Billets classés sous « Detroit »

Détroit, Michigan

Vendredi 11 janvier 2013 à 14 h 17 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Ville moribonde — certains l’ont même surnommée ville apocalyptique —, Détroit souffre depuis les années 80 d’un intense dépeuplement. Fermeture d’usines, maisons abandonnées, l’effondrement du marché automobile y est pour quelque chose. Un peu d’espoir dans cette ville qui n’est même plus l’ombre de ce qu’elle a été. Un homme s’est donné comme mandat de reverdir Détroit au nom du rêve américain.

Un nouveau visage de l’Amérique

Jeudi 4 octobre 2012 à 1 h 00 | | Pour me joindre

Pour me joindre

Dearborn, une banlieue de Détroit où vit la plus importante communauté musulmane des États-Unis.
Dearborn, une banlieue de Détroit où vit la plus importante communauté musulmane des États-Unis.

Même s’ils ne représentent qu’un faible pourcentage des pratiquants américains, les musulmans sont très nombreux à Dearborn, une banlieue de Détroit qui compte la plus grande population arabe des États-Unis. Cette ville où se trouve le siège social de Ford a attiré de nombreux migrants des pays arabes venus travailler dans les usines du constructeur automobile. Si bien que des églises sont transformées en mosquées.

Détroit, métropole postapocalyptique

Mardi 2 octobre 2012 à 8 h 39 | | Pour me joindre

Pour me joindre

La ville a saisi plus de 5000 maisons pour défaut de paiement.
La ville a saisi plus de 5000 maisons pour défaut de paiement.

Métropole postapocalyptique, Détroit est aujourd’hui laissé à l’abandon et envahi par les herbes folles qui lui donnent une image de calme étrange et inquiétant. Zone de guerre, zone sinistrée. Drôle de sort que subit l’ex-capitale mondiale de l’automobile qui a connu son apogée dans les années 50, une époque où les trois grands constructeurs (GM, Chrysler et Ford) faisaient tourner l’économie de la ville lui donnant le surnom de Motortown ou Motown.

Détroit, une ville qui se meurt
Détroit, une ville qui se meurt

Aujourd’hui, les grandes avenues où l’automobile était reine sont vides. Pas d’heure de pointe ni de bouchon de circulation. La chute de Détroit, qui a perdu plus de un million d’habitants ces soixante dernières années, ne fait que s’accentuer depuis 2010. Le chômage atteint des proportions endémiques et touche massivement la population noire qui tente de survivre dans ce no man’s land que constitue désormais le centre-ville délabré.

Même les pawn shops sont en faillite
Même les pawn shops sont en faillite

Les vestiges de Détroit
Les vestiges d’un passé

Détroit, une ville se meurt

Il y a un mouvement qui prend racine au travers des rues bordées d’énormes bâtiments en ruine, de maisons barricadées et incendiées. Des maisons laissées à l’abandon par leurs propriétaires qui croulaient sous les dettes de la crise économique et dont les créanciers ne savent trop quoi faire.

Au lieu de décourager les initiatives, Motown provoque l’effet inverse, à tout le moins chez un petit groupe d’altermondialistes, d’artistes et d’entrepreneurs inspirés par le caractère « destroy » de Détroit, grâce entre autres aux terrains et aux loyers dérisoires. De grands lots sont à vendre pour moins de 500$, des prix dignes des années passées. Ces nouveaux migrants ont lancé le mouvement Do it ourselves, qui prône la réappropriation de l’espace urbain et industriel avec des moyens de fortune, une forme de pied de nez aux grands industriels adeptes de la délocalisation qui a entraîné la mort de Détroit.

Une ville faite et défaite par les géants de l’automobile est en train d’être refaite par les alternatifs qui donnent un tout nouveau sens au rêve américain.

L’homme qui plantait des arbres

Mike Score fait partie de ce groupe d’originaux qui voit plutôt en Détroit un laboratoire et une occasion unique. Sa petite entreprise Hantz Farms achète des maisons et des terrains délabrés de la municipalité, qui les a saisis pour non-paiement de taxes. Pour quelques centaines de dollars, ces maisons vides où des familles ont jadis vécu sont liquidées à l’encan. L’entreprise les acquiert, les démolit, remblaie le trou béant de la fondation et y plante des arbres.

Mike Score, l'homme qui plantait des arbres
Mike Score, l’homme qui plantait des arbres

Dans cette ville où Henry Ford a construit sa première automobile, poussent aujourd’hui, entre les anciennes usines de montage et les quartiers ouvriers, des chênes, des érables et d’autres essences d’arbre qui composeront — lorsqu’ils auront atteint leur pleine croissance — de nouveaux espaces verts urbains.

Cette initiative fait le bonheur des résidents qui, assez curieusement, continuent de cohabiter à côté des maisons délabrées où les vendeurs de drogue faisaient leurs affaires. Ruth, une petite dame de 80 ans qui a toujours vécu dans le quartier, trouve que la vie s’est améliorée depuis que des arbres ont remplacé les maisons voisines vandalisées par les voyous du coin.

Certes, elle trouve que la vie a bien changé depuis les années où Détroit était la capitale mondiale de l’automobile, mais elle prend avec philosophie la décrépitude de sa ville qu’elle aime malgré tout. Surtout depuis que les écureuils et les ratons laveurs ont élu domicile dans le jardin voisin.

Métropole classée comme la plus violente des États-Unis, avec près d’un meurtre par jour, il n’est pas étonnant que Détroit ait perdu une bonne partie de sa population. Elle est partie en laissant derrière elle le tiers de la ville à l’abandon. Contrairement à Ruth, qui n’a jamais songé à partir, la majorité de la population blanche s’est réfugiée dans les banlieues autour du centre-ville pour créer ce que les urbanistes appellent « l’effet trou de beigne ».

Si Détroit remporte la palme du donut, cette ville deviendra peut-être aussi la référence de la nouvelle urbanisation postcrise industrielle.

L’album-photo du projet artistique de revalorisation des quartiers dévastés de Détroit. Les oeuvres des artistes Tyree Guyton, ideateur du projet, et Tim Burke :