre, je m’en souviens plus).

C’est presque la pleine lune.

Ciao bine.

Stéphanie et Mélanie

 

Depuis la sortie de leur premier album, Le poids des confettis, Les soeurs Boulay sont traquées par le bonheur.

Les éloges se succèdent (elles pourraient presque carburer exclusivement à l’amour que leur porte Sylvain Cormier, critique au Devoir) au même rythme que les spectacles d’un bout à l’autre de la Belle Province. En plus d’avoir fait bonne figure en France (au Printemps de Bourges, notamment), Les soeurs Boulay figurent parmi les finalistes du Prix de la chanson Socan, du prix Polaris et du prix Félix-Leclerc (qui a finalement été remis à Karim Ouellet). Mélanie (la cadette aux pommettes roses) et Stéphanie (l’aînée au regard bienveillant) flottent sur un nuage, quoiqu’un peu incrédules devant tant de volupté. À quelques jours de leur spectacle au Club Soda le vendredi 21 juin, dans le cadre des 25 ans des FrancoFolies, on a jasé de shooters, du syndrome de l’imposteur et de la vie depuis la sortie du Poids des confettis.

 

 

Mélanie et Stéphanie Boulay en compagnie d'Éli Bissonnette et Claudie Jalbert de Grosse boîte
Mélanie et Stéphanie Boulay en compagnie d’Éli Bissonnette et Claudie Jalbert de Grosse boîte

Crédit photo : Rebecca Makonnen