Blogue de Claudia Beaumont

Kerson Leong retrouve Augustin Dumay à la Fondation Louis Vuitton

vendredi 1 mai 2015 à 12 h 16 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Un texte de Françoise Davoine et de Kerson Leong

Kerson_Louis Vuitton

Crédit photo : Tu Mach

Kerson Leon, Révélation classique Radio-Canada, rêvait de rencontrer le grand violoniste Augustin Dumay, ce qui est arrivé en janvier dernier à la Maison symphonique de Montréal, grâce à l’intervention d’ICI Musique. De toute évidence, notre jeune protégé a impressionné le maître, puisque cette première rencontre a eu une suite que je laisse à Kerson lui-même le plaisir de vous raconter.

Après avoir fait mes débuts à Paris le mois dernier, c’était vraiment excitant pour moi de retourner si vite dans la Ville lumière, avec tant de bons souvenirs encore frais à l’esprit. Cette fois, j’y étais pour une série de cours de maître, donnés à la magnifique Fondation Louis Vuitton par le grand violoniste Augustin Dumay, qui m’y a invité après la rencontre que j’ai eue avec lui à Montréal grâce à ICI Musique.

Il a fait très beau pendant toute la semaine, ce qui m’a permis de profiter de mes temps libres pour explorer pleinement la Fondation Louis Vuitton et ses environs. La fondation est une immense galerie d’art conçue par l’architecte canadien Frank Gehry. C’est l’un des bâtiments les plus beaux et les plus audacieux que j’ai vus, et qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler le Walt Disney Hall à Los Angeles, une salle de concert également conçue par Gehry. Quel cadre enchanteur pour les cours de maître, qui se déroulaient dans l’auditorium de la fondation! Notre inspiration en était constamment nourrie. Quel vivant rappel de mes débuts à l’Auditorium du Louvre le mois dernier!

Pendant nos cours de maître, nous avons travaillé le Concerto pour violon K. 218 de Mozart et la Sonate pour violon et piano en ré mineur opus 108 de Brahms. Augustin Dumay a enregistré ces œuvres plus d’une fois dans sa carrière. Il était donc particulièrement intéressant d’entendre ce qu’il avait à dire sur celles-ci.

Je tire de ces cours deux leçons fondamentales. La première, c’est de ne pas laisser l’instrument et l’aspect physique du jeu limiter l’imagination et les idées musicales. Il faut savoir développer sa vision d’une œuvre avant même de toucher l’instrument. Ensuite, quand on la joue sur le violon, il faut choisir intelligemment les doigtés et les coups d’archet pour amplifier ses propres intentions.

La deuxième leçon que j’ai apprise, c’est qu’il y a des dangers à suivre trop littéralement les indications sur une partition. Dans la musique de Mozart, par exemple, il n’y a aucune raison de jouer toutes les notes pointées de la même façon. Chacune doit être différente, en fonction du contexte et de la ligne musicale.

À mon plus grand bonheur, Augustin Dumay a donné un récital à l’auditorium de la Fondation Louis Vuitton avec le merveilleux pianiste Pavel Kolesnikov, gagnant du concours Honens de Calgary en 2012. Ils ont joué des œuvres de Beethoven, de Debussy, et de Ravel. C’était formidable pour moi de l’entendre jouer ainsi et de pouvoir saisir l’esprit d’un grand artiste au travail. Deux de ses élèves ont également joué après lui. Et à la fin du concert, j’ai eu toute une surprise quand il nous a tous invités à jouer des castagnettes sur scène, pendant qu’il interprétait la célèbre Navarra de Sarasate! Quel moment inoubliable!

Finalement, quand je me rends dans des académies ou que je participe à des cours de maître, je suis toujours heureux de rencontrer d’autres jeunes violonistes. C’est dans ces moments que je peux me faire des amis, peut-être même des amis pour la vie, car nous sommes tous liés par cette force puissante et profonde qu’est la musique. Le plus merveilleux demeure de jouer pour un grand mentor comme Augustin Dumay et d’apprendre de lui. C’était l’occasion idéale pour moi de le connaître plus en tant qu’artiste, en tant que professeur et en tant qu’humain.

Kerson_Paris_Auguste

Crédit photo : Tu Mach

Je suis extrêmement reconnaissant pour tout ce qu’il m’a apporté en quelques jours, et j’espère que cette nouvelle rencontre aura des suites. Quel beau couronnement de mon année à titre de Révélation!

Kerson, avril 2015