Une journée dans la vie du premier ministre

par

 publié le 30 janvier 2013 à 14 h 18

Si vous êtes l’un des 296 483 abonnés du premier ministre Harper sur Twitter (@pmharper), vous avez eu droit lundi à une petite fenêtre sur le quotidien de l’homme.

Sous le mot-clic #dayinthelife (une journée dans la vie de) le premier ministre a publié un journal de sa journée sous forme de photos et de vidéos. De son petit-déjeuner au 24, Sussex à ses déplacements en limousine vers le Parlement, en passant par les réunions, les rencontres et la période de questions.

« Tout ça tend à démontrer que le monsieur est vraiment occupé », lance Luc Dupont, professeur de marketing et communication à l’Université d’Ottawa. « Tout ce qui contribue à personnaliser le politicien, à l’humaniser, le rend normalement nécessairement plus sympathique. »

Une façon peut-être aussi de calmer ceux qui ont critiqué le premier ministre, il y a deux semaines, parce qu’il refusait de rencontrer la chef autochtone Theresa Spence, alors qu’il avait trouvé le temps de recevoir les gagnants de l’émission Occupation double.

Twitter permet d’insinuer des choses sans trop insister. « C’est mieux de le suggérer que de la dire, souligne Luc Dupont. Parce que quand je le dis, ça peut sonner faux. »

Ce n’est pas la première fois que Stephen Harper tente d’adoucir son image publique.

À l’élection de 2008, ses stratèges lui avaient fait porter un chandail de laine bleu dans l’espoir de tempérer la perception que certains électeurs avaient de lui. Ses adversaires ne s’étaient pas gênés pour tourner l’opération au ridicule. Durant le débat en anglais, Jack Layton lui avait même lancé : «Vous dites avoir un plan? Où est-il? Sous votre chandail? »

En 2009, le premier ministre, grand admirateur des Beatles, s’était permis une petite interprétation-surprise de la chanson With a little help from my friends, en compagnie du violoncelliste Yo-Yo Ma à un spectacle-bénéfice au Centre national des arts à Ottawa. Durant la campagne de 2011, lors d’un arrêt à Winnipeg, il avait rencontré Maria Aragon, une jeune célébrité sur le web pour ses interprétations des succès de Lady Gaga.

Des interventions toujours réglées au quart de tour. « On veut que ça ait l’air un petit peu spontané, dit Luc Dupont. Mais ça ne l’est jamais. » Même chose pour les photos et les vidéos publiées sur Twitter pour appuyer le récit de sa journée. On est loin des clichés croqués sur un téléphone cellulaire. L’une des vidéos « prises sur le vif » offre même deux angles de caméras!

Luc Dupont croit que la stratégie demeure payante : « Il a compris le rôle de la communication beaucoup plus qu’on pense. Le monde ordinaire ne voit pas tout ça. »

Au bureau du premier ministre, ce que l’on voulait offrir, dit son attaché de presse, Carl Vallée, c’était « un accès sans précédent aux différents aspects de sa journée. C’était la première journée de retour au Parlement, c’était donc une belle opportunité de montrer aux Canadiens de quoi a l’air une journée normale dans la vie du premier ministre ».

En tout cas, entre le début et la fin de sa journée, Stephen Harper a gagné environ 1200 abonnées sur son fil Twitter. Une bonne performance, mais l’exercice a des limites conclu Luc Dupont. « Quelqu’un qui n’apprécie pas Stephen Harper ne l’appréciera pas plus là. »